Podcast. Comment préparer et réussir un oral - une colle - de Géographie ou Géopolitique ?

Par James LEBRETON, Pierre VERLUISE, le 26 septembre 2023  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Pierre Verluise, Docteur en Géopolitique, enseigne la Géographie et la Géopolitique en CPGE à Blomet (Paris) et dans l’enseignement supérieur en Master 2, à l’Université catholique de Lille et à l’ILERI (Paris).
James Lebreton, documentaliste à l’Ecole Normale Catholique Blomet, a réalisé le montage du podcast.

L’expression orale est un exercice difficile. Les étudiants en CPGE ont le privilège de bénéficier régulièrement d’interrogations orales, appelées Colles - ou à l’ancienne Khôlles. Lors des concours, après une première sélection à l’écrit, arrive généralement une deuxième sélection à l’oral. Avec des modalités qui varient d’un concours à l’autre, d’une grande école à l’autre, ou d’un Master à l’autre, l’oral reste donc le moment décisif. Il en va de même lors des entretiens d’embauche.

Chacun saura trouver ici des conseils de méthode à adapter à son objectif. Ces conseils - construits sur plus de 1800 expériences - se présentent sous deux formes : audio via deux podcasts, écrite via une mise en forme binaire des moments clés : Chercher à ; Eviter de.

Respirez, ça va bien se passer.

Version podcast

1ère partie : la préparation

2e partie : la prestation

Bonus, écouter une conférence de Pierre Verluise qui reprend ces méthodes, mais sur une durée plus longue : Comment la guerre russe en Ukraine transforme-t-elle l’UE ?.


Version écrite

Première phase : l’attente

Durant l’attente, cherchez à :

. Ne pas laisser s’installer un stress et l’évacuer à votre façon.
. Vérifier comment fonctionne l’enregistrement audio de votre téléphone portable pour pouvoir enregistrer la colle si l’enseignant l’autorise.
. Mettre son téléphone portable sur silencieux et ne plus s’en occuper, éloigner tout ce qui peut vous déconcentrer.

Commentaire Linkedin de Josué C. étudiant à Science Po Paris
" Respirez, ça va bien se passer " : Quelques souvenirs douloureux de mes khôlles 😂 mais que dire de plus de cet apprentissage nécessaire ? Je recommande vivement la méthode de Pierre Verluise Dr qui connaît ce sujet mieux que personne 👍.

. Avoir l’humilité nécessaire pour suivre les conseils donnés en matière de gestion de la respiration pour « faire baisser la température physique et émotionnelle ».
. S’asseoir en se tenant droit sur une chaise ou marcher lentement en restant concentré sur sa respiration en cherchant à prolonger l’expiration.
. Se rendre disponible et réactif, l’esprit clair.

Durant l’attente, évitez de :

. Arriver en retard, après une folle course dans les rues et les couloirs.
. Se présenter de façon négligée.
. Se laisser intoxiquer par le stress des concurrents.
. S’asseoir par terre, ce qui peut gêner la respiration. Vous pouvez demander une chaise.
. Relire pour la 20e fois ses notes au risque de s’embrouiller.
. S’imaginer qu’on va tomber sur « le sujet idéal », d’une part parce qu’il existe rarement, d’autre parce que ce n’est pas une garantie de réussite.
. Formuler des phrases négatives (je ne sais rien, je ne vais pas y arriver, j’ai pas de chance, c’est foutu, etc.)

2e phase : la préparation

Durant la préparation, cherchez à :

. Lors de la remise du sujet, établir d’emblée une relation de communication avec le jury, saluer poliment. « Bonjour Madame », ou « Bonjour Monsieur »
. Poser ses affaires, noter précisément le sujet.
. Prendre sa montre, du papier propre, des stylos de couleur, son téléphone portable pour s’enregistrer en phase 3.
. Continuer à gérer la dimension physique et émotionnelle.
. Accepter l’imprévu comme une opportunité.
. Réfléchir sur les mots clés du sujet, ses limites chronologiques, ses échelles, sortir des idées au brouillon, trouver une problématique qui réponde au sujet tout en valorisant vos connaissances.

Commentaire Linkedin de Romulo P J, Researcher : "J’ai trouvé les conseils de M. Verluise excellents et je dois ajouter que ces conseils ne se limitent pas au système éducatif français et à l’étude de la diplomatie. Après tout, organiser vos idées et vous présenter de manière appropriée aux examinateurs sont des procédures utiles dans n’importe quel environnement universitaire et pays."

. Préparer vos notes sur deux feuilles. La première comporte l’introduction et la conclusion rédigées.
La deuxième présente en trois colonnes les parties, les 3 sous-parties et arguments. Le brouillon doit déjà produire l’impression d’une pensée organisée, d’un plan équilibré.

Durant la préparation, évitez de :

. Laisser monter le stress lors de l’entrée dans la salle ou de la remise du sujet.
. Faire du hors sujet. La note se joue pour partie dans les premières minutes, lorsque vous cherchez à comprendre le sens du sujet, ses bornes. Préparer un brouillon illisible, sale, sur une feuille déchirée. Vous donneriez ainsi d’emblée une mauvaise impression, avant même d’avoir ouvert la bouche.
. Prétendre tout rédiger.

Podcast. Comment préparer et réussir un oral - une colle - de Géographie ou Géopolitique ?
Pierre Verluise
Source : FranceInfoTV

Troisième temps : la prestation

Durant la prestation, cherchez à :

. Établir une relation de communication avec le jury, le regarder calmement, droit dans les yeux.
. Enregistrer, si le colleur l’autorise, votre prestation avec un téléphone portable, pour objectiver.
. Continuer à gérer la dimension physique et émotionnelle.
. Poser votre montre, vos feuilles, éloigner le stylo pour ne pas être tenté de le manipuler.
. S’asseoir sur le bord de la chaise, poser les mains à plat sur la table. Se tenir droit, pieds à plat.
. Traiter tout le sujet, rien que le sujet.
. Commencer impérativement par une phrase d’accroche, puis l’annonce du sujet. Poursuivez par l’étude des termes du sujet, posez une problématique, annoncez clairement un plan. (env. 1 minute 20 sur 15 minutes)
. Avec un œil sur la montre, adaptez votre rythme avec pour objectif de commencer la conclusion à la 14e minute si vous visez 15 minutes.
. Une voix claire et audible, sans excès. Articulez, sans grimacer.
. Faire apparaitre implicitement, par un silence, le ton et la gestuelle tous les éléments que le jury attend : problématique, parties, sous-parties. Faire une phrase de transition entre les parties 1 et 2, puis 2 et 3. Après un temps de silence, « Notre problématique était… .+ message essentiel - idée maitresse + ouverture pertinente.
. Faire exactement le temps imparti (ex. 15 minutes)
. Après votre prestation, stoppez l’enregistrement.
. Si le jury vous pose des questions, prenez le temps de la réflexion. Pourquoi me pose-t-on cette question ? Est-ce parce que j’ai fait une erreur – à corriger – ou pour que je développe ? Si on vous pose une question qui n’a rien à voir avec le sujet, c’est pour évaluer vos connaissances plus générales.
. A la fin, remerciez et en partant dites « Au revoir, Madame », ou « Au revoir Monsieur ». Cela s’appelle la politesse. Accessoirement, c’est à ce moment que le colleur fixe votre note.
. Au calme, écoutez deux fois votre prestation. D’abord pour avoir une impression générale que vous notez sur un cahier spécifique. Puis en relevant et comptant les défauts d’expression et les points positifs. Enfin, détruisez l’enregistrement.


Pour faire la différence, bénéficiez des Masterclass géopolitiques du Diploweb

. Jean-Robert Raviot, C’était quoi l’URSS ?

. Kevin Limonier, Pourquoi les données numériques sont-elles géopolitiques ?

. Pierre Verluise, Quels sont les fondamentaux de la puissance ?


Durant la prestation, évitez de :

. Laisser monter le stress.
. Venir avec un brouillon sur une feuille déchirée, des stylos cassés. Le côté « négligé » est à proscrire, y compris avec des colleurs que vous croyez connaître.
. Oublier que « ce n’est qu’un jeu ». Il y a des tas d’évènements beaucoup plus graves dans la vie.
. Mettre des obstacles entre vous et le jury (ex. trousse).
. Parler trop vite, au risque de générer un décrochage et de ne pas tenir le temps exigé.
. Commencer par « Donc », terminer par « Voilà… »
. Bafouiller. Commencer par « Donc, euh, tout d’abord, euh », puis multiplier les « euh ». Coupez le son quand vous réfléchissez.
. Regarder dans le vague ; faire les gros yeux.
. Se regarder « pédaler ». Se dire « finalement, cela se passe bien ». Cela induirait une déconcentration qui se paierait dans le dixième de seconde.
. Se vautrer dans sa chaise, tordre son corps, croiser les jambes.
. Bouger ses jambes au point de donner le mal de mer au jury.
. Renifler, aspirer l’air et/ou sa salive de façon bruyante.
. Faire souffrir le jury en souffrant de manière trop visible.
. Avoir la voix qui tremble et donner au jury l’impression que vous allez tourner de l’œil ou vous mettre à pleurer.
. Mettre les mains sous la table ou tapoter la table avec une main, se tordre les mains, faire des gestes brusques, se frotter la tête, s’épiler un bras, voire le torse… (cela arrive, oui)
. Ne pas articuler. Etre inaudible.
. Grimacer à force de vouloir articuler.
. S’essuyer un œil avec un air fatigué. Le jury aussi est fatigué mais il ne le fait pas paraître.
. Se perdre dans ses notes et tourner ses feuilles avec un air paniqué ou épuisé. Donner l’impression que vous ne savez plus où vous en êtes.
. Formuler vous-même un message négatif sur votre prestation « Zut, j’ai oublié de parler de… »
. Faire des parenthèses qui égarent le jury.
. Faire des fautes de français ("la population française reçoit ce dont elle mérite…"), inventer des mots ou des « concepts » : "la grande décompression des pays européens" ; "Les États-Unis colonisent légèrement Cuba" ; "la machinisation" ; "la prévisation de l’industrie".
. Se tenir la tête, mettre la main devant la bouche.
. Bloquer sur une idée : la répéter ou la chercher longuement « ça va me revenir… je le savais tout à l’heure… non, j’ai un blanc ».
. Faire des silences, (record à ne pas battre : 28 secondes) a fortiori avec la bouche ouverte…
. Éviter les tics de langage : à savoir ; il convient, pas que…
. Ne donnez pas l’impression de faire la leçon au colleur par des formules comme : « Il faut savoir que ».
. Jouer avec sa bague ou un stylo en le faisant tourner.
. Papillonner des yeux.
. Terminer avant la fin du temps imparti. Difficile de prétendre avoir la moyenne avec moins de la moitié du temps demandé. Le jury pense que vous n’avez ni les connaissances ni le savoir faire.
. Terminer après le temps imparti. Le jury pense que vous en maitrisez pas le tempo, voire que vous voulez l’empêcher de parler. Or, il adore vous poser des questions…

Copyright pour les podcasts et pour le texte : 2023-Verluise/Diploweb.com


Vous aussi, construisez le Diploweb !

Une autre façon de construire le Diploweb

Découvrez les livres géopolitiques publiés par Diploweb : des références disponibles via Amazon sous deux formats, Kindle et papier broché


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le mercredi 29 mai 2024 |