Carte de l’industrie nucléaire chinoise : besoins d’approvisionnement et stratégies géopolitiques

Par Teva MEYER

Teva Meyer est Docteur de l’Institut Français de Géopolitique (Université Paris 8) et Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche en géographie à l’Université de Haute-Alsace (Mulhouse). Ses recherches portent sur la géopolitique des énergies, et en particulier du nucléaire civil, ainsi que sur la géopolitique de la Suède.

L’industrie nucléaire civile chinoise est une dimension méconnue de l’émergence de la Chine. Cette carte lève le voile. Le développement à grande échelle du nucléaire civil en Chine ne vise pas uniquement à répondre à la demande énergétique grandissante, mais également à faire du pays un des géants incontournables de l’industrie atomique dans le monde. Illustré en pied de page d’une carte grand format.

Avec un total de 31 réacteurs nucléaires en construction en 2017 et de 40 autres planifiés, la Chine est incontestablement le moteur du développement de l’énergie atomique dans le monde, et ce en dépit d’un court ralentissement suite à l’accident de Fukushima (2011), au Japon. Alors que les 36 tranches actuellement en fonction ne représentent que 32 GW de capacité nucléaire pour moins de 3% de la consommation d’électricité, le treizième plan quinquennal vise à doubler ce volume avant 2020. Les projections les plus ambitieuses tablent sur près de 500 GW de capacité nucléaire en 2050, soit près de 15% de la consommation électrique chinoise.

Afin d’assurer l’approvisionnement en uranium nécessaire à un tel développement, le gouvernement chinois a mis en place la stratégie dite des « trois tiers ». Un premier tiers des ressources est extrait des gisements uranifères chinois dont les plus importants, situés principalement en Mongolie-Intérieure, n’ont pas encore été mis en exploitation. Un autre tiers du combustible est acquis par l’achat de participations par deux entreprises, la Compagnie nucléaire nationale chinoise (CNNC) et la Compagnie générale chinoise du nucléaire (CGN), dans des mines d’uranium à l’étranger. Si les gisements en exploitation sont pour le moment uniquement situés en Afrique (Namibie et Niger) et en Asie centrale (Kazakhstan), les entreprises chinoises ont acquis des droits d’exploitation et d’exploration en Australie, au Canada et au Moyen-Orient. Enfin, un dernier tiers de l’approvisionnement est assuré par des contrats d’achat à long et court termes signés avec différentes entreprises canadienne, kazakh, australienne et ouzbek. Si le minerai d’uranium est acheté à l’étranger, la Chine réalise l’ensemble des étapes de fabrication du combustible (conversion de l’uranium, enrichissement puis assemblage des combustibles) sur son propre territoire.

Le développement à grande échelle du nucléaire en Chine ne vise pas uniquement à répondre à la demande énergétique grandissante, mais également à faire du pays un des géants incontournables de l’industrie atomique dans le monde. Les entreprises chinoises ont développé un catalogue de réacteurs nucléaires basés sur des modèles français, américains et canadiens. Seul le Pakistan exploite aujourd’hui une centrale nucléaire exportée par la Chine. Toutefois, l’industrie chinoise a répondu à de multiples appels d’offres pour la construction de nouvelles tranches et s’est déjà positionnée comme futur fournisseur de pays envisageant de se tourner vers l’énergie atomique. En sus, la Chine accompagne sa stratégie d’exportation technologique en investissant financièrement dans le développement du nucléaire à l’étranger.

Copyright Mai 2017-Meyer/Diploweb.com

Carte du déploiement mondial de l'industrie nucléaire chinoise : besoins d'approvisionnement et stratégies géopolitiquesTitre du document :
Carte du déploiement mondial de l’industrie nucléaire chinoise : besoins d’approvisionnement et stratégies géopolitiques

Cette carte présente les activités de l’industrie nucléaire civile chinoise. Réalisation par Teva Meyer pour Diploweb.com



Document ajouté le 25 mai 2017
Document JPEG ; 711612 ko
Taille : 2400x1853 px

Visualiser le document


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le vendredi 23 juin 2017 |