06/2022

Synthèse de l’actualité internationale de juin 2022

Par Axelle DEGANS, le 1er juillet 2022  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Docteure en Géopolitique de l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Agrégée d’histoire, Professeure de chaire supérieure au lycée Faidherbe (Lille) où elle enseigne la géopolitique en classes préparatoires économiques et commerciales. Auteure de nombreux ouvrages.

Qu’avez-vous retenu de l’actualité internationale de juin 2022 ? Voici la précieuse synthèse d’Axelle Degans qui sera fort utile à tous ceux qui veulent disposer d’un point de l’actualité géopolitique mondiale, suivent la spécialité #HGGSP voire passent les oraux d’un concours. Pour ne rien manquer, et recevoir nos alertes sur des documents importants, le plus simple est de s’abonner gratuitement à notre Lettre d’information hebdomadaire ou au compte twitter de veille géopolitique @diploweb. Ce compte de veille géopolitique dépasse le seuil de 19350 followers dont de nombreuses pointures du domaine. Vous serez en bonne compagnie.

Le sort des urnes

La Colombie a élu en juin 2022 son premier président de gauche en la personne de Gustavo Petro. Cet ancien guérillero a remporté les élections présidentielles avec une courte avance. Son gouvernement prendra le pouvoir le 7 août 2022.

En France, les élections législatives de juin 2022 ne donnent pas de majorité absolue au président récemment réélu, E. Macron, une première depuis le passage au quinquennat qui s’est doublé d’un alignement chronologique des élections législatives.

Le gouvernement bulgare de Kiril Petkov a été renversé en juin 2022 sur la question de la candidature de la Macédoine du Nord à l’adhésion à l’Union européenne.

Encore la violence

En République démocratique du Congo (RDC), un nouveau massacre s’est déroulé en juin 2022 dans la partie orientale du pays, en Ituri. Une vingtaine de personnes a été assassinée, les rebelles de l’AFD sont soupçonnés de ce massacre. Un autre massacre s’est déroulé au Nord du Cameroun causant la mort d’une trentaine de personnes.

Les autorités pékinoises sont parvenues en juin 2022 à ce que le massacre de Tienanmen ne soit pas commémoré, y compris par l’Église catholique de Hong Kong. Cela témoigne non seulement de la prise en main autoritaire de Hong Kong par le parti communiste chinois (PCC), mais aussi de l’attitude du Vatican préférant être accommodant avec Pékin pour ne pas compromettre le rapprochement en cours. Le PCC parvient à effacer des mémoires la révolte de 1989 et la répression qui a suivi, elle a pourtant fait plusieurs milliers de victimes. Il s’agit bien ici d’un projet totalitaire de manipulation du passé pour mieux contrôler l’avenir.

En Équateur, des émeutes violentes déstabilisent le pays. L’augmentation du prix du carburant est à l’origine de cette flambée sociale qui a déjà fait plusieurs morts et disparus.

Synthèse de l'actualité internationale de juin 2022
Dr. Axelle Degans

La question de l’énergie en Europe

L’Union européenne décide de sanctions économiques contre la Russie qui mène une guerre en Ukraine. Elle choisit notamment de se passer des hydrocarbures russes. A rebours du pacte vert – le « green deal » décidé en 2019 – les pays les plus dépendants du gaz russe relancent leurs centrales à charbon comme l’Autriche, les Pays-Bas et surtout l’Allemagne qui a décidé en 2011 de sortir du nucléaire. La France envisage de relancer sa centrale à charbon de Saint-Avold pour produire de l’électricité alors qu’une partie de son parc nucléaire est en maintenance.

L’UE fait ainsi le choix d’une énergie plus chère et plus sale, y compris en achetant les huiles et gaz de schistes aux Etats-Unis. Alors que la spéculation nourrit l’envolée des prix de l’énergie, l’hiver 2022-2023 promet d’être compliqué en matière énergétique. Les conséquences seront sensibles pour les ménages mais aussi pour les administrations et entreprises dont la facture énergétique s’alourdira très significativement.

Le retour du charbon est donc une conséquence peu prévisible de la guerre en Ukraine. Les grands patrons des entreprises leaders dans le secteur énergétique que sont EDF, Engie et Total appellent à la sobriété énergétique. Diminution de la consommation, baisse de la température dans les bâtiments publics, limitation des déplacements… La France est certes dans une situation moins préoccupante que l’Allemagne qui a dû déclencher son niveau d’alerte. Le vice-chancelier Robert Habeck déclare « nous traversons une crise du gaz qui est désormais une denrée rare ». Nicolas de Warren, président d’une union de fédération d’industriels d’importants consommateurs français d’énergie, affirme « il s’agit ni plus ni moins d’un rationnement, en tout cas d’une répartition intelligente de la ressource gazière ». Le constat est le même en Allemagne où l’on s’inquiète dès le mois de juin 2022 de l’hiver 2022/2023. Certaines collectivités, choisissent de limiter l’éclairage de nuit entre 22 et 6 heures. Les pays européens ont décidé de reconstituer leurs stocks de gaz avant l’hiver.

L’heure est à la sécurisation des approvisionnements énergétiques, au renforcement des réserves stratégiques, avec du gaz acheté à prix fort.


Pour faire la différence, bénéficiez des Masterclass géopolitiques du Diploweb

. Jean-Robert Raviot, C’était quoi l’URSS ?

. Kevin Limonier, Pourquoi les données numériques sont-elles géopolitiques ?

. Pierre Verluise, Quels sont les fondamentaux de la puissance ?


L’Union européenne avance ?

Bruxelles a choisi de donner à l’Ukraine et à la Moldavie le statut de candidat à l’entrée dans l’Union européenne. L’incompréhension et les frustrations sont immenses dans ces pays des Balkans occidentaux [1] dont les procédures d’adhésion avancent peu pour diverses raisons.

Cette région est déjà sous influence chinoise et le tropisme russe y est important, notamment en Serbie. Bruxelles envisage de libéraliser l’octroi de visas au Kosovo.

L’octroi du statut de candidat à l’Ukraine et à la Moldavie heurte les pays des Balkans occidentaux, mais pose aussi l’épineuse question géopolitique du territoire de la Transnistrie, une région de Moldavie en sécession et occupée par l’armée russe, située entre Moldavie et Ukraine. La Géorgie n’a obtenu, elle, qu’une feuille de route pour obtenir le statut de candidat. Le chancelier allemand, Olaf Scholz, affirme : « nous devons nous préparer à l’expansion ». Certains réclament déjà de passer au vote à majorité qualifiée pour le domaine de la politique étrangère, une limitation à la souveraineté des États. La situation géopolitique et géoéconomique de l’UE promet de se complexifier. Il est assez étrange de constater que ces gestes politiques se font en évitant de faire un bilan des élargissements de 2004, 2007 et 2013. Or plus de la moitié des treize états entrés depuis jouent avec les limites de l’état de droit. L’UE fait depuis 2010 la preuve de son incapacité à remettre la Hongrie dans le cadre de l’état de droit. L’UE fait depuis 2015 la preuve de son incapacité à remettre la Pologne dans le cadre de l’état de droit. Varsovie milite avec émotion pour l’adhésion de l’Ukraine à l’UE mais la Pologne serait plus solide dans ses positions si elle respectait le cadre de cette institution qui lui donne tant.

À l’évidence, l’adhésion de l’Ukraine serait un immense défi pour les membres et les populations communautaires. L‘Ukraine est un très vaste pays (603 548 km2 dans ses frontières légales), peuplé de 41 millions de personnes dont des millions de déplacés et réfugiés, avec une très fécondité inférieure au seuil de remplacement des générations, au niveau de vie bien inférieur à la moyenne communautaire, qui, s’il a réalisé de réels progrès vers la démocratie, doit encore être largement accompagné sur les plans politique et juridique pour avoir une situation compatible avec les normes communautaires. Si la guerre russe contre l’Ukraine, engagée dès 2014 et relancée en 2022, agit comme un catalyseur d’une identité nationale précédemment multiple, cela suffira-t-il à doter le pays d’élites politiques, économiques et culturelles capables d’éviter les « petits arrangements » avec la Russie ? Si V. Poutine ne voit pas d’inconvénient à la candidature de l’Ukraine auprès de l’UE, c’est bien parce qu’il espère que la Russie pourrait à terme, via des connivences entre oligarques, voire plus, en tirer bénéfice. Après des dizaines de milliers de morts, ce « petit calcul » serait-il encore jouable ? Les Ukrainiens sauraient-ils – pourraient-ils - l’empêcher ?


Bonus vidéo. N. Gnesotto. L’Europe : changer ou périr ?

Superbonus : la vidéo avec sa synthèse pour vos fiches de révision !


Bref, en plus d’être un défi géopolitique majeur, l’adhésion de l’Ukraine serait un bouleversement extraordinaire en termes de fonds structurels, de centre de gravité interne, de solidarité et de mode de fonctionnement des institutions de l’UE. En effet, l’adhésion de l’Ukraine pourrait accélérer – avec un moindre niveau d’exigence - celles des pays des Balkans occidentaux voire d’une partie du Caucase (Géorgie). A plus de trente membres, les institutions devraient être une nouvelle fois réformées pour laisser plus de marge de manœuvre à l’échelle fédérale en effaçant davantage l’échelle nationale. Reste à savoir si cela se ferait avec un gain ou une perte de puissance pour cet ensemble et chacune de ses parties.

Le Parlement européen vient d’adopter en juin 2022 une réforme du marché carbone en adoptant la mise en place d’une taxe carbone aux frontières communautaires. Les États membres doivent se positionner sur ce texte.

Le président français E. Macron est à l’origine d’une Communauté politique européenne (CPE), un forum qui permettrait un dialogue et une coopération entre l’Union et ses marges européennes de l’Islande jusqu’aux confins de la Russie. Contrairement au projet de F. Mitterrand en 1990, ce projet ne devrait pas inclure la Russie (à l’époque intégrée à l’URSS). Reste que la Russie post-soviétique restera aux frontières orientales de l’UE et qu’il faudra bien un jour réorganiser nos relations avec ce pays-continent, avec ou sans V. Poutine.

L’armée allemande se réarme, mais cela devrait profiter aux sociétés d’armement américaines. Pas de préférence communautaire dans ce domaine. Le Danemark envisage d’intégrer l’Europe de la défense. La guerre en Ukraine oblige à se confronter à la dure réalité de la guerre sur le territoire européen.

Les Etats-Unis étonnent

L’avortement était autorisé constitutionnellement aux Etats-Unis depuis 1973. La Cour suprême, la juridiction la plus élevée du plus élevée du pays, composée de neuf juges (des « sages ») vient de l’abroger en juin 2022. Cette décision ne signifie pas que l’avortement devient illégal aux Etats-Unis, mais que chaque État peut choisir, ou non, de remettre en cause ce droit. Le Missouri a annoncé son désir de revenir sur ce droit fondamental.

A peu près au même moment, dans le contexte dramatique de fusillades dans des écoles, la Cour suprême libéralise le port d’arme dont les restrictions ont été jugées contraires au deuxième amendement. Ces deux cas montrent l’importance de la nomination de juges conservateurs par Donald Trump. Cela illustre aussi l’importance des questions sociétales aux Etats-Unis.

Les Etats-Unis édictent, le 21 juin 2022, une « loi sur la prévention du travail forcé des Ouighours » (UFLA). La région du Xinjiang est à l’origine du cinquième de la production mondiale de coton, elle détient d’importantes réserves de terres rares, elle est aussi une région maraichère. Cette loi devrait interdire l’arrivée sur le sol des Etats-Unis des produits issus du Xinjiang au motif que la Chine a recours au travail forcé des Ouighours.

Le président américain Joe Biden organise en juin 2022 un sommet des Amériques qui s’est tenu à Los Angeles. Il n’a pas fait recette car certains pays en ont été exclus (Cuba, le Venezuela, le Nicaragua) du fait de leurs atteintes aux droits de l’homme. Le président mexicain a refusé de se déplacer pour marquer sa désapprobation. Alors que les Etats-Unis envisagent surtout ce sommet sur le plan de la limitation des migrations, les pays latino-américains attendent une plus grande ouverture commerciale du marché de leur grand voisin du Nord. L’aura des Etats-Unis pâlit, même en Amérique latine alors que les ombres chinoises s’y projettent davantage.

G7 contre BRIC’s : quelle gouvernance mondiale ?

Le château d’Elmau à Krün, en Bavière, accueille en juin 2022 la réunion du G7, des sept principales économies de la planète, en l’occurrence l’Allemagne, le Canada, les Etats-Unis, la France, l’Italie, le Japon, le Royaume Uni, et en sus l’Union européenne. La Russie a été évincée du G8. Première surprise, la Chine n’y compte pas alors qu’elle est l’une des principales économies de la planète. La question de la représentativité de ce groupe de discussion se pose réellement. Le G7 veut définir un prix maximal d’achat du pétrole russe pour étrangler financièrement la Russie et limiter ses ressources mobilisées pour l’effort de guerre. Les clients du pétrole russe – Chine et Inde en tête – qui n’ont pas voté à l’ONU les sanctions contre la Russie vont-ils vouloir accepter cette décision du G7 ? Le G7 propose d’organiser une conférence internationale pour financer la reconstruction de l’Ukraine.

Le 14ème sommet des BRIC’s réunit en juin 2022 à Pékin cette « aristocratie de l’émergence ». Il s’ouvre cette année à de nouveaux candidats : Argentine, Indonésie, Kenya et Nigeria. Les BRIC’s représentent actuellement plus de 40% de la population mondiale et près du tiers du PIB. Cette coalition hétéroclite montre une résilience insoupçonnée alors qu’elle est traversée par de fortes lignes de fractures. La Bric’s bank contribue à son attractivité. Ces deux réunions, au calendrier presque concomitant, témoignent de la fracture croissante entre un monde occidental uni dans la sanction de l’agression russe, et un autre monde qui s’en accommode.

Lors du sommet des BRIC’s Xi Jinping affirme son soutien à la Russie en dépit de son agression militaire contre l’Ukraine relancée depuis le 24 février 2022. Reste à savoir comment cette guerre accélérera la redéfinition des rapports de force entre la Chine et la Russie d’ici la fin de la décennie.

L’Afrique dans le jeu mondial

Le continent africain est une force démographique avec environ 1,4 milliard d’habitants. L’Afrique est au cœur d’un grand jeu migratoire qui se joue à l’échelle du continent comme à l’échelle mondiale, le drame de Melilla le rappelle. Macky Sall, président du Sénégal, se rend en Russie courant juin 2022 avec sa double fonction de représentant de l’Unité africaine (UA). Il craint qu’une famine puisse frapper son continent. Il rencontre le président russe Vladimir Poutine pour s’assurer de l’approvisionnement en grain de l’Afrique. Comme bon nombre de pays africains, le Sénégal s’est abstenu, de voter les sanctions contre la Russie qui étaient proposées à l’ONU. Le monde apparait bien fracturé. Dans cette Afrique marquée par le colonialisme, si prompte à faire porter aux Européens bien des responsabilités, la Russie semble réussir à faire oublier qu’elle conduit en Ukraine une guerre impérialiste et coloniale. Et c’est bien ce comportement colonialiste de Moscou qui provoque la crise alimentaire mondiale.

Le Maroc et l’Espagne se sont rapprochés en juin 2022 sur l’épineux dossier du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole du nom de Rio de Oro. Cette position nouvelle pour Madrid est en fait celle assez isolée de Pedro Sanchez à la tête du gouvernement espagnol, position qui lui ont valu de très nombreuses critiques en Espagne jusqu’à l’intérieur de son gouvernement de coalition. Pedro Sanchez obtient de Rabat des contrôles marocains renforcés autour des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Ce rapprochement provoque l’ire d’Alger qui soutient l’autodétermination des Sahraouis. Or l’Algérie est le quatrième fournisseur de l’Espagne…et lui fournit près du tiers du gaz consommé dans cette monarchie ibérique. Alger a rappelé son ambassadeur et vend désormais plus cher son gaz…. Dans un contexte d’un enchérissement du cours du gaz du fait de la guerre en Ukraine et peut-être bientôt une raréfaction.

Le Commonwealth s’étend au Togo et au Gabon, pays francophones. Une preuve de l’éclipse française en Afrique ?

Les résultats économiques de la France déçoivent

Alors que le déficit commercial français s’est creusé en 2021, la dette publique s’est encore alourdie au premier trimestre 2022. Elle atteint 2902 milliards d’euros, représentant plus de 114% du PIB. Une bien mauvaise nouvelle à l’heure où les taux d’intérêts augmentent, alourdissant mécaniquement le poids de la dette. La facture énergétique risque elle aussi de s’alourdir.

Le Ministre des Finances, Bruno Le Maire déclare que la France a atteint « la côte d’alerte » concernant les dépenses publiques. L’endettement est moins supportable quand les taux d’intérêt remontent, ce qui le contexte actuel. Tout cela était prévisible mais la France est droguée à la dette depuis des décennies, ce qui dégrade considérablement non seulement son image mais aussi ses marges de manœuvre. Il serait pertinent de mieux maîtriser les effets de menton sur la scène internationale puisque nos partenaires en sont parfaitement conscients.

La Chine continue à déployer son influence en Asie

Les ombres chinoises se projettent déjà sur les ilots des Spratleys et les Paracels en mer de Chine méridionale, un « couloir de la dette » dessiné dans le sillage des « nouvelles routes de la soie » permet à la Chine d’obtenir des facilités portuaires, des points d’ancrage dans tout l’Indo-Pacifique.

Récemment, des accords signés entre Pékin et les iles Samoa ont inquiété les Etats-Unis et l’Australie. Une base navale chinoise est en cours de construction à Ream, au Cambodge. Il s’agit de la seconde base militaire chinoise à l’étranger après celle de Djibouti.

Vingt-neuf avions militaires chinois ont violé l’espace aérien taiwanais le 21 juin 2022, Taiwan a fait décoller ses avions. La population craint une invasion chinoise et se prépare. We Fenghe, ministre chinois de la Défense alors en déplacement à Singapour pour un forum sur la sécurité régionale, a affirmé que l’armée chinoise déclencherait une guerre si Taiwan était « détachée » de la Chine populaire car « l’indépendance de Taiwan est une impasse, une illusion ». Lloyd J. Austin, le Secrétaire d’État lui a répondu que Washington reste sur la ligne de 1979, d’« une seule Chine ». Face à cette escalade des tensions, le Japon va financer les marines de l’Indopacifique à la hauteur de deux milliards de dollars et envisage d’augmenter son budget militaire.

La firme chinoise Geely, connue pour avoir racheté le suédois Volvo, se dote d’une constellation de 240 satellites. Cette nouvelle est tout sauf anodine, car l’entreprise se place au niveau de firmes comme celle d’Elon Musk, Tesla, qui développe les voitures autonomes. Les objectifs peuvent aussi être géopolitiques, comme l’a montré le déploiement de la constellation d’Elon Musk au-dessus de l’Ukraine dans le but d’influencer le cours de la guerre. Les firmes chinoises peuvent, depuis 2014, investir dans le domaine spatial commercial. Le tout avec une technologie chinoise.

La situation en Europe de l’Est

Les combats se poursuivent dans la partie orientale de l’Ukraine, ainsi que sur le littoral ukrainien de la mer Noire. Le soutien occidental aux Ukrainiens ne faiblit pas. Les livraisons d’armes se multiplient : canon français Caesar, batteries Himars américaines et les Etats-Unis s’engagent à livrer des batteries Nasams.

Les Russes bombardent à nouveau en juin 2022 la capitale ukrainienne, Kiev, après avoir pris la ville de Severodonetsk. Une large partie de l’Ukraine peut donc être sous le feu russe, jusqu’à Lviv, non loin de la frontière polonaise. Lors de leur rencontre, les dirigeants français et britanniques estiment qu’il « est possible de renverser le cours de la guerre » grâce à la livraison d’armes. C’était la tactique américaine lors de la guerre en Afghanistan des années 1980 : ils ont livré des missiles Stinger aux combattants afghans pour que les Soviétiques perdent la maitrise des airs, ce qui leur a été fatal. Les Russes auraient déjà perdu plus de morts en Ukraine qu’en une décennie de guerre en Afghanistan.

En application des sanctions décidées par l’UE, Vilnius filtre ce qui arrive jusqu’à l’enclave russe de Kaliningrad. Cela provoque en juin 2022 un raidissement de Moscou. La Lituanie a été victime d’une cyberattaque, un déni de service, sur les infrastructures du pays.

Le secrétaire général de l’OTAN estime courant juin 2022 qu’il faut prévoir une guerre qui s’inscrit dans la durée. Dans nos sociétés de l’instant, la durée est un défi et risque de laisser des marges de manœuvre croissantes aux propagandistes du Kremlin. Notre rapport à la vérité, devenue « post-vérité » durant les années Trump, doit être revisité, ne serait-ce que pour la chronologie des faits et responsabilités. Saurons-nous construire une connaissance consolidée de la Russie et des pays à ses frontières, tant dans les salles de classes que dans les médias voire les réseaux sociaux ?


. Plus : Laurence Saint-Gilles, Comment expliquer le revirement de la politique russe de l’administration Biden ?
Comment expliquer le revirement de ce président modéré, qui ne craint pas de défier le Kremlin en dépit du chantage nucléaire de Vladimir Poutine ? Cet article documenté propose de retracer le cheminement qui a conduit au sursaut du Président Biden.
En présentant la guerre en Ukraine comme « une transposition internationale et paroxystique de la lutte entre populistes et libéraux », le Président Biden peut relier son combat interne contre le trumpisme et la défense de l’ordre mondial fondé sur le droit et la démocratie qui se joue en Ukraine.


Le temps des migrations

Les migrations continuent dans l’Afghanistan dirigé par les Talibans et touché par un terrible tremblement de terre. Elles se poursuivent en Asie du Sud frappée par une terrible vague de chaleur, et des inondations qui ont ravagé le Bengladesh. Elles sont toujours une caractéristique de certains pays africains. Les migrations traversant la Méditerranée restent nombreuses, comme le montrent les multiples interventions de la marine italienne. Plusieurs milliers de personnes ont tenté de forcer en juin 2022 le passage des enclaves espagnoles en terre africaine de Ceuta et Melilla, ce qu’a empêché la gendarmerie marocaine, au prix d’une vingtaine de morts. Elles sont un point de crispation entre les Etats-Unis et les pays latino-américains.

La guerre en Ukraine suscite aussi de vastes mouvements migratoires aussi bien à l’échelle de l’Ukraine (entre la partie orientale et sa partie occidentale plus éloignée des combats) qu’à celle de l’Europe qui accueille nombre de réfugiés ukrainiens. Cela démontre, une nouvelle fois, l’importance géopolitique des diasporas.

Bonnes nouvelles

Une très ancienne cité mésopotamienne a été découverte en juin 2022 au Nord de l’Irak. Elle est révélée du fait de la baisse du niveau des eaux du réservoir de Mossoul. Zakhiku date du deuxième millénaire avant notre ère. Les archéologues ont mis à jour une centaine de tablettes dont la qualité de conservation donne de forts espoirs pour la traduction des inscriptions cunéiformes.

Les restes momifiés d’un bébé mammouth mort il y a plus de 30 000 ans sont découverts en juin 2022 au Canada. Nous pourrons en apprendre bien plus sur cette période particulièrement mal connue.

Aux championnats de France le jeune nageur Léon Marchand a remporté en juin 2022 deux médailles d’or et une autre d’argent.

Bon été à tous, Actualité internationale revient à la rentrée.

Copyright Juin 2022/Degans


Plus pour réussir

Extraits du catalogue des livres géopolitiques publiés par Diploweb pour la réussite aux concours.

. Axelle Degans, "La synthèse de l’actualité internationale 2020. Réussite aux concours 2021 !", éd. Diploweb via Amazon

. Florent Parmentier, Pierre Verluise (sous la dir.), "Géopolitique de l’Europe trois décennies après l’ouverture du Rideau de fer", éd. Diploweb via Amazon

. Axelle Degans, "La synthèse de l’actualité internationale 2019. Réussite aux concours 2020 !", éd. Diploweb via Amazon

. Patrice Gourdin, "Manuel de géopolitique, éd. Diploweb via Amazon"

. Pierre Verluise (dir.), "Géopolitique du monde de Trump. La stratégie du chaos ?" éd. Diploweb via Amazon

. Pierre Verluise (dir.), "Histoire, Géographie et Géopolitique de la RUSSIE et de ses frontières" , éd. Diploweb via Amazon

. P. Verluise (dir.), "Histoire, Géographie et Géopolitique de l’Union européenne. A l’heure du Brexit".

. P. Verluise (dir.), "Histoire, Géographie et Géopolitique de l’Asie. Les dessous des cartes, enjeux et rapports de force".

. P. Verluise (dir.), "Histoire, Géographie et Géopolitique du Proche et du Moyen-Orient. Les dessous des cartes, enjeux et rapport de force"

. P. Verluise (dir.), "Histoire, Géographie et Géopolitique de la mondialisation contemporaine. Les dessous des cartes, enjeux et rapports de force"

. S. Schmit, "Histoire, Géographie et Géopolitique de l’Amérique latine : Un sous-continent en pleine transition politique, énergétique et commerciale. Dossiers et fiches pays"

. L. Chamontin, "Ukraine et Russie : pour comprendre"

. L. Bloch, "L’Internet, vecteur de puissance des États-Unis ? : Géopolitique du cyberespace, nouvel espace stratégique"


Vous aussi, construisez le Diploweb !

Une autre façon de construire le Diploweb

Découvrez les livres géopolitiques publiés par Diploweb : des références disponibles via Amazon sous deux formats, Kindle et papier broché

[1NDLR : En juin 2022, sont candidats l’Albanie, la Macédoine du Nord, le Monténégro, la Serbie (hors zone des Balkans occidentaux, la Turquie). La Bosnie-Herzégovine et le Kosovo sont des candidats potentiels. Source : https://ec.europa.eu/info/policies/eu-enlargement_fr

<

DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le mercredi 30 novembre 2022 |
/>