05/2013 Actualité internationale

Par Axelle DEGANS, le 1er juin 2013  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Agrégée d’histoire, co-auteure de Les grandes questions internationales, éd. Studyrama 2013 et auteure du livre Les pays émergents : de nouveaux acteurs, Ed. Ellipses, collection CQFD, 2011. Professeure d’histoire, de géographie et de géopolitique en classes préparatoires économiques et commerciales au Lycée Dessaignes (Blois).

Synthèse de l’actualité internationale de mai 2013 qui sera fort utile à tous ceux qui veulent disposer d’un point de l’actualité géopolitique ou passent un concours. Bonne lecture et tous nos vœux de réussite aux admissibles ! Le Diploweb.com vous soutient ! Pour ne rien manquer, le mieux est de s’abonner à notre page facebook.com/geopolitique ou notre compte twitter.com/diploweb.

L’Europe à l’heure du chômage…


UE. LA CONJONCTURE socio-économique se dégrade en Europe. La France a franchi son seuil historique de 3,2 millions de chômeurs, l’Espagne en compte plus de 6, 2 millions, le taux de chômage s’établit à 17,5% de la population active au Portugal, 7,9% au Royaume Uni mais 5,4% en Allemagne… Or le meilleur « contraceptif » au chômage reste la croissance économique… très discrète sur notre continent qui apparaît plus « vieux » que jamais. Les prévisions économiques pour la zone euro sont pessimistes, -0,4% pour 2013 (-0,1% pour la France). Ce qui ne peut que maintenir le chômage à des taux élevés. L’emploi repart aux Etats-Unis où le taux de chômage a baissé à 7,5% (meilleur résultat depuis décembre 2008).


… et d’un bras de fer avec la puissance chinoise

UE-Chine. Bruxelles décide d’augmenter les taxes douanières sur les panneaux solaires d’origine chinoise à 47% (en moyenne). Il faut savoir qu’en quelques années les entreprises de l’empire du Milieu qui étaient absentes sur le marché européen sont en position hégémonique, puisqu’elles représentent 80% des ventes du secteur. Ces entreprises (Yingli, Trina Solar ou Suntech) sont parvenues à faire disparaitre une bonne partie de leurs concurrents européens grâce à des aides, multiples et variées de Pékin, enfreignant ainsi les règles élémentaires de l’OMC à laquelle la Chine appartient depuis le début du XXIème siècle. Elles sont accusées de vendre à perte sur le marché européen. Ce bras de fer concerne un domaine stratégique pour l’avenir, qui symbolise la remontée de gamme de Pékin. Cette dernière n’a pas tardé à prendre des mesures de rétorsion accusant Vallourec, Salzgitter Mannesmann de vendre à perte leurs tubes sans soudure sur le marché chinois et s’attaquant aux chimistes européens (comme Solvay) pour des raisons de dumping. Bruxelles s’oppose aussi à Pékin au sujet des équipementiers télécoms Huawei et ZTE accusés de vendre eux aussi à perte, comme de la porcelaine et des ustensiles de cuisine en céramique.

05/2013 Actualité internationale

Chine, Shanghaï. Dans le quartier de Pudong, à l’ombre de l’imposante tour de la perle d’Orient, véritable icône de la ville, les ouvriers bâtisseurs sont les petites mains qui construisent la Chine. © Photo Barthélémy Courmont, extraite d’une reportage en ligne sur Diploweb : Chine : Shanghai, mégalopole en croissance accélérée.

Bruxelles, Washington et Tokyo ont porté doléance à l’OMC à propos des terres rares que Pékin, qui dispose de 95% des stocks, n’exporte qu’avec parcimonie.

Un essoufflement de l’empire du Milieu ?

Chine. L’endettement public continue à progresser pour soutenir l’activité manufacturière du pays et donc l’emploi. La croissance du PIB ralentit de façon continue depuis le début de l’année 2011 pour s’établir autour de 7,7%. Les marges de manœuvre apparaissent pourtant limitées pour le nouvel exécutif chinois. Nombreux sont les jeunes diplômés qui peinent à trouve un emploi…. Une situation prise au sérieux par les autorités.

Les scandales se multiplient en Asie

Bangladesh et Inde. Au Bangladesh, dans la région de Dacca, un immeuble abritant des activités textiles s’est effondré provoquant la mort de plusieurs centaines de personnes, illustrant tragiquement le scandale des conditions de travail dans les « sweat shops ». Le pape François dénonce d’ailleurs un « travail d’esclave », ces ouvriers du textile sont payés moins de 40 dollars par mois pour environ 60 heures de travail hebdomadaire... Le Bangladesh est devenu le deuxième fournisseur de produits textiles pour l’Union européenne après la Chine, en raison de ses très bas coûts de production.

L’Inde est aussi à l’heure de scandales multiples : Calcutta est le siège d’une escroquerie qui touche l’épargne confiée par les Bengalais, qui n‘est autre qu’une pyramide de Ponzi. Ce scandale financier a des répercutions politiques qui obligent le premier ministre Manmohan Singh à intervenir.

L’Inde est aussi secouée par un scandale dans un secteur très sensible de ce pays : le cricket. Il s’avère que des matchs sont truqués pour le plus grand profit de ceux qui organisent des paris sportifs illégaux dans ce pays.

Elections en Asie

Pakistan. Au Pakistan, Nawaz Sharif, à la tête de la Ligue musulmane, remporte les élections parlementaires. Les violences orchestrées par les Talibans n’ont pas réussi à empêcher une alternance pacifique et démocratique dans le pays. Cette élection laisse espérer un réchauffement des relations entre Islamabad et New Delhi.

La Malaisie a reconduit le parti au pouvoir depuis l’indépendance.

La Syrie et l’hypothèque d’une régionalisation du conflit

Syrie. Alors que le conflit se prolonge en Syrie, un attentat à la voiture piégée à Reyhanli (Turquie), les frappes israéliennes sur Damas et l’envoie de troupes d’élites par le Hezbollah libanais laissent craindre une régionalisation du conflit syrien. Ankara, Riyad et Doha (dont la médiation a permis la libération des casques bleus détenus par les rebelles) soutiennent la rébellion, alors que Téhéran est le principal allié de Damas. Les réfugiés syriens affluent dans toute la région, aucun voisin de la Syrie ne peut rester à l’écart du conflit. Les grandes puissances sont elles-mêmes davantage concernées du fait de l’utilisation très probable d’armes chimiques par Damas… comme par des rebelles de plus en plus dominés par djihadistes. John Kerry multiplie les visites pour essayer de dénouer l’écheveau syrien. Hassad affirme que Moscou honore les commandes d’armes passées avant le conflit.

En France le bilan aigre-doux de l’an I Hollande

France. Cette première année du quinquennat de François Hollande est marquée par l’engagement de la France au Mali, responsabilité que d’autres n’ont pas voulu assumer mais aussi le plan de compétitivité pour essayer de renouer avec davantage de croissance, plan basé sur le rapport Gallois (voir Actualité du mois de novembre), et donc un souci accru du destin industriel de la France. Il n’en reste pas moins que cette première année est sous le signe de la crise économique, la recrudescence du chômage, ce qui pèse sur la côte de confiance du chef de l’Etat, comme la division de la société à propos du mariage pour tous.

L’industrie pharmaceutique se désengage des antibiotiques

Economie de la santé. A Berlin le congrès de la société européenne de microbiologie clinique et des maladies infectieuses s’alarme de la faiblesse de la recherche dans le secteur des antibiotiques. Si les maladies infectieuses restent une des principales causes de mortalité dans le monde, et si la résistance aux antibiotiques s’accroit, le secteur des antibiotiques s’avère moins rémunérateur que d’autres médicaments alors même que la recherche reste très coûteuse. Merck, Astra-Zeneca et GSK sont quasiment les seuls à maintenir la recherche dans ce secteur pourtant indispensable à la santé publique et garant d’une médecine aux antipodes de celle du XIXème siècle. L’Indien Ranbaxy vient de reconnaitre sa culpabilité concernant des résultats d’analyse liés à des médicaments génériques. Cela risque de jeter le discrédit sur ce pays devenu la « pharmacie du monde » et le recours aux médicaments génériques.

Afrique en quête d’une stabilité politique

Au Sahara occidental (ex Rio de Oro espagnol), administré par la Maroc depuis le milieu des années 1970, une manifestation inédite s’est déroulée en faveur de l’indépendance à Laâyoune. La mission onusienne Minurso y est présente pour aider cette région à déterminer son avenir entre le rattachement à Rabat et l’indépendance défendue par le Front Polisario.

Bangui, capitale centrafricaine, appelle la France pour sécuriser et stabiliser une situation qui reste assez confuse depuis la prise de pouvoir par le mouvement Séléka il y a près de deux mois (voir Actualité internationale d’avril 2013).

Le Mali devrait organiser des élections présidentielles à la fin du mois de juillet 2013 pour évoluer vers une normalisation politique.

Benghazi, épicentre du printemps arabe qui a balayé le régime de M. Kadhafi, a été le siège d’un attentat.

L’armée tunisienne fait face à des groupes djihadistes (comme Ansar Al-Charia), des combats armés se déroulent dans les montagnes à la frontière avec l’Algérie. Tunis n’est pas épargnée car des affrontements avec les salafistes se sont déroulés en pleine rue. Le gouvernement a fait le lien entre ces salafistes et les mouvements terroristes.

Gouvernance mondiale

Le mandat du Français Pascal Lamy à la tête de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) prend fin. Jamais, depuis 1947 et la création du Gatt (que l’OMC a remplacé en 1995), un poste très influent pour l’organisation des échanges mondiaux n’a été occupé par un directeur général issu du monde émergent. Une compétition a opposé le mexicain Herminio Blanco (qui a œuvré à la signature de l’ALENA) et le brésilien Roberto Azvedo qui y représente son pays depuis 2008. Ce dernier a été désigné, il lui incombe l’immense défi de relancer le multilatéralisme défendu par cette institution dans un contexte de montée du protectionnisme et de multiplication des accords bilatéraux.

Le Directeur général, M. Pascal Lamy, félicite l’Ambassadeur M. Roberto Carvalho de Azevêdo, qui a été désigné comme nouveau Directeur général de l’OMC par le Conseil général le 14 mai 2013. M. Azevêdo prendra ses fonctions le 1er septembre 2013. Copyright OMC.

C’est aussi un symbole fort de la prise d’importance nouvelle des pays émergents, et singulièrement des BRIC’s, dans l’architecture économique et géopolitique mondiale du XXIème siècle.

Copyright Mai 2013-Degans/Diploweb.com


Les synthèses annuelles des Actualités internationales

Point d’actualité internationale de juin 2013

Point d’actualité internationale d’avril 2013

Voir une présentation d’un ouvrage auquel Axelle Degans a contribué "Les grandes questions internationales", L. Briday, A. Chaffel, P. Dallenne, A. Degans, éd. Studyrama


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le jeudi 8 décembre 2016 |
#contenu