Géopolitique de Sébastopol
Une analyse construite sur trois cartes et un graphique

Par CASSINI, Kevin LIMONIER, le 4 mars 2014  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Cassini est un cabinet de conseil spécialisé dans l’analyse géopolitique et l’expertise cartographique. Kevin Limonier : chercheur à l’Institut Français de Géopolitique, enseignant à l’université Paris 8 et à l’université russe d’Etat des sciences humaines (RGGU).

Trois cartes géopolitiques pour comprendre la situation en Crimée. Rattachée à l’Ukraine au moment de l’éclatement de l’Union Soviétique, la base navale de Sébastopol est aujourd’hui louée par la Russie aux termes d’un accord passé en 1994 et renouvelé en 2010, pour un bail courant jusqu’en 2042. Alors que la ville fait les gros titres de l’actualité depuis quelques jours, on peut s’interroger sur les motivations de la Russie à intervenir militairement en Crimée.

A L’EPOQUE soviétique, cette péninsule au cœur de la mer Noire faisait office de véritable arsenal face à la Turquie et à l’Alliance atlantique (carte 1).

Géopolitique de Sébastopol
Carte de la Crimée dans les années 1980
L’arsenal soviétique face à l’OTAN. Cliquer pour agrandir

En cas de guerre, le contrôle de cette mer fermée devait être l’un des premiers objectifs à atteindre par le pacte de Varsovie afin de garantir la sécurité des côtes soviétiques et de permettre le ravitaillement des troupes qui fondraient sur le sud de l’Europe.

Mais aujourd’hui, cette puissance militaire n’est plus qu’un lointain souvenir. Le rapport de force maritime actuel en mer Noire est largement en faveur des pays membres de l’OTAN (cf. graphique ).

JPEG - 92.3 ko
Les forces navales en mer noire
Cliquer pour agrandir

Les motivations de la Russie à intervenir en Crimée et à Sébastopol sont davantage liées à l’histoire de cette ville et de ce qu’elle représente dans l’imaginaire collectif russe qu’à des intérêts géostratégiques.

Fondée en 1783 par l’impératrice Catherine II afin d’asseoir au sud la domination maritime russe face à l’empire ottoman, Sébastopol est une ville qui demeure bâtie autour de ses bases navales (carte 2), et qui incarne une certaine vision de l’héroïsme national.

JPEG - 159.3 ko
Carte du port de Sébastopol
Une ville articulée autour des installations militaires russes. Cliquer pour agrandir.

En 1853, ce port militaire intégra une première fois l’imaginaire patriotique lorsqu’une coalition franco-britannique l’assiégea trois ans durant. Entrée dans la légende grâce aux « Récits de Sébastopol » de Léon Tolstoï, la ville devint le symbole du sacrifice du peuple russe. Un siècle plus tard l’histoire bégaya, cette fois de manière bien plus terrible.

Assiégée pendant une année entière par les armées du IIIe Reich, Sébastopol fut rasée à 95% et donna lieu à l’une des batailles les plus terribles de la Seconde Guerre mondiale. Honorée du titre de « ville héros », le sacrifice de Sébastopol est aujourd’hui encore intensément célébré. La ville devint l’égale de Stalingrad ou de Leningrad et, preuve de ce qu’elle représentait désormais dans l’imaginaire collectif, Staline lui-même dut revenir sur sa décision de reconstruire la ville sur un plan d’aménagement nouveau. Sébastopol fut reconstruite à l’identique.

Dans ce véritable musée à ciel ouvert (carte 3), où les uniformes et drapeaux russes se rencontrent à chaque coin de rue, on se dit sébastopolitain avant de se dire russe ou ukrainien.

JPEG - 249.6 ko
Carte du centre ville de Sébastopol
Un musée à ciel ouvert en l’honneur de la marine russe. Cliquer pour agrandir.

L’intervention russe doit être vue comme la volonté de Moscou de s’afficher en sauveur de cette mythologie impériale, dont se nourrit depuis plusieurs années la rhétorique poutinienne.

Pour les organisations anti-Maïdan qui dominent désormais le Conseil Municipal, Sébastopol demeure en effet l’incarnation d’une destinée commune à tous les peuples d’un empire désormais disparu, et dont la geste se raconte en russe. Bien plus que pour défendre des intérêts militaires, l’intervention russe doit être vue comme la volonté de Moscou de s’afficher en sauveur de cette mythologie impériale, dont se nourrit depuis plusieurs années la rhétorique poutinienne.

Cette perspective permet de replacer l’intervention russe en Ukraine dans un contexte où les notions d’histoire et d’identité sont centrales, en cela qu’elles structurent une grande partie de l’action de la Russie dans son « étranger proche ».

Copyright Mars 2014-Limonier-Cassini/Diploweb.com


Plus

PDF - 986.8 ko
Dossier géopolitique de Sébastopol, pdf
Texte, cartes, graphique. Cliquer pour télécharger. Réalisation K. Limonier pour Cassini et Diploweb.com


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le lundi 5 décembre 2016 |
#contenu