Vidéo. Pierre de Bousquet de Florian. La coordination du renseignement et de la lutte anti-terroriste

Par Estelle MENARD, Fabien HERBERT, Pierre DE BOUSQUET DE FLORIAN, Pierre VERLUISE, Selma MIHOUBI, le 10 janvier 2018  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Pierre de Bousquet de Florian est le coordinateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme (Présidence de la République). Propos recueillis par Pierre Verluise, Selma Mihoubi et Fabien Herbert dans le cadre des Assises Nationales de la Recherche Stratégique (30 novembre 2017). Images et son : Fabien Herbert et Selma Mihoubi. Montage : Fabien Herbert.

Pierre de Bousquet de Florian, coordinateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme (France) a répondu aux questions du Diploweb.

. Qu’est-ce que la coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme ?

. Quel est le rôle de la pédagogie dans la lutte contre le terrorisme ?

Cette vidéo peut facilement être diffusée en classe ou en amphi pour illustrer un cours ou un débat.

Résumé par Estelle Ménard pour Diploweb.com

La coordination du renseignement et de la lutte anti-terroriste est plus qu’une mission classique de production d’informations. Derrière, réside un réel travail de consolidation du renseignement par le coordinateur, qui a pour mission d’enrichir les informations qui doivent parvenir aux plus hautes autorités de l’Etat. Cet enrichissement du renseignement permet d’assurer une vision globale et complète aux décideurs publics.

Trois dimensions du renseignement sont ainsi coordonnées : les dimensions géopolitique, criminalistique et stratégique. La géopolitique permet d’examiner les racines d’un problème criminel ou terroriste afin d’éviter de faire des amalgames ou de rester trop superficiel dans son analyse. C’est un travail essentiel pour rendre compte d’un monde fragmenté et chaotique. La dimension criminalistique est d’autant plus importante que nous faisons face à un phénomène de porosité entre le droit commun et le terrorisme. En effet, le renseignement montre que les adversaires ont souvent des profils hybrides. Par exemple, en Afrique, dans la bande sahélo-saharienne, les trafics d’armes, de drogues, de migrants et le terrorisme sont très souvent menés par les mêmes équipes, qui utilisent les mêmes routes et les mêmes territoires. Enfin, la dimension stratégique est utile dans la détermination de liens et d’intérêts communs à des organisations terroristes et des États, ce qui est notamment le cas dans les pays du Levant.

Il faut enfin insister sur la vocation pédagogique du métier de coordinateur du renseignement et de la lutte contre le terrorisme. Les services de renseignement inspirent souvent la méfiance quant à leurs méthodes et leurs objectifs. Simultanément, les services secrets fascinent. Ainsi, pour démystifier le renseignement et convaincre le grand public de son utilité, M. de Bousquet de Florian considère qu’une démarche explicative est nécessaire, par voie d’action de presse, entre autres. Les décideurs publics ne sont pas exclus de cette démarche pédagogique : il est important d’entretenir une relation de confiance avec les hautes autorités, en assurant la conformité des procédés et des objectifs du renseignement avec le droit et la constitution.

Copyright Janvier 2018-Diploweb.com


Plus

Découvrez plus de vidéos géopolitiques sur la chaine youtube.com Diploweb

Encore plus !

Découvrez les livres géopolitiques publiés par Diploweb : des références disponibles via Amazon sous deux formats, Kindle et papier broché

<

DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le mardi 18 septembre 2018 |
/>