Carte. Combien d’abonnés à la téléphonie mobile en Afrique ?

Par Christian BOUQUET, le 30 janvier 2020.

Christian Bouquet, Professeur émérite de Géographie politique, Université Bordeaux-Montaigne, Laboratoire LAM "Les Afriques dans le Monde" (CNRS).

Les chiffres de la téléphonie mobile en Afrique sont difficiles à obtenir et à exploiter, mais le boom évident. Cette carte commentée apporte des précisions utiles.

À l’ère où les « datas » rythment la respiration du monde, les chiffres de la téléphonie mobile en Afrique sont difficiles à obtenir et à exploiter. Les chiffres sont peu sûrs mais le boom évident.

Ainsi la Banque mondiale vient-elle de publier les données portant sur le nombre d’abonnés à la téléphonie mobile pour 100 habitants et pour les 54 pays du continent africain en 2017. LAMencartes [1], qui avait déjà cartographié les chiffres de 2014, a donc actualisé sa représentation graphique.

Carte. Combien d'abonnés à la téléphonie mobile en Afrique ?
Carte de l’Afrique. Abonnés à la téléphonie mobile
Cliquer sur la vignette pour agrandir la carte de la téléphonie mobile en Afrique (2017)

Des chiffres peu sûrs…

L’étude comparative fait apparaître un paradoxe : 24 pays voient leur « score » baisser entre 2014 et 2017. Nous pouvons imaginer plusieurs raisons : un accroissement de la population plus rapide que celui du nombre des abonnés, ou – plus probablement – l’obligation faite aux opérateurs à partir de 2015 d’identifier avec précision leurs abonnés, qui a conduit à fermer des milliers de lignes. À cette occasion, nous avions remarqué que cette identification obligatoire passait par la photographie de l’abonné, prise dans l’agence de l’opérateur, lui permettant ainsi de disposer d’une extraordinaire banque de données pour le jour où la reconnaissance faciale sera autorisée…

Globalement, les chiffres de la Banque mondiale affichent une moyenne de 107 abonnés à la téléphonie mobile pour 100 habitants dans la zone Afrique du Nord – Moyen-Orient, et 72 dans la zone Afrique subsaharienne. Face à ces tableaux, les observateurs sont partagés. Certains font remarquer qu’on manque de détails sur le profil de chaque abonné : tous ne disposent pas d’un smartphone, et beaucoup se contentent d’un appareil basique sur lequel ils se contentent de recevoir des appels, faute de moyens.

Pour autant, tous ceux qui parcourent les campagnes africaines n’ont pas manqué de remarquer qu’il y avait beaucoup plus d’antennes-relais pour la téléphonie mobile que de poteaux électriques ou de fontaines d’eau potable. Dans les villages les plus reculés, on peut même recharger les téléphones avec un micro-panneau solaire ou un petit groupe électrogène.

Le même doute plane sur la fiabilité des chiffres des abonnés à Internet. Selon la Banque mondiale, qui s’appuie sur des données émanant de l’Union internationale des Télécommunications, il y aurait 55 % d’internautes en Afrique du Nord et Moyen-Orient, et 22 % en Afrique subsaharienne. De son côté, le site World Stats, qui agrège les données de Facebook, affiche des pourcentages globalement supérieurs mais très différents d’un pays à l’autre. Ainsi peut-on lire, selon World Stats, que les deux pays les plus connectés sont le Kenya et le Liberia à plus de 80 %. Mais, selon la Banque mondiale, ce sont la Tunisie et le Gabon, à moins de 65 %.

Quand on croise les données de la téléphonie mobile et de l’Internet, on pointe les mêmes contradictions, mais celles-ci ne sont probablement qu’apparentes et liées à la zone grise qui existe entre abonnements et piratages.

…mais un boom évident

On a donc du mal à se faire une idée exacte. Mais si les chercheurs sont dubitatifs, les multinationales du commerce et de la finance en ligne ne s’y trompent pas.

Il y a d’abord les sociétés de transfert d’argent qui ont très tôt compris l’intérêt de ce nouveau mode de communication pour faciliter la redistribution à l’intérieur et depuis l’extérieur du continent. Les entreprises américaines Western Union et Moneygram gèrent des marchés de l’ordre de 40 milliards d’euros par an, sur lesquels elles prennent de juteuses commissions.

De même, les sociétés d’achat en ligne ont commencé à investir le continent, où les populations – du moins les mieux scolarisées – ont très vite adopté les nouveaux modes de paiement par le simple biais du téléphone. La maîtrise du portable et de l’Internet a très vite gagné l’ensemble du tissu social et l’on trouve dans toutes les villes et même dans les gros bourgs de campagne des jeunes gens, souvent assis sous le parasol de leur opérateur, qui peuvent vous « vendre du crédit téléphonique » par le truchement de leur propre téléphone.

On peut aussi – image presque indécente – parier sur un match de football international ou sur une course de chevaux à Chantilly en s’adressant là encore à des jeunes gens installés à l’ombre d’un acacia à N’Djaména ou dans les escaliers d’Analakely à Antananarivo. C’est généralement la Française des Jeux qui supervise ces transactions.

Super bonus : Trois cartes du Mozambique : si riche et pourtant si pauvre, par C. Chabert

À côté de ces dérives, la révolution du téléphone portable et de l’Internet aura peut-être des effets plus positifs sur le processus démocratique – péniblement – à l’œuvre en Afrique. En effet, lorsque chaque électeur pourra photographier les résultats des élections le soir du comptage dans son bureau de vote, puis le comparer aux résultats officiels (s’ils sont publiés bureau de vote par bureau de vote), la triche ne sera plus possible. Du moins si les autocrates ne coupent pas le réseau…

Alors, bienvenue aux antennes-relais ?

Copyright pour le texte Janvier 2020-Bouquet/Diploweb.com

Titre du document :
Carte de l’Afrique. Abonnés à la téléphonie mobile

Cliquer sur la vignette pour agrandir la carte de la téléphonie mobile en Afrique (2017)



Document ajouté le 30 janvier 2020
Document JPEG ; 270357 ko
Taille : #LARGEURx1753 px

Visualiser le document

Les chiffres de la téléphonie mobile en Afrique sont difficiles à obtenir et à exploiter, mais le boom évident.


Vous aussi, construisez le Diploweb !

Une autre façon de construire le Diploweb

Découvrez les livres géopolitiques publiés par Diploweb : des références disponibles via Amazon sous deux formats, Kindle et papier broché

[1Site de cartographie du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde) de Sciences Po Bordeaux


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le vendredi 23 octobre 2020 |