11/2021

Synthèse de l’actualité internationale de novembre 2021

Par Axelle DEGANS, le 1er décembre 2021  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Docteure en Géopolitique de l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Agrégée d’histoire, Professeure de chaire supérieure au lycée Faidherbe (Lille) où elle enseigne la géopolitique en classes préparatoires économiques et commerciales. Auteure de nombreux ouvrages.

Qu’avez-vous retenu de l’actualité internationale de novembre 2021 ? Voici la précieuse synthèse d’Axelle Degans qui sera fort utile à tous ceux qui veulent disposer d’un point de l’actualité géopolitique mondiale, suivent la spécialité #HGGSP voire préparent un concours dans des conditions particulières. Pour ne rien manquer, et recevoir nos alertes sur des documents importants, le plus simple est de s’abonner gratuitement à notre Lettre d’information hebdomadaire ou au compte twitter de veille géopolitique @diploweb. Ce compte de veille géopolitique vient de dépasser le seuil de 18000 followers dont de nombreuses pointures du domaine.

Le sort des urnes…

Au Nicaragua, le président sortant Daniel Ortega est réélu en novembre 2021 pour un quatrième mandat. Cette réélection est sans surprise car le président a fait emprisonner ses principaux opposants. Il envisage de quitter l’Organisation des États américains (OEA) qui a critiqué la tenue de ces élections (qualifiées de « ni libres, ni justes, ni transparentes ») donc la légitimité de son résultat.

… à long terme

Après une crise politique de plusieurs mois, la Roumanie vient de se doter en novembre 2021 d’un nouveau gouvernement. Un général à la retraite, Nicolae Ciuca, prend la tête d’un gouvernement de coalition entre les libéraux du PNL et des sociaux-démocrates du (PSD).

En Allemagne, Olaf Scholz annonce en novembre 2021 pouvoir constituer un gouvernement basé sur une coalition entre les sociaux-démocrates, les verts et les libéraux. Il s’agit du premier gouvernement post-Merkel. Il doit immédiatement faire face à l’urgence de la situation sanitaire.

La violence djihadiste déstabilise le Sahel

Les assassinats perpétrés par les mouvements djihadistes continuent au Sahel. Le Niger est de nouveau endeuillé, le Burkina Faso est victime d’une attaque qui a provoqué la mort d’une cinquantaine de gendarmes à la mi-novembre 2021. Cette violence récurrente est à l’origine d’une exaspération des populations qui se retournent contre les militaires français jugés incapables d’éradiquer le terrorisme. Ces critiques se font à l’heure d’un renforcement de la présence russe dans la région, et notamment au Mali. La compagnie de mercenaires russes Wagner est déjà très proche de la junte au pouvoir à Bamako et s’intéresse vivement au reste du Sahel, dont le Burkina Faso. Les troupes françaises de l’opération Barkhane font face à une vraie guerre de l’information menée par Moscou qui retourne progressivement les opinions publiques locales en faveur des mercenaires russes.

Synthèse de l'actualité internationale de novembre 2021
Axelle Degans, La synthèse de l’actualité internationale 2021. Réussite aux concours 2022 !
D’un clic ! . Axelle Degans, La synthèse de l’actualité internationale 2021. Réussite aux concours 2022 ! éd. Diploweb

Crise migratoire encore et toujours

La pression migratoire aux frontières de la Pologne est très forte en novembre 2021. L’UE ne veut pas de l’érection de nouveaux murs en raison du coût politique auprès de l’opinion publique en Europe et du coût médiatique. Elle laisse la Pologne assez seule face à une Biélorussie qui amène des migrants du Moyen-Orient jusqu’à leur frontière. Cette pression migratoire vient d’être intégrée à la « boussole stratégique » de l’Union. Cette déstabilisation de la frontière orientale de l’Europe communautaire relève de ce que certains nomment une « menace hybride » voire une « guerre hybride ». Cela correspondrait à la définition que donne le chef d’État-major français - le général Burkhard - de stratégies visant « l’affaiblissement interne du pays ciblé en s’attaquant à sa cohésion nationale ». L’Union doit faire face à une recrudescence des menaces sur la sécurité tant sur ses frontières orientales que sur sa frontière méditerranéenne du fait d’une forte augmentation des départs depuis le Maroc et l’Algérie. Bruxelles obtient de la Turquie puis des Émirats, l’arrêt des vols qui transportent des migrants vers la Biélorussie. La Russie – dont le jeu est pour le moins trouble depuis le début - a cependant fait pression sur la Biélorussie pour que Minsk ne conduise plus les migrants à la frontière avec la Pologne et la Lituanie. Ces pays se jouent des migrants dont la situation est particulièrement précaire, alors que les conditions climatiques se durcissent.

Une nouvelle tragédie endeuille en novembre 2021 le « channel » qui sépare les côtes françaises de celles de l’Angleterre. Plus de trente migrants, principalement d’origine kurde, ont péri. La question des passeurs, qui profitent de la misère humaine, est une nouvelle fois posée.

Préparer l’avenir

La France investit résolument – 9 milliards d’euros – dans la filière hydrogène. Un projet qui s’inscrit dans la promotion d’une économie décarbonée. L’objectif est aussi de créer beaucoup d’emplois sur le territoire français dans un domaine stratégique d’avenir. Le président espère créer « 50 000 à 100 000 emplois » et définit de la manière suivante son projet : « une bataille pour l’industrie, pour l’écologie, et pour la souveraineté ». Cette politique relève donc de la sécurité économique. Faut-iI encore être instruit par l’échec de la filière des panneaux photovoltaïques, financés à grands frais d’argent public, et aujourd’hui réduite quasiment à néant du fait d’une concurrence chinoise insupportable.


Pour faire la différence, bénéficiez des Masterclass géopolitiques du Diploweb

. Jean-Robert Raviot, C’était quoi l’URSS ?

. Kevin Limonier, Pourquoi les données numériques sont-elles géopolitiques ?

. Pierre Verluise, Quels sont les fondamentaux de la puissance ?


La ministre des Armées, Florence Parly, annonce en novembre 2021 le lancement du projet Myriade qui « vise à mieux comprendre, anticiper et identifier les facteurs critiques de la guerre cognitive, cette capacité à exploiter les vulnérabilités du cerveau humain, nouveau domaine potentiel de conflictualité. » Le ministère des Armées analyse en effet que « l’esprit humain est en passe de devenir un nouveau champ de bataille » (James Giordano). Il ne s’agit plus seulement d’une guerre d’influence, mais plus largement de vastes actions de manipulation sur des champs variés (réseaux sociaux, cyber…) pour déstabiliser l’adversaire sur le temps long et de manière durable, de telle manière qu’il se sape de lui-même. Cette nouvelle forme de la guerre hybride est prise très au sérieux à Paris. Le projet Myriade doit permettre de s’y préparer.

La COP26, un bilan très mitigé

La Cop26 de novembre 2021 visait à contenir le réchauffement climatique, à 1,5 degré, en diminuant nettement la production de gaz à effet de serre (GES). Le président de cette conférence, le britannique Alok Sharma, n’a pas pu annoncer comme il l’espérait la « fin du charbon ». L’Inde refusant, à la fin des négociations, une « sortie du charbon », énergie dont elle est très dépendante, préférant une « réduction progressive ». Les pays se sont entendus pour diminuer de 45% leur GES par rapport à 2010, d’ici 2030 pour atteindre la neutralité carbone vers 2050. Les pays riches se sont engagés à verser aux pays en développement, d’ici 2025, les 100 milliards de dollars promis à Copenhague. Les pays vulnérables (comme les Maldives menacées de submersion) n’ont pas obtenu un nouveau fonds financé par les pays industrialisés responsables du réchauffement.

En parallèle, la déforestation de la forêt amazonienne ne faiblit pas. Moyen pour résoudre le problème des paysans sans terre sous les mandats des présidents brésiliens du début du XXIème siècle, elle sert davantage aujourd’hui des intérêts miniers sans s’y réduire. Depuis l’élection de l’actuel président, la déforestation annuelle correspondrait quasiment à la superficie d’un pays comme le Qatar….

L’étau se resserre

L’Afghanistan est sous l’ordre taliban. Sans surprise aucune, une chape de plomb s’est abattue sur le pays. Les femmes paient un tribut lourd, nombre d’entre elles ne peuvent échapper à des mariages arrangés, et l’immense majorité se terre dans son foyer. Les exécutions sont nombreuses, la minorité Hazara, chiite, est persécutée. La violence règne, une crise humanitaire d’une exceptionnelle gravité est des plus probable… trois mois après la prise de Kaboul par les talibans.

La Chine connait en novembre 2021 une reprise en main d’une exceptionnelle dureté et efficacité. Après celle des géants de la Tech (Alibaba et Jack Ma), c’est le tour du monde culturel et sportif . L’actrice Zhao Wei a disparu, trop populaire, elle qui a proclamé son admiration pour une actrice française, Isabelle Huppert. Alors qu’elle n’est pas vue en public depuis l’été 2021, ses références sur Internet ont à leur tour disparu. La joueuse de Tennis Peng Shuai a aussi disparu depuis au début du mois de novembre 2021, après avoir accusé de viol un haut digitaire du PCC. Sous la pression internationale, Pékin lui a fait réaliser une courte apparition devant des caméras. La Chine de Xi Jinping opère un virage très autoritaire, déjà à l’œuvre dans le Turkestan chinois (pays des Ouigours) et à Hong Kong. La société civile chinoise subit une restriction progressive de ses libertés.

L’ancien président sud-africain Frederik de Klerk est décédé en novembre 2021. Il est le président qui a œuvré à la fin de l’apartheid, le dernier président blanc de son pays. Il a fait libérer Nelson Mandela, avant que celui-ci ne devienne le premier président de l’Afrique du Sud post-apartheid. Il a rendu possible une transition démocratique et pacifique de son pays. La République d’Afrique du Sud est dirigée depuis 1991 et sans discontinuer par le Congrès national africain (ANC). Frederik de Klerk est bien l’homme qui a mis fin à l’apartheid.

Le Pakistan a libéré en novembre 2021 plusieurs centaines d’islamistes antifrançais membres du parti islamiste TLP. Celui-ci se signale par la violence de ses manifestations. Le gouvernement a libéré ces prisonniers en échanges de l’arrêt des manifestations organisées par le TLP.

L’Éthiopie décide en novembre 2021 de décréter l’état d’urgence. Addis Abeba mène une guerre dans la partie septentrionale du pays, le Tigré. Plusieurs pays occidentaux ont rapatrié leurs ressortissants car la situation continue à s’aggraver. Le gouvernement éthiopien lance une contre-offensive après que ses troupes ont reculé.

Le coronavirus attise les tensions

L’annonce en novembre 2021 de l’arrivée en Europe d’une nouvelle vague de l’épidémie de COVID-19 et donc d’un cortège de restrictions avive les tensions sociales. Des manifestations parfois violentes, traduisant la fatigue des populations, ont accueilli les annonces faites en Belgique, aux Pays-Bas… Les réactions sont encore plus violentes dans l’outre-mer français, en Guadeloupe et en Martinique, où le rejet du vaccin est manifeste. Une des multiples causes est la dégradation de la confiance envers Paris dans la cadre de l’utilisation passée d’un pesticide appelé Chlordécone dans les bananeraies, alors qu’il était interdit aux Etats-Unis. Il en a résulté de nombreux cancers. La pandémie n’a fait que dégrader des conditions socio-économiques difficiles, la cherté de la vie et un très fort taux de chômage servent de caisse de résonnance.

L’OMS prédit une nouvelle vague d’une réelle violence et annonce un nouveau variant détecté en Afrique du Sud « Omicron ».

Le retour des hommes forts au pouvoir

Des pays émergents se sont dotés d’un exécutif incarné par un homme fort. Il s’agit de Jair Bolsonaro au Brésil, de Recep Erdogan en Turquie, de Narendra Modi en Inde par exemple. En Russie, le pouvoir de Vladimir Poutine s’est renforcé et la réforme constitutionnelle lui permet de rester encore plus longtemps au pouvoir. En Chine, Xi Jinping avait déjà obtenu de faire inscrire sa pensée dans la Constitution de son pays. Il s’inscrit ainsi dans le droit fil de l’héritage de Mao. Le 6ème plenum du Comité central du parti communiste chinois (PCC) le confirme comme homme fort du pays, qui a « rétabli l’ordre » à Hong Kong et « combattu » le coronavirus.

Global Britain

Le Royaume-Uni post-Brexit a signé un accord stratégique avec les Etats-Unis et l’Australie : l’AUKUS. Il s’est concrétisé par l’annulation de la commande de sous-marins français passée par Canberra auprès de Naval Group.

Londres et Ottawa deviennent partenaires dans le grand Nord canadien. Il s’agit pour le Canada de trouver une martingale face aux appétits russes et chinois pour lesquels il reste mal armé. Ottawa cherche à préserver sa souveraineté sur son Arctique canadien, en faisant appel à l’expertise britannique et à sa force militaire.

Une France tous azimuts ?

Alors que la France maintient sa place de puissance spatiale, elle est toujours force de proposition au sein de l’Union européenne. Paris et Rome signent en novembre 2021 un traité de coopération. Il fixe une coopération dans une dizaine de domaines en plus d’objectifs pour l’année 2022. Vers un tandem franco-italien ? Compte tenu de la médiocre réputation de l’Italie en terme de gestion des comptes publics, il aurait été intéressant de s’interroger sur le risque d’image sur la France d’un tel affichage. A moins de considérer que l’Hexagone est déjà perçu comme « un pays du Club Méd » en terme de réputation financière...

Après avoir vendu du matériel militaire à la Grèce, la France vient de vendre des Rafales à la Croatie ce qui renforce la coopération stratégique.


Bonus. Découvrez les résultats du 4ème Grand Prix de l’académie du renseignement


Toujours l’espace

La Russie a volontairement détruit en novembre 2021 un de ses satellites – Cosmos 14-08 de l’époque soviétique – lancé en 1982. Ce tir a provoqué de nombreux débris, mais il est surtout remarquable car Moscou a prouvé sa capacité à mener un tir de missile antisatellite. C’est un signal fort de la Russie à l’heure où la compétition pour l’espace a repris. Cet événement, normalement interdit, relance la question de la régulation des débris et donc de la pollution dans l’espace comme celle de sa militarisation. La territorialisation de l’espace, annoncée voici 5 et 4 ans sur le Diploweb.com par Béatrice Hainaut et par Xavier Pasco, n’est plus une hypothèse mais une réalité depuis plusieurs années.

La Russie vient d’envoyer en novembre 2021, depuis le cosmodrome de Plessetsk, un nouveau satellite militaire. Certains spécialistes estiment qu’il ferait partie d’un bouclier spatial antimissile. Cet événement pose de nouveau la question de la militarisation de l’espace.

Une réorganisation en Asie et en Afrique

En novembre 2020, la Chine était à l’origine d’un nouveau partenariat économique régional global (RCEP) rassemblant la Chine, le Japon, la Corée du Sud et les pays de l’ASEAN. L’Australie et la Nouvelle-Zélande viennent de les rejoindre en novembre 2021. Cet accord entre en fonction dès le 1er janvier 2022 et constitue le plus vaste accord commercial, après que l’accord transpacifique (TPP) négocié par Barack Obama ait été dénoncé par Donald Trump. Ce nouveau bloc commercial représente 30% de la population et de la production mondiale de richesse. Cet accord de libre-échange abaisse les tarifs douaniers de 90 % des biens échangés dans cette zone et définit quelques règles communes (propriété intellectuelle, concurrence…). Ce ralliement et l’entrée en vigueur du RCEP sont à l’évidence une victoire de la Chine dans un contexte géopolitique très tendu dans l’Indo-Pacifique… et un camouflet pour les États-Unis.

A la suite des accords d’Abraham signés en 2020 sous l’égide de Donald Trump, le Maroc et Israël viennent de signer en novembre 2021 un accord de coopération militaire.


Bonus vidéo. P. Verluise. La « Glasnost » de M. Gorbatchev (1985-1991) : transparence ou désinformation ?

Superbonus : la vidéo accompagnée de sa synthèse


Bonnes nouvelles

Airbus engrange en novembre 2021 plus de 400 commandes lors du salon de Dubaï. Une bonne nouvelle pour l’emploi.

L’astronaute français Thomas Pesquet est revenu sur Terre en novembre 2021 après une mission de six mois dans la station spatiale internationale (ISS). Il est rentré à bord d’une capsule Dragon de Space X, une première.

La France a lancé avec succès en novembre 2021 une constellation de satellites CERES développant ses capacités de renseignement militaire. Ce tir réussi rend la France plus autonome des capacités de renseignement américaines. La France acquiert une compétence dont seuls disposent aujourd’hui les États-Unis, la Russie et la Chine. C’est une bonne nouvelle pour le renseignement spatial français.

Copyright Décembre 2021-Degans/Diploweb.com


Plus pour réussir

Extraits du catalogue des livres géopolitiques publiés par Diploweb pour la réussite aux concours.

. Axelle Degans, "La synthèse de l’actualité internationale 2020. Réussite aux concours 2021 !", éd. Diploweb via Amazon

. Florent Parmentier, Pierre Verluise (sous la dir.), "Géopolitique de l’Europe trois décennies après l’ouverture du Rideau de fer", éd. Diploweb via Amazon

. Axelle Degans, "La synthèse de l’actualité internationale 2019. Réussite aux concours 2020 !", éd. Diploweb via Amazon

. Patrice Gourdin, "Manuel de géopolitique, éd. Diploweb via Amazon"

. Pierre Verluise (dir.), "Géopolitique du monde de Trump. La stratégie du chaos ?" éd. Diploweb via Amazon

. Pierre Verluise (dir.), "Histoire, Géographie et Géopolitique de la RUSSIE et de ses frontières" , éd. Diploweb via Amazon

. P. Verluise (dir.), "Histoire, Géographie et Géopolitique de l’Union européenne. A l’heure du Brexit".

. P. Verluise (dir.), "Histoire, Géographie et Géopolitique de l’Asie. Les dessous des cartes, enjeux et rapports de force".

. P. Verluise (dir.), "Histoire, Géographie et Géopolitique du Proche et du Moyen-Orient. Les dessous des cartes, enjeux et rapport de force"

. P. Verluise (dir.), "Histoire, Géographie et Géopolitique de la mondialisation contemporaine. Les dessous des cartes, enjeux et rapports de force"

. S. Schmit, "Histoire, Géographie et Géopolitique de l’Amérique latine : Un sous-continent en pleine transition politique, énergétique et commerciale. Dossiers et fiches pays"

. L. Chamontin, "Ukraine et Russie : pour comprendre"

. L. Bloch, "L’Internet, vecteur de puissance des États-Unis ? : Géopolitique du cyberespace, nouvel espace stratégique"


Vous aussi, construisez le Diploweb !

Une autre façon de construire le Diploweb

Découvrez les livres géopolitiques publiés par Diploweb : des références disponibles via Amazon sous deux formats, Kindle et papier broché

<

DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le dimanche 7 août 2022 |
/>