12/2014 Actualité internationale
Synthèse de l’actualité internationale de décembre 2014

Par Axelle DEGANS, le 1er janvier 2015  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Professeur de chaire supérieure. Agrégée d’histoire, notamment co-auteure de Un monde multipolaire. Géopolitique et géoéconomie, Coll. CQFD, Paris, Ellipses, 2014 ; et Les grandes questions internationales, Paris, Studyrama 2013. Professeure d’histoire, de géographie et de géopolitique en classes préparatoires économiques et commerciales au Lycée Dessaignes (Blois).

Meilleurs vœux pour l’année 2015 à tous les lecteurs du Diploweb.com, dans 190 pays du monde ! Voici une synthèse de l’actualité internationale de décembre 2014 qui sera fort utile à tous ceux qui veulent disposer d’un point de l’actualité géopolitique ou préparent un concours. Pour ne rien manquer, le mieux est de s’abonner à notre compte twitter.com/diploweb.

Tunisie


Béji Caïd Essebi, ancien premier ministre de Ben Ali et candidat de l’alliance laïque Nidaa Tounès, a été élu à la présidence de la République avec plus de 55% des voix exprimées. Cette élection est très symbolique dans ce pays précurseur des révoltes arabes, elle témoigne d’une transition démocratique inexistante en Libye, en Egypte ou en Syrie.

La Grèce en pleine crise politique


Les élections présidentielles sont une nouvelle occasion de montrer que la Grèce ne sort pas de la crise, alors que sa dette dépasse les 321 milliards d’euros. Aucun candidat n’obtient les 3/5ème des voix des parlementaires nécessaires au troisième tour (4/5ème de voix au deuxième tour) pour être élu président.

Grèce, dissolution du parlement, élections législatives courant 2015, quel résultat pour le parti de la gauche radicale ?

Antonis Samaras, premier ministre grec, a pourtant proposé un marchandage politique (l’avancée de la date des élections législatives et des postes au gouvernement) pour faire élire Stavros Dimas, le candidat conservateur. Ce résultat entraîne la dissolution du parlement qui amènera des élections législatives courant 2015 qui pourraient être remportées par Siryzas, le parti de la gauche radicale emmené par Alexis Tsipras. L’année 2015 sera celle de nouvelles élections en Grèce.


Taïwan et la Chine


A Taïwan, le parti Kuomintang (KMT) qui a œuvré un rapprochement historique avec Pékin vient de subir une sévère défaite électorale, perdant 5 des 6 principales villes de l’ile. Elle peut s’expliquer par un mécontentement populaire face à une situation économique décevante, mais aussi par une vraie inquiétude face au rapprochement avec la République populaire de Chine. Un tel rapprochement ne met-il pas en péril l’indépendance de l’ile ?

Une élection sans saveur au Japon.


Shinzo Abe est reconduit sans surprise au poste de premier ministre. Cette élection a suscité peu de passion dans l’archipel nippon confronté à l’inefficacité de toutes les politiques économiques. Il demeure désespérément englué dans la déflation. Une élection pour rien se demandent les Japonais ?

En Uruguay, du neuf avec de l’ancien


Les élections présidentielles ont consacré Tabaré Vazquez, ancien président de l’Uruguay entre 2005 et 2010. Il a battu, lors de cette élection, Luis Lacalle Pou lui-même fils d’un précédent président.

A l’Est, du nouveau...


Herman von Rompuy a laissé son poste de président du Conseil européen au polonais Donald Tusk. Après une présidence très feutrée, la nouvelle présidence s’annonce différente. Donald Tusk est très sensible au dossier ukrainien. Il doit aussi continuer les délicates négociations avec Londres tentée par le « Brexit ».

En Moldavie, les élections législatives ont donné une courte avance aux pro-européens face aux pro-russes.

Une Russie perçue comme plus agressive, voilà bien une marque de 2014.

L’Otan crée une « force intérimaire » capable de se déployer rapidement, en particulier en protection de la Pologne et des pays baltes face à une Russie perçue comme plus agressive. L’Ukraine manifeste, par ailleurs, son désir d’intégrer l’Otan, ce qui serait ressenti comme une agression par Moscou, raison pour laquelle l’Otan n’est pas prête à cet élargissement.

La Russie subit de plein fouet les sanctions économiques occidentales. Elle connait une forte inflation, et dans son discours sur l’état de la nation, Vladimir Poutine proclame une amnistie pour faire revenir les capitaux. La monnaie russe, le rouble, connait une forte dépréciation - plus de 50% sur l’année 2014 - du fait de l’affaiblissement de l’économie aggravée par la chute du cours des hydrocarbures (60 $ le baril de pétrole). L’intervention forte de la banque centrale montre qu’à Moscou on prend très au sérieux une crise qui a une parenté avec celle de 1998...qui a débouché sur une faillite étatique. L’économie russe est attendue en récession pour 2015. Grozny, capitale de la Tchétchénie, a été le théâtre d’une nouvelle flambée de violence – au moment du discours de V. Poutine – qui a fait une vingtaine de morts.

Si les Européens demeurent divisés à propos des sanctions à l’encontre de la Russie, ils s’inquiètent de la crise économique qui affecte leur partenaire et dont rien de bon ne peut sortir. L’Ukraine était déjà au bord de la faillite avant la crise de 2013, elle est soutenue aujourd’hui à bout de bras par Bruxelles... pour combien de temps ? La crise russe provoque en retour la fragilisation des économies des BRIC’s déjà en plein ralentissement... une mauvaise nouvelle pour l’économie mondiale. Tout devrait faciliter une dynamique de sortie de crise par la voie politique.

A l’Ouest un renouveau historique


Barack Obama et Raul Castro annonce un rapprochement historique de leur deux pays, depuis la rupture de relations diplomatiques lors de l’affaire de la « baie des cochons » de 1961 et de la crise des fusées de 1962.

Diplomatie vaticane.

Ce sont des négociations menées depuis plus d’un an sous l’égide du Canada et du pape François - que B. Obama a publiquement remercié - qui ont permis une détente des relations traduites par la libération d’un prisonnier américain et d’environ cinquante prisonniers politiques par La Havane, d’une conversation téléphonique entre les deux chefs de l’exécutif, par la reconnaissance par Washington de l’échec de l’embargo sur Cuba et la reprise de timides relations commerciales. Il reste au Congrès américain de décider – ou non – la levée de l’embargo sur l’ile. La fin d’un vestige hérité de la guerre froide, alors que Cuba handicapé par la sévère crise qui affecte son allié vénézuélien se tourne vers la Chine de Xi Jinping qui y investit. En fait, Washington doit faire évoluer ses positions pour que l’Amérique reste « aux Américains », alors que certains pays d’Amérique latine ont mis en balance leur présence au sommet des Amériques d’avril 2015 en cas d’absence de Cuba. « Todos somos americanos » a déclaré B. Obama : ce sont tous des Américains...

L’Union européenne toujours au milieu du guet...


Avec un produit intérieur brut de 13 000 milliards d’euros, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, décide, pour relancer l’économie de l’Union, d’un plan d’investissement de ...21 milliards d’euros confié à un Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS). Un manque d’ambition assez inquiétant pour notre avenir. La Commission européenne table sur un investissement global (public et privé) de 315 milliards d’euros, et a reçu 2 000 projets pour une somme d’une valeur supérieure à 1 300 milliards. Parmi ces projets, des programmes de réhabilitation énergétique de bâtiments, des aides à des clusters, des lignes ferroviaires à grande vitesse... des projets dans les domaines de l’innovation, de l’éducation, du numérique, et de l’énergie. La France propose l’extension du port de Calais, un gazoduc val de Saône, des prêts aux entreprises dans la robotique...

... mais elle prend son envol


L’Agence spatiale européenne (ESA) est confrontée à la concurrence de Space X, société américaine spécialisée dans le lancement « low cost ». L’année 2014 n’a pas été mauvaise pour Ariane 5, elle a remporté 8 des 13 marchés de l’année. Il lui faut pourtant baisser ses coûts de 5% - du fait de la concurrence – en attendant 2020. A cette date, l’Europe sera dotée d’une Ariane 6. Il s’agit d’une décision aussi porteuse d’avenir que celle de 1985 qui a lancé Ariane 5.

Airbus industrie livre son premier A350, dernier modèle de la firme européenne, à Qatar Airways. Il devrait concurrencer le Boeing 787 et 777 sur les longs courriers, grâce à une consommation de kérosène d’un quart inférieure rendue possible par l’utilisation majoritaire de fibres de carbone dans la construction. 800 appareils ont déjà été commandés, c’est donc d’ores et déjà un succès européen qui génère déjà plus de 16 000 emplois et peut-être à terme 34 000.

Les Palestiniens demandent la fin de l’occupation israélienne

Revenir aux frontières de 1967 avant la guerre des Six jours avec pour capitale des deux pays Jérusalem ?

Les Palestiniens, soutenus par la Jordanie, proposent au Conseil de sécurité de l’ONU de réfléchir à une résolution pour mettre fin à l’occupation de la Cisjordanie à l’horizon 2017 pour « une paix globale, juste et durable » avec Tel-Aviv. Ils proposent de revenir aux frontières de 1967 avant la guerre des Six jours avec pour capitale des deux pays Jérusalem. Ils souhaitent une médiation américaine, alors que Washington ne souhaitent ni mettre Tel-Aviv sous pression ni réduire Israël à un Etat juif. Long est le chemin qui reste à parcourir... alors que plusieurs parlements européens ont reconnu l’Etat palestinien.

A Lima, un nouvel accord sur le climat


Les émissions de GES risquent de provoquer une hausse des températures de 3.6 à 4.8°C d’ici la fin du XXIème siècle, ce qui provoquera de nombreux incidents climatiques et l’extinction de nombreuses espèces.

La conférence de Paris de 2015 s’annonce favorablement… au moins dans les intentions.

Si l’Union européenne s’engage à diminuer ses émission de GES de 40% d’ici 2030, les deux premières économies mondiales s’engagent de réduire d’un quart leurs émission de GES en 2025 (point de départ les émissions de 2005), ce qui est une vraie avancée. Le Fonds vert pour le climat – alimenté par les pays développés pour aider les pays les plus pauvres à faire face au changement climatique – atteint 10 milliards de $. La conférence de Paris de 2015 s’annonce favorablement… au moins dans les intentions.

Les Etats-Unis reconnaissent l’usage de la torture


Un rapport au Congrès sur la CIA reconnait l’usage de la torture par l’agence de renseignement sous la présidence de GW. Bush après les attentats du 11 septembre. Le Royaume Uni demande, auprès de Washington, à connaitre l’implication de ses services que le rapport laisse dans l’ombre. Il est étonnant que Washington reconnaissent publiquement ces actes au risque de ternir son image aux yeux du monde.


La Turquie d’Erdogan s’éloigne de la démocratie


Le président truc a ordonné une vague d’arrestation, 31 personnes sont accusées de participer à un complot terroriste. Des milliers de policiers, militaires, juges et procureurs ont déjà été arrêtés.

La Turquie s’éloigne des critères de Copenhague à respecter pour entrer dans l’Union européenne. Est-elle encore vraiment candidate ?

Un jeune Turc de 16 ans a été arrêté pour insulte au président et risque jusque 4 ans de prison. L’armée – gardienne de la laïcité depuis Kemal Atatürk - a perdu une partie de son pouvoir, au profit de l’exécutif. Les manifestations du parc Gézi ont été sévèrement réprimées, l’attentisme d’Ankara – pour ne pas dire plus – face à Daech, éloigne la Turquie des critères de Copenhague à respecter pour entrer dans l’Union européenne.

Le terrorisme islamique ne désarme pas


Une étude du BBC World Service et du Centre de recherche sur la radicalisation du King’s collège montre que les islamistes ont tué plus de 5 000 personnes pour le seul mois de novembre. En Syrie, les jihadistes d’Al-Nostra se sont emparés de deux bases militaires, entrainant la mort de plus de 200 personnes. En Libye les islamistes ont essayé de s’emparer d’infrastructures pétrolières, notamment de Ras Lanouf. Le Pakistan est victime d’une terrible attaque des talibans qui s’en sont pris à une école de Peshawar où sont scolarisés les enfants de militaires qui leur font la guerre dans les zones tribales du Nord : plus de 140 morts dont 131 enfants. Comme Boko Haram, ils font des enfants une cible désignée de leurs attentats. Le Pakistan, et surtout ses services secrets (ISI) seront-ils capables – après avoir a minima été bienveillants envers les talibans – de changer leurs positions envers ses islamistes ? Rien n’est moins sûr...

La Corée du Nord à l’heure du cyber-terrorisme


Le studio Sony Pictures devait sortir pour Noël la comédie « The Interview » qui met en scène une opération de la CIA pour éliminer le leader nord-coréen. La Corée du Nord – dernier vestige de la guerre froide - a lancé un cyberattaque sur Sony piratant son système informatique, récupérant des données confidentielles très gênantes, diffusant des emails de la coprésidente de Sony Amy Pascal poussant ainsi la firme à annuler la sortie de son film. Un Waterloo en rase campagne pour Hollywood, et le berceau de l’Internet que Newt Grinch qualifie ainsi « l’Amérique a perdu sa première cyber-guerre avec la reculade de Sony  ». La décision de Sony de diffuser son film dans quelques salles et sur Internet ne change pas vraiment cette analyse.

Plus aucun secret n’est à l’abri.

Cette affaire est révélatrice à plusieurs titres. Tout d’abord l’indéniable existence d’une « guerre économique » dont les ravages sont loin d’être à négliger (Sony pourrait perdre 500 millions de $ ... et sa notoriété), mais aussi l’importance de la cyber-sphère pour les économies des pays développés : plus aucun secret n’est à l’abri. Enfin, cette affaire soulève de nouveau l’épineux problème de la cyber-sécurité déjà mis en lumière lors des révélations d’Edward Snowden. Etre en mesure de protéger notre cyber-sphère – y compris nos smartphones - fait désormais partie intégrante de la protection de nos intérêts vitaux. Les cyber-escroqueries visant les entreprises françaises ont rapportées plus de 300 millions d’euros à leurs auteurs en 2014.

L’Otan se retire de l’Afghanistan

12/2014 Actualité internationale
Carte de l’Afghanistan, des peuples entremêlés
Cliquer sur la vignette pour voir la carte en grand format

L’armée afghane sera dès janvier 2015 seule en charge de la protection de son territoire. Ainsi se tourne la page ouverte à l’automne 2001 avec l’intervention contre Al-Qaida et Ben Laden. Ce dernier a certes été tué, mais les talibans sont aujourd’hui puissants dans un pays qui s’est mué en narco-Etat. En fait, la sécurité de l’Afghanistan – comme celle de l’Irak – tient beaucoup à la bonne volonté de ses voisins. Ici du Pakistan...

Une année 2014 très mouvementée


L’année 2014 s’est révélée très mouvementée et surprenante. Un retour à la conquête de territoire en Crimée comme au Proche-Orient. Les frontières sont moins bien affirmées dans le Sahel, en Afrique du Nord, au Proche-Orient, dans la partie orientale de l’Europe. Les tensions y sont très vives comme en Asie, au large de la Chine. La guerre de cet été – « bordure protectrice » entre Tel-Aviv et le Hamas de la bande de Gaza - la continuation de la guerre en Syrie, les affrontements en Libye, l’opération Serval au Mali et Sangaris en Centrafrique nous rappellent le poids de la conflictualité aux portes de l’Union européenne et nous interroge sur la faiblesse de l’Europe de la Défense et la politique de démilitarisation des principaux Etats européens. Les révélations sur le cyber-espionnage ou les cyber-attaques sont des invitations à prendre conscience des risques propres à l’économie du XXIème siècle et de la mise en œuvre d’une réponse adaptée.

Le recrutement de jeunes jihadistes jusque dans les pays européens doit nous interroger sur nos failles internes.

La montée de l’islamisme radical et du jihadisme est une donnée qui appelle une réponse qui peut être ponctuellement militaire mais qui doit être principalement politique et économique pour enraciner la paix et la sécurité. Le recrutement de jeunes jihadistes jusque dans les pays européens doit nous interroger sur nos failles internes. Enfin, la résilience de l’économie américaine dont la croissance du troisième attient 5% en rythme annualisé, montre que l’on peut se relever d’une sévère récession. Elle doit inciter l’Europe à croire à son avenir, dont elle possède encore les clés.

Meilleurs vœux pour l’année 2015 à tous les lecteurs d’Actualité internationale. J’espère que cette nouvelle année sera couronnée de succès pour tous ceux qui préparent des concours.

Copyright Décembre 2014-Degans/Diploweb.com


Plus

Les synthèses annuelles des Actualités internationales

Point d’actualité internationale de janvier 2015

Point d’actualité internationale de novembre 2014


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le jeudi 8 décembre 2016 |
#contenu