Carte. L’exportation du gaz naturel au Proche et Moyen-Orient : une « guerre des gazoducs »… à relativiser

Par Alexander BARKHUDARYANTS, le 25 septembre 2019.

Alexander Barkhudaryants est docteur en géopolitique de l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis. Sa thèse, sous la direction de Barbara Loyer, soutenue en 2018 et intitulée « la Russie au Proche-Orient (2009 - 2015) : acteurs, enjeux et stratégies » s’intéresse aux facteurs déterminant la présence et action étrangère russes dans la région du Proche-Orient entre 2009 et 2015.

Le scénario d’une guerre en Syrie motivée seulement par la promotion d’un projet de gazoduc au détriment d’un autre résiste-t-il à l’analyse ?

Cet article a pour but de porter un regard critique sur une des explications des raisons de la crise syrienne, à savoir celle qui la liait aux différents projets de gazoducs concurrents au Moyen-Orient. Pour cela, nous présenterons une brève synthèse de ces projets et des principaux arguments de la théorie de la « guerre des gazoducs » dans la première partie, pour ensuite la relativiser dans un second temps.

En août 2009, le Qatar et la Turquie envisagent la construction d’un gazoduc reliant les deux pays. Parmi les différents projets, un tracé devait passer par la Syrie. Le but ultime de ce projet est d’acheminer le gaz qatari en Europe par la Turquie [1]. En 2009, la Syrie refuse ce projet essentiellement parce que North Dome/South Pars [2], le plus grand champ gazier du monde qui devait l’alimenter, se trouve à cheval entre le Qatar et l’Iran, allié de Damas. L’exploitation de ce gisement par le Qatar se serait donc fait au détriment de l’Iran.

En revanche, en 2011, les ministres du pétrole de l’Irak, de l’Iran et de la Syrie signent un accord préliminaire pour la construction du gazoduc « Islamic gaz pipeline » reliant le même champ gazier (côté iranien) à la Syrie par l’Irak [3]. Ce projet prévoyait également l’exportation du gaz vers l’Europe.

Carte. L'exportation du gaz naturel au Proche et Moyen-Orient : une « guerre des gazoducs »… à relativiser
Carte. Les projets de gazoducs concurrents au Proche et Moyen-Orient entre 2009 et 2015
Cliquer sur la vignette pour agrandir la carte. Réalisation : Alexander Barkhudaryants

La concurrence entre le projet de gazoduc qatari et « l’Islamic gaz pipeline » a été un sujet récurrent des analyses géopolitiques, dont certaines l’érigèrent au rang des causes profondes de la crise syrienne. Ainsi, selon certaines sources le refus de Damas de participer au projet du gazoduc qatari expliquerait la volonté occidentale et qatarie de faire chuter le régime d’al-Assad [4].

Pourtant, cette vision est à notre avis très réductrice et ne prend pas en considération toute une série de facteurs, à savoir :

. Le projet de gazoduc russe « Blue Stream 2 » [5] est systématiquement évacué de ces analyses. Ainsi, la « guerre des gazoducs » n’engagerait que l’Iran et le Qatar, alors que la Russie et le Qatar sont justement deux très grands concurrents sur le marché gazier ;

. La faisabilité des projets de gazoducs évoqués est souvent remise en cause par la nature même des contrats respectifs, ainsi que par l’environnement géopolitique immédiat ;

. La découverte de gisements gaziers en Méditerranée orientale (Cf. Infra), modifiant radicalement le marché énergétique proche-oriental.

En ce qui concerne le deuxième point, le tout premier obstacle à la réalisation du gazoduc qatari semble provenir non pas de l’Iran, mais de l’Arabie saoudite, avec laquelle le Qatar a des relations tendues et des contentieux territoriaux. Ensuite, c’est la question de l’allocation des ressources gazières qui se pose : en 2005 le Qatar met en place un moratoire sur l’exploitation du gisement North Dome afin de préserver ses ressources gazières menacées de s’épuiser rapidement.

La faisabilité de l’« Islamic gaz pipeline » suscite également des interrogations. Tout d’abord, les sanctions internationales et occidentales contre l’Iran excluaient ou rendaient très difficile la participation de capitaux étrangers. L’instabilité des relations entre la Syrie et l’Irak est une autre source de difficultés. En effet, les deux pays connaissent une crise diplomatique à l’été 2009.

Quant à « Blue Stream 2 », le plus grand obstacle à sa réalisation était de l’ordre géopolitique : la volonté de fournir en gaz à la fois la Turquie, Israël, la Syrie, le Liban et les deux entités chypriotes paraît difficilement réalisable.

Enfin, l’une des principales entraves à la réalisation de ces trois gazoducs vient de la découverte de ressources gazières considérables dans les espaces maritimes de la Méditerranée orientale à partir de 2009. Cette découverte a rendu caducs les projets d’exportation de gaz vers Israël et Chypre qui sont sur le point de devenir eux-mêmes exportateurs de l’or bleu.

En résumé, il faut noter qu’à l’échelle régionale les trois projets de gazoducs s’inscrivent effectivement dans des agendas géoéconomiques différents, voire concurrentiels. Cependant, nous avons démontré que la construction de ces gazoducs suppose la résolution de toute une série de défis financiers, géologiques et géopolitiques. Toujours est-il que pour l’ensemble des raisons que nous venons d’évoquer, le scénario d’une guerre motivée seulement par la promotion d’un projet de gazoduc au détriment d’un autre nous paraît exagéré [6].

Copyright 2019- Barkhudaryants/Diploweb.com

Titre du document :
Carte. Les projets de gazoducs concurrents au Proche et Moyen-Orient entre 2009 et 2015

Cliquer sur la vignette pour agrandir la carte. Réalisation : Alexander Barkhudaryants



Document ajouté le 24 septembre 2019
Document JPEG ; 628048 ko
Taille : #LARGEURx1743 px

Visualiser le document

Le scénario d’une guerre en Syrie motivée seulement par la promotion d’un projet de gazoduc au détriment d’un autre résiste-t-il à l’analyse ? Carte commentée.


Vous aussi, construisez le Diploweb !

Une autre façon de construire le Diploweb

Découvrez les livres géopolitiques publiés par Diploweb : des références disponibles via Amazon sous deux formats, Kindle et papier broché

[1Carlisle T. « Qatar seeks gas pipeline to Turkey ». The National business [En ligne]. 26 août 2009. Disponible sur  : < www.thenational.ae > (consulté le 13 avril 2016)

[2North Dome étant l’appellation qatarie et South Pars – iranienne du même champ gazier.

[3Hafidh H., Faucon B. « Iraq, Iran, Syria Sign $10 Billion Gas-Pipeline Deal ». Wall Street Journal [En ligne]. 25 juillet 2011. Disponible sur  : <www.wsj.com> ; (consulté le 14 janvier 2016)

[4Cf. par exemple : Ahmed N. « Syria intervention plan fueled by oil interests, not chemical weapon concern ». The Guardian [En ligne]. 30 août 2013. Disponible sur  : <www.theguardian.com> ; (consulté le 14 janvier 2016) ;
Du côté russe Cf. « Eŝe odin gaz [Encore du gaz] ». Kommersantʺ vlastʹ. 28 janvier 2013. n°3, p. 11.

[5« Blue Stream 2 » est un projet de gazoduc russo-turc annoncé en 2009, censé relier la Russie et la Turquie par la mer Noire, regagner ensuite le littoral sud de la Turquie pour arriver enfin en Israël par la mer Méditerranée. Outre Israël, le nouveau gazoduc aurait permis d’exporter le gaz russe vers Chypre, le Liban et la Syrie.

[6Ressources : « Entretien avec David Amsellem – Le facteur gazier dans le conflit syrien ». Les clés du Moyen-Orient [En ligne]. 10 mars 2014. Disponible sur  : < http://www.lesclesdumoyenorient.com/Le-facteur-gazier-dans-le-conflit.html > (consulté le 13 avril 2016)
Ahmed N. « Syria intervention plan fueled by oil interests, not chemical weapon concern ». The Guardian [En ligne]. 30 août 2013. Disponible sur  : < http://www.theguardian.com/environment/earth-insight/2013/aug/30/syria-chemical-attack-war-intervention-oil-gas-energy-pipelines > (consulté le 14 janvier 2016)
Cafiero G. « Qatar’s precarious position between Saudi Arabia, Iran ». Al-Monitor [En ligne]. 4 février 2016. Disponible sur  : < http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/02/qatar-balancing-act-saudi-arabia-iran-risk.html > (consulté le 16 avril 2016)


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le lundi 2 décembre 2019 |