3/2014 Actualité internationale
Fiche synthèse de mars 2014

Par Axelle DEGANS, le 1er avril 2014  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Agrégée d’histoire, co-auteure de Les grandes questions internationales, éd. Studyrama 2013 et auteure du livre Les pays émergents : de nouveaux acteurs, Ed. Ellipses, collection CQFD, 2011. Professeure d’histoire, de géographie et de géopolitique en classes préparatoires économiques et commerciales au Lycée Dessaignes (Blois).

Synthèse de l’actualité internationale de mars 2014 qui sera fort utile à tous ceux qui veulent disposer d’un point de l’actualité géopolitique ou préparent un concours. Le Diploweb se tiendra à leur côté durant les prochains mois, pour l’écrit puis les oraux. Pour ne rien manquer, le mieux est de s’abonner à notre compte twitter.com/diploweb. Comme les gagnants de l’année passée !

France. Elections municipales

En France, les élections municipales des 23 et 30 mars 2014 se caractérisent par une forte abstention et une poussée de l’opposition. Ce qui conduit à la démission du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, le 31 mars et à la nomination de Manuel Valls, précédemment ministre de l’Intérieur. Ainsi, des élections à l’échelle locale ont des répercussions à l’échelle nationale - le gouvernement - et à l’échelle internationale, via l’attribution des portefeuilles ayant un rayonnement à l’étranger. Bel exemple d’emboîtement des échelles.

Japon. Fukushima, 3 ans déjà (après)

1 minute de silence pour commémorer les 20 000 morts et plusieurs centaines milliers de personnes déplacées à la suite de l’accident nucléaire du 11 mars 2011. Les Japonais restent anxieux. La société Tepco ne sait pas quoi faire de l’eau contaminée utilisée pour refroidir notamment les réacteurs, 436 000 m3 répartis dans un millier de cuves ou citernes et 70 000 m3 stagnent sous la centrale. Il existe des fuites, les nappes phréatiques et l’océan sont contaminés... ce qui fragilise la chaine alimentaire.


L’Ukraine, « étranger proche » de la Russie ?

Depuis le 22 février 2014, le président ukrainien V. Ianoukovitch s’est réfugié en Russie, le parlement de Crimée proclame son indépendance de l’Ukraine.

Par sa superficie, l’Ukraine représente un huitième de la superficie de l’ex-URSS, Russie non comprise. Symboliquement, son poids en peut-être encore plus lourd.

L’Union européenne et les Etats-Unis menacent la Russie de sanctions si Moscou annexe la Crimée, plusieurs dizaines de milliers de soldats russes sont positionnés en Crimée. Un « referendum » organisé en Crimée, qui ne laisse le choix qu’entre une intégration au sein de la Russie ou une indépendance isolée de la Crimée (pas de possibilité de vote pour rester dans le giron ukrainien) donne la « victoire » aux partisans de l’intégration de la Crimée à la Russie, mais l’Assemblée générale de l‘ONU la juge illégale. Les positions russes y sont soutenues par l’Arménie, la Biélorussie, la Corée du Nord, le Soudan, le Zimbabwe, le Nicaragua, Cuba et le Venezuela. La Chine a adopté une neutralité bienveillante envers Moscou.

Ioulia Timochenko a annoncé sa candidature pour les élections présidentielles du 25 mai 2014.

La Turquie, étrange candidate à l’UE ?

La Turquie de Recep Tayyip Erdogan s’en prend à Tweeter. Ce pouvoir devient plus autoritaire et dénonce à mots couverts l’organisation musulmane de Ferthullah Gülen d’être responsable d’une fuite sur You tube à propos d’une possible intervention militaire contre la Syrie voisine. Les élections municipales du dimanche 30 mars 2014 sont un test pour le pouvoir d’Erdogan...

Un pouvoir usé en Arabie saoudite ?

Le pouvoir est toujours aux mains des fils d’Ibn Saoud, et aujourd’hui près de 2 500 princes de sang peuvent y prétendre.

Une gérontocratie au pouvoir dans une pétromonarchie à la tête des principales réserves avérées de pétrole conventionnel de la planète.

Le roi Abdallah, malade, s’inquiète car le prince héritier Salman (79 ans) dont la santé est déjà dégradée pourrait ne pas lui succéder sur le trône. Il vient donc de désigner, en tant que prochain prince héritier, son demi-frère Moqren Ben Abdel Aziz, âgé de 69 ans. Le pouvoir se transmet donc toujours entre frères. Une gérontocratie au pouvoir dans une pétromonarchie à la tête des principales réserves avérées de pétrole conventionnel de la planète, qui doit maintenant envisager le passage du pouvoir à la génération suivante, celle des petits-fils du fondateur. Les rivalités sont de plus en plus fortes au sein de ce qui est une oligarchie princière, chaque prince espérant placer son fils sur le trône.

Riyad, qui est devenu le principal bailleur de fonds de l’Egypte de général Al-Sissi, vient de classer les Frères musulmans comme « terroristes ». Les wahhabites saoudiens redoutent la divergence idéologique qu’ils représentent mais aussi et surtout que les Frères musulmans ne deviennent une source d’inspiration pour une partie de la jeunesse saoudienne.

L’Egypte à l’heure de la répression

Le pouvoir égyptien vient de condamner à la peine capitale pour violence plus de 500 partisans du président M. Morsi – destitué après avoir été élu en juin 2011. Près de 700 autres sont jugées dans une Egypte exsangue, malgré l’aide apportée par les Emirats arabes unis et l’Arabie saoudite. Cette crise économique se double d’une profonde crise sociale. Les manifestants –pro- Frères musulmans- ont été dispersés devant l’Université du Caire.

La guerre encore et toujours en Syrie

Les troupes de Bachar El-Assad reprennent le Krak des chevaliers (construit lors des croisades), une bataille décisive pour fermer la frontière avec le Liban. Les rebelles lancent alors une vaste offensive coordonnée dans le Nord du pays autour de Lattaquié ou Alep, une première depuis la scission entre la branche d’Al-qaida en Syrie et les jihadistes particulièrement radicaux de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Une Libye profondément divisée

La Libye est tiraillée entre de puissantes forces centrifuges. La constitution de 1951 a créé un Etat fédéral autour de composée de trois provinces (Tripolitaine, Cyrénaïque et Fezzan), le roi Idriss 1er est un Senoussi issu de la Cyrénaïque. Ce pouvoir est renversé en 1969 et M. Kadhafi affaiblit cette province dans laquelle est découverte du pétrole. Aujourd’hui, la Cyrénaïque a proclamé son autonomie et Ahmed Zubair al-Senoussi, le petit-neveu d’Idris, incarne cette revendication. La Cyrénaïque a essayé d’exporter du pétrole, sans l’accord de Tripoli, grâce à un pétrolier nord-coréen. La marine libyenne l’a empêché de sortir du port. Tripoli a, par ailleurs, déclaré la guerre au terrorisme car les attaques et les assassinats d’Occidentaux se multiplient, en particulier en Cyrénaïque.

Pas de stabilisation en vue en république centrafricaine

Les violences restent endémiques en RCA, à Bangui les milices anti-balaka se sont de nouveau prises aux populations musulmanes. Ces tensions intercommunautaires ne sont qu’un des aspects de l’instabilité dans laquelle est plongée le pays malgré la présence des forces de l’opération Sangaris et de la Misca (force afrcaine en Centrafrique) qui s’opposent aux milices.

Un bilan de la politique de voisinage (PEV) menée par l’Union européenne

Cette politique a pour but de stabiliser les marges de l’Union européenne, avoir donc la paix à nos portes, et passe par un programme d’aides multiples et variées en direction de nos voisins méridionaux et orientaux. Le bilan de10 ans de cette politique de voisinage est plutôt maigre en termes de chemin parcouru sur la route des réformes. Si la Tunisie a voté une nouvelle constitution, la situation est des plus troubles en Libye ou en Egypte, la Turquie se raidit dans une dérive autoritaire alors que la Syrie a sombré dans la guerre civile. A l’Est, la Géorgie, la Moldavie s’engagent à signer des accords d’association avec l’UE. L’Ukraine, s’y était aussi engagée dans un premier temps avant de se rétracter et de sombrer dans une crise qui est probablement la crise géopolitique la plus grave depuis la chute du Mur (1989). La commission européenne est pourtant totalement incapable de faire son autocritique et de repenser une politique pourtant essentielle.

Bruxelles accorde une aide directe de 1,6 milliards d’euros à Kiev et une aide globale de 11 milliards, la Banque mondiale devrait verser une autre aide de près de 3 milliards de dollars, le FMI une aide comprise entre 14 et 18 milliards de dollars : l’Ukraine peut donc compter sur une aide de 25 à 30 milliards de dollars. Elle devra pourtant mettre en place une politique d’austérité qui ne manquera pas d’être très impopulaire, une récession de près de 3% est attendue pour 2014, alors que les déficits sont élevés (plus de 4% de déficit budgétaire, de 9% pour le déficit courant).

La superficie de la Crimée avoisine 27 000 km2, soit 1/22e de la superficie de l’Ukraine.

La population ukrainienne doit donc se préparer une période de lourds sacrifices, le prix du gaz devrait ainsi augmenter de 50%, alors que l’intégrité de son territoire vient d’être compromise et que le nouveau pourvoir assumé par Arseni Iatseniouk est des plus fragiles. Bruxelles souhaite éviter que l’Ukraine ne devienne un « Etat failli », mais le défi est immense aussi bien pour Kiev que pour Bruxelles.

La Moldavie demande une accélération de la signature d’un accord d’association avec l’UE, avec la perspective d’une future adhésion, pour éviter, affirme-t-elle, le sort de l’Ukraine.

L’Estonie a un nouveau gouvernement

Taavi Roivas est devenu à 34 ans le plus jeune premier ministre de l’Union européenne. Il est en Estonie à la tête d’un gouvernement de coalition entre les sociaux-démocrates et son partir Réforme.

Un partenariat stratégique franco-chinois

C’est le sens de la déclaration conjointe de ces exécutifs à l’occasion de la venue de Xi Jinping en France. Paris souhaite rééquilibrer les relations commerciales qui sont très nettement à son désavantage, Pékin accepte l’idée si Paris facilite les implantations chinoises sur son territoire. Les relations sont tendues, non seulement concernant les positions françaises concernant le Tibet lors des Jeux olympiques de Pékin, mais aujourd’hui surtout à propos de la propriété intellectuelle qui reste un sujet sensible.

Cette visite est l’occasion d’officialiser l’entrée des intérêts chinois dans le capital de Peugeot, et de signer un partenariat pour produire 1 000 hélicoptères, voire un partenariat avec Airbus autour de l’assemblage de l’A320. Environ 250 entreprises chinoises sont implantées sur le sol français, ce chiffre est appelé à progresser.

La monnaie chinoise au cœur de querelles européennes

L’euro 2e monnaie des transactions commerciales ? Non, c’est le yuan, la monnaie chinoise !

Le yuan est devenu la deuxième monnaie des transactions commerciales en lieu et place de l’euro, pour le plus grand plaisir de Pékin qui ne cache pas son intention de « désaméricaniser » le monde monétaire. La City vient d’offrir la possibilité aux investisseurs d’opérer des transactions en yuan (ce qui permet aussi de faire face aux retards de paiements quasi structurels avec le partenaire chinois). Français et Allemands espèrent également développer le commerce en yuans à Paris et Francfort. Une occasion pour Pékin de jouer sur les divisions pour mieux régner... Un nouveau manque d’Europe.

Le Venezuela connait une difficile transition post-Chavez

Son successeur, Nicolas Maduro, n’a visiblement pas le charisme du fondateur de la révolution bolivarienne, et probablement pas non plus son sens politique. L’opposition dénonce l’inflation qui sévit dans le pays, les pénuries et les violences policière. Les manifestations ont réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes, le bilan est lourd puisque plus de 30 personnes ont été tuées.

Copyright Avril 2014-Degans/Diploweb.com


Plus

Les synthèses annuelles des Actualités internationales

Point d’actualité internationale d’avril 2014

Point d’actualité internationale de février 2014

Pour ne rien manquer de l’actualité géopolitique, le mieux est de s’abonner à notre page facebook.com/geopolitique ou notre compte twitter.com/diploweb.

Voir une présentation d’un ouvrage auquel Axelle Degans a contribué "Les grandes questions internationales", L. Briday, A. Chaffel, P. Dallenne, A. Degans, éd. Studyrama


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le lundi 5 décembre 2016 |
#contenu