Carte. L’impact du COVID-19 sur l’économie du tourisme dans l’Union européenne

Par Charlotte BEZAMAT-MANTES, le 9 février 2022.

Charlotte Bezamat-Mantes est Docteure de Géographie mention Géopolitique – Institut Français de Géopolitique (IFG, Université Paris 8) et cartographe indépendante. Ses travaux ont été récompensés en 2021 par le Prix de thèse de l’Association Française d’Études Canadiennes (AFEC). Rédactrice-Cartographe pour Diploweb.com depuis septembre 2014. Membre de son Conseil scientifique depuis 2022.

Inédite, cette carte présente d’abord le tourisme, un secteur économique de poids variable dans l’Union européenne, puis la chute inégale en 2020 des revenus issus du tourisme. La carte grand format se trouve en pied page. Diploweb vous offre aussi la carte au format PDF haute qualité d’impression.

I. Le tourisme, un secteur économique de poids variable dans l’Union européenne

En 2019, les hébergements touristiques [1] de l’Union européenne à 27 (UE-27) ont enregistré plus d’un milliard d’arrivées [2] . Les revenus associés aux activités du tourisme s’élevaient cette année-là, soit avant la pandémie de COVID-19, à plus de 995 798 millions d’euros [3].

Le tourisme est un secteur important de l’économie de l’UE, comptant en 2019 pour 10,24 % du PIB des 27. Ce secteur a toutefois un poids très variable dans les économies des États membres. Il ne représente que 4,2 % du PIB de l’Irlande mais près d’un quart du PIB de la Croatie, dernier État à avoir rejoint l’UE en 2013.

Carte. L'impact du COVID-19 sur l'économie du tourisme dans l'Union européenne
Carte. L’impact du COVID sur l’économie du tourisme dans l’Union européenne
Cliquer sur la vignette pour agrandir la carte grand format JPG. Cliquer ici pour voir la carte au format PDF haute qualité d’impression. Conception et réalisation : Charlotte Bezamat-Mantes pour Diploweb.com

Comme l’illustre la carte disponible en grand format en pied de page, (I. de la légende), nous pouvons distinguer cinq groupes d’États selon le poids du tourisme dans l’économie nationale.

Les États pour qui le tourisme représente un secteur relativement peu important sont la Belgique, le Danemark, l’Irlande, la Lituanie, la Pologne, la République tchèque, la Roumanie et la Slovaquie. Dans ces huit pays, le tourisme pèse entre 4,2 et 6,4 % du PIB.

Dans le deuxième groupe, le tourisme constitue un moteur économique plus important mais encore relatif (7,3 à 8,9 % du PIB). Il s’agit de la Finlande, la Hongrie, la Lettonie, le Luxembourg mais aussi la France qui était en 2018 la première destination touristique au monde [4].

Dans le troisième groupe de pays (Allemagne, Autriche, Bulgarie, Estonie, Pays-Bas et Slovénie), le tourisme pèse pour près d’un dixième de l’économie nationale (de 9,8 à 11,8 % du PIB).

Pour Chypre, l’Espagne, l’Italie, Malte et le Portugal, le secteur du tourisme constitue une importante source de richesses : il représente entre 13,1 et 17,1 % du PIB.

Enfin, deux pays sont particulièrement dépendants des richesses issues du tourisme : la Grèce (20,3 % du PIB) et la Croatie (24,3 %).

La pandémie de COVID-19, qui débute en Chine à la mi-décembre 2019, touche progressivement le continent européen début 2020 et affecte profondément ce secteur producteur de richesses.

II. En 2020, la chute inégale des revenus issus du tourisme

Le 13 mars 2020, le directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, déclare que l’Europe est « à l’épicentre de la pandémie du COVID-19 » [5]. Le continent totalise alors près de 38 % des cas enregistrés depuis le début de la pandémie.

Au début du mois de mars 2020, des mesures de contrôle aux frontières sont mises en place individuellement par les États membres. Le 17 mars 2020, ce sont toutes les frontières extérieures de l’espace Schengen (qui comprend 22 États membres de l’UE, mais encore hors UE la Norvège, l’Islande, le Liechtenstein et la Suisse) qui sont fermées, restreignant ainsi très fortement la possibilité d’arrivée de ressortissants étrangers [6]. Les frontières extérieures de Schengen ne rouvrent que partiellement à partir du 1er juillet 2020.

La fermeture des frontières et la propagation de l’épidémie ont des résultats significatif sur le secteur du tourisme. On compte pour l’année 2020 autour de 460 millions d’arrivées en hébergement touristique dans l’UE-27 [7], soit une baisse de 54 % par rapport à l’année 2019.

La baisse du nombre d’arrivées affecte grandement les recettes du tourisme (II. de la légende ). Les cercles proportionnels en bleu sur la carte indiquent les revenus du tourisme en 2019 et ceux en rouge les revenus en 2020. Entre 2019 et 2020, les revenus du tourisme sont divisés par deux : ils passent de plus de 995 798 millions d’euros à 498 208 millions.

Les États membres de l’UE sont toutefois très inégalement affectés par la baisse des revenus du tourisme. Le Luxembourg enregistre une baisse de seulement 19,4 % des revenus du tourisme, alors que ce secteur n’est pas très important pour son économie. Les pays les plus touchés sont Chypre (-74 %), l’Irlande (-70 %) et Malte (-68 %) ainsi que l’Espagne, la Croatie et la Grèce qui enregistrent une baisse d’environ 60 %. Or, Chypre, la Grèce, Malte, l’Espagne et Chypre font partie des pays dont l’économie repose le plus lourdement sur le tourisme (de 24,3 à 13,4 % du PIB). La pandémie de COVID-19, en impactant le secteur du tourisme, a donc fortement fragilisé l’économie de ces pays en 2020.

La carte au format PDF haute qualité d’impression

Copyright pour le texte et la carte février 2022-Bezamat-Mantes/Diploweb.com

Titre du document :
Carte. L’impact du COVID sur l’économie du tourisme dans l’Union européenne

Cliquer sur la vignette pour agrandir la carte grand format JPG. Cliquer ici pour voir la carte au format PDF haute qualité d’impression. Conception et réalisation : Charlotte Bezamat-Mantes pour Diploweb.com



Document ajouté le 9 février 2022
Document JPEG ; 479518 ko
Taille : #LARGEURx768 px

Visualiser le document

Cette carte inédite présente clairement le poids variable du tourisme dans les économies des Etats membres de l’UE puis la chute inégale des revenus de cette activité en 2020.


Vous aussi, construisez le Diploweb !

Une autre façon de construire le Diploweb

Découvrez les livres géopolitiques publiés par Diploweb : des références disponibles via Amazon sous deux formats, Kindle et papier broché

[1Les hébergements touristiques comprennent les hôtels, les campings et les autres moyens d’hébergement de courte durée.

[2Eurostat, 2021, « Arrivals at tourist accommodation establishments - monthly data ».

[3Eurostat, 2021, « Gross domestic product at market prices » et World Travel and Tourism Council (2021), « Economic Impact Reports ».

[4Statista, 2021, « Leading country destination worldwide in 2018, by number of international tourist arrivals ».

[5Dagorne Guy, lemonde.fr, « Coronavirus : comment l’Europe est devenue l’« épicentre » de la pandémie », 18 mars 2020.

[6Gaillard Barthélémy, touteleurope.eu, « Schengen : la carte des restrictions aux frontières nationales », 16 juillet 2020.

[7Eurostat, 2021, « Arrivals at tourist accommodation establishments - monthly data ».


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le dimanche 7 août 2022 |