Carte. Partie d’échecs au Moyen-Orient

Par Institut FMES, Pierre RAZOUX, le 25 mai 2022.

L’institut FMES propose à travers son « Atlas stratégique de la Méditerranée et du Moyen-Orient » une lecture claire et synthétique des grands enjeux du bassin méditerranéen et du Moyen-Orient et passe en revue l’ensemble des forces en présence. Cet ouvrage accessible, novateur et original présente en 50 cartes inédites des problématiques complexes et des informations utiles et synthétiques. Il illustre les capacités des forces armées et des scénarios de crises possibles. Disponible en version numérique gratuite à télécharger sur le site de l’institut FMES. Cet Atlas a été publié grâce au soutien de la Direction Générale des Relations Internationales et de la Stratégie (DGRIS) du Ministère des Armées. Pierre Razoux est directeur académique et de la recherche de l’Institut FMES. Docteur habilité à diriger les recherches, Pierre Razoux a dirigé jusqu’à son arrivée à la FMES le domaine « Europe / Russie / Méditerranée / Moyen-Orient » à l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire. Il a dirigé auparavant le programme « Afrique du Nord / Moyen-Orient » au Collège de Défense de l’OTAN, après avoir servi à la Délégation aux Affaires Stratégiques du ministère de la Défense.

Découvrez la partie d’échecs qui se joue au Moyen-Orient, notamment entre les Iraniens, les Arabes, les Israéliens, les Américains et les Russes. L’Iran, après avoir neutralisé l’Arabie saoudite sur l’échiquier régional, affronte désormais deux joueurs de première catégorie : Israël et la Russie.

Dans le cadre de ses synergies géopolitiques, Diploweb.com est heureux de vous faire connaitre cette carte commentée extraite de l’« Atlas stratégique de la Méditerranée et du Moyen-Orient » publié par l’institut FMES.
Carte grand format en pied de page.

Si les Chinois jouent au Go et les Américains au Poker dans le cadre de leur grande stratégie mondiale, les Iraniens, les Arabes, les Israéliens et les Russes jouent pour leur part aux échecs au Moyen-Orient.

Carte. Partie d'échecs au Moyen-Orient
Carte. Partie d’échecs au Moyen-Orient
Cliquer sur la vignette pour agrandir la carte. Copyright Pierre Razoux. Cette carte est extraite de la publication de l’institut FMES, Atlas stratégique de la Méditerranée et du Moyen-Orient, téléchargeable sur le site de l’institut FMES

Depuis 1979 et la révolution islamique qui a perturbé les équilibres de la guerre froide, les Iraniens disputent un tournoi d’échecs face aux Arabes (Irakiens, puis Saoudiens), aux Américains, aux Russes et plus récemment face aux Israéliens. Tournoi, car l’on a pu observer plusieurs parties : la première (guerre Iran-Irak de 1980-1988) s’est soldée par un pat, c’est-à-dire une situation où le roi noir iranien coiffé de son turban d’ébène ne pouvait plus bouger sans se mettre en situation d’échec ; la seconde (1989-2004), pendant les mandats des présidents Rafsandjani puis Khatami, fut remportée par les Iraniens qui ont profité d’une décennie de calme pour restaurer leur influence régionale, au détriment du joueur blanc saoudien ; la troisième (2005-2013), caractérisée par les provocations outrancières et les maladresses du président iranien Ahmadinejad, s’est soldée par une partie nulle face à une succession de monarques saoudiens vieillissants et à des Américains englués en Irak. Profitant de la relative inaction de leurs adversaires traditionnels, les Iraniens ont poussé leur avantage en direction du Levant vers l’aile gauche de l’échiquier. Ils ont de fait pénétré à l’intérieur de la sphère d’intérêt israélienne en plaçant leur cavalier Hezbollah de manière menaçante (guerre de 2006), entrant par là même en choc frontal avec Israël.

La dernière partie, toujours en cours, a débuté en 2013 avec l’élection du président Rohani. Après un début de jeu à l’avantage des Iraniens concrétisé par l’accord nucléaire de 2015, les Saoudiens, les Israéliens et leurs alliés émiriens ont réagi, allumant des contrefeux au centre de l’échiquier. La percée fulgurante de Daech a perturbé la partie en occupant soudainement l’aile gauche de cet échiquier et en menaçant les cases de Bagdad, Damas et même Beyrouth, provoquant le retour du joueur russe qui l’avait quitté un quart de siècle plus tôt lors de l’effondrement de l’Union soviétique. Les Iraniens ont contre-attaqué en mobilisant leurs cavaliers Hezbollah (libanais) et Hachd al-Chaabi (irakien) protégés par leurs tours (arsenal balistique), puis en poussant leur pion Houthi yéménite en G1 sur la ligne de base de leur adversaire, transformant ce dernier en reine menaçant d’échec et mat le jeune et turbulent prince héritier saoudien. Dès lors, les Saoudiens ont rapatrié l’essentiel de leurs pièces dans ce coin d’échiquier (Yémen) pour éviter une défaite immédiate, laissant le champ libre aux Iraniens, aux Israéliens et aux Russes qui déplacent aujourd’hui leurs propres pièces en Irak, en Syrie et au Liban pour une fin de partie qui promet d’être très disputée, sous les yeux attentifs du joueur turc qui s’apprête lui aussi à pousser ses pions.

L’Iran, après avoir neutralisé l’Arabie saoudite sur l’échiquier régional, affronte désormais deux joueurs de première catégorie : Israël et la Russie.

Copyright pour le texte et la carte 2022-institut FMES

Titre du document :
Carte. Partie d’échecs au Moyen-Orient

Cliquer sur la vignette pour agrandir la carte. Copyright Pierre Razoux. Cette carte est extraite de la publication de l’institut FMES, Atlas stratégique de la Méditerranée et du Moyen-Orient, téléchargeable sur le site de l’institut FMES



Document ajouté le 24 mai 2022
Document JPEG ; 574864 ko
Taille : #LARGEURx1600 px

Visualiser le document

Découvrez la partie d’échecs qui se joue au Moyen-Orient, notamment entre les Iraniens, les Arabes, les Israéliens, les Américains et les Russes. L’Iran, après avoir neutralisé l’Arabie saoudite sur l’échiquier régional, affronte désormais deux joueurs de première catégorie : Israël et la Russie.


Vous aussi, construisez le Diploweb !

Une autre façon de construire le Diploweb

Découvrez les livres géopolitiques publiés par Diploweb : des références disponibles via Amazon sous deux formats, Kindle et papier broché


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le dimanche 26 juin 2022 |