11/2012 Actualité internationale

Par Axelle DEGANS, le 1er décembre 2012  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Agrégée d’histoire, est auteur du livre Les pays émergents : de nouveaux acteurs, Ed. Ellipses, collection CQFD, 2011, et professeure d’histoire, de géographie et de géopolitique en classes préparatoires économiques et commerciales au Lycée Dessaignes (Blois).

Une synthèse de l’actualité internationale de novembre 2012 qui sera fort utile à tous ceux qui préparent un concours ou veulent pouvoir disposer d’un point de l’actualité géopolitique. Bonne lecture et tous nos voeux de réussite !

Élections pour les deux premières puissances mondiales...

AU MOIS de novembre 2012, les Etat-Unis et la Chine ont renouvelé la tête de leur exécutif, l’une avec le jeu démocratique au vu et au su de tous l’autre avec celui d’une démocratie populaire dans les coulisses du PCC.

Le 18ème congrès du PCC désigne un successeur à Hu Jintao, Xi Jinping, la lutte entre conservateurs et réformateurs en est la toile de fond. C’est un « prince rouge », le fils d’un compagnon historique de Mao. Victime de la révolution culturelle, il est exilé à la campagne. Réhabilité lors de l’arrivée au pouvoir de Deng Xiaoping, il se lance dans la politique et les affaires avec succès.

Le 6 novembre 2012, Barack Obama a été réélu face à Mitt Romney, il est le deuxième président démocrate, après Bill Clinton, à réussir cet exploit depuis 1945. La liesse de 2008 n’est pourtant pas retrouvée. Il a été élu par les Etats de la « Manufacturing belt » (le Nord-Est) et ceux du Pacifique, il est plébiscité par les minorités ethniques (notamment les Afroaméricains et les « Latinos »), mais aussi par les jeunes (60% des 18-25 ans ont voté pour lui) et les femmes (les déclarations de Todd Akin concernant le « viol légitime » ne sont certainement pas étrangères à cette désaffection féminine pour le candidat républicain). En négatif, Mitt Romney a plutôt recueilli les votes des hommes blancs, des personnes âgées et de l’élite la plus aisée. En somme il existe deux Amériques : celle qui a besoin d’être protégée, volontiers démocrate, et la « working class », moins sensible aux messages de nécessaire solidarité, davantage républicaine.

… qui doivent faire face à de nouveaux défis

A peine élu, Barack Obama doit faire face à une « falaise fiscale » : les baisses d’impôts engagées, voici une décennie, et les exonérations décidées dans le cadre de la crise des subprimes doivent être renouvellées pour le mois de janvier 2013. En évitant une charge supplémentaire de 600 milliards de dollars pour les ménages américains, Obama cherche à éviter une récession qui ne peut être que violente. En outre, le déficit doit être réduit de 4 000 milliards de dollars en 10 ans, probablement en diminuant les dépenses militaires. Si le Sénat est démocrate, la Chambre des représentants conserve, elle, une majorité républicaine. Cette donne rend plus compréhensible le premier discours de Barack Obama au soir de son élection, quand il appelle les Américains à travailler pour continuer à relever le pays et qu’il tend la main aux Républicains. Les défis sont nombreux en politique étrangère : question israélo-palestinienne, dossier iranien sur lequel B. Obama affiche une certaine fermeté, Syrie en pleine guerre civile, sécession du Nord Mali, et bien sûr la question de la gestion de l’affirmation de la puissance chinoise qui par ailleurs est devenue le premier détenteur de la dette américaine.

La succession chinoise se déroule sur fond de scandale de corruption qui entache le réputé intègre Wen Jiabao, actuel premier ministre ( sa famille se serait enrichie frauduleusement), de baisse de la croissance et d’inégalités sociales croissantes et inquiétantes pur le pouvoir central : 180 000 « incidents de masse » (de plus de 500 personnes) sont recensés par les autorités. Hu Jintao livre, dans un discours, un bilan de son mandat qui, pointe les nouveaux défis : lutte contre une corruption qui peut être fatale au PCC, une réforme de fond du modèle chinois car les tensions sociales sont devenues menaçantes. La baisse de la croissance économique chinoise (toujours supérieure à 7% pour les trois premiers trimestres 2012) est un signe que le monde (peine à absorber) la production chinoise, Pékin doit repenser son modèle économique. C’est un des grands défis du futur dirigeant chinois.

Un pacte de compétitivité une parade face à la désindustrialisation ?

Louis Gallois remet son rapport au gouvernement français le 5 novembre 2012 pour lui proposer des pistes afin d’améliorer la compétitivité nationale. L’enjeu est de taille dans un pays qui se désindustrialise depuis plus de trente années et dont les entreprises décrochent face à la concurrence internationale : la balance commerciale française s’est installée dans un déficit structurel pénalisant, les exportateurs français perdent des parts de marchés face à leurs concurrents (la part des exportations françaises dans les exportations mondiales diminue de 19% entre 2005 et 2010) alors que le nombre d’entreprises exportatrices se réduit. Il recommande ainsi une baisse des cotisations sociales d’environ 30 milliards d’euros (les 2/3 pour le patronat, 1/3 pour les salariés) pour les salaires allant jusque 3,5 fois le SMIC. Entre autres mesures, il propose le renforcement des filières industrielles, d’aider les exportations en améliorant les conditions de crédits, un « small business Act » pour les PME ou de reprendre les recherches sur le gaz de schistes. Il faut donc améliorer la compétitivité prix mais aussi la compétitivité produit.

Le gouvernement français décide d’un « pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi » : 35 mesures qui reprennent en grande partie le rapport Gallois. La principale mesure est un crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi de 20 milliards d’euros plutôt qu’une baisse des cotisations sociales portant sur les salaires jusque 2,5 fois le SMIC. Cette mesure devrait être financée par un relèvement de la TVA de 19,6 à 20% à partir de 2014. Le gouvernement espère ainsi la création de 300 000 emplois.

L’annonce, du ministre au redressement productif, faite fin novembre 2012 de ne plus vouloir « Mittal en France » a été mal perçue par l’intéressé comme par les employés du groupe, 20 000 en France, le double en comptant ceux qui travaillent pour Arcelor Mittal.

La solidarité, une valeur en baisse dans le monde...

Si les Etats-Unis ont donné une leçon de solidarité au reste du monde au lendemain de l’ouragan Sandy il n’en est pas de même ailleurs.

Une Europe à la peine : les Britanniques s’interrogent sur le bien-fondé de leur maintien dans l’Union européenne sur fond de montée de l’euroscepticisme. La crainte de la sortie britannique pousse à ménager leurs positions dans la négociation du futur budget européen en maintenant la « ristourne » accordée en 1984 qui leur fait gagner 3,6 milliards d’euros sur leur contribution. Les élections législatives en Catalogne donnent la majorité aux tenants d’un référendum sur l’autodétermination. N’oublions pas que Barcelone estime « trop » donner au reste de l’Espagne...
Au Brésil, on se dispute la répartition de la manne pétrolière de Pré-sal, gisement en off-shore profond au large de Rio. Le Congrès propose de mieux distribuer les dividendes du pétrole et de la répartir sur l’ensemble des régions brésiliennes, y compris de l’intérieur. Cette décision solidaire pour faire du pétrole un levier de développement national, provoque une levée de bouclier des régions littorales, Rio en tête qui n’aurait plus alors les moyens d’organiser la Coupe du monde de 2014 ni les Jeux olympiques de Rio de 2016....

L’Afrique renoue-t-elle avec ses cauchemars ?

Bamako, la capitale du Mali a perdu le contrôle de la partie nord de son territoire au printemps 2012. Il est aux mains d’une coalition hétéroclite de Touaregs et d’islamistes ce qui inquiète au plus haut point les pays voisins. La médiation de l’Algérie et du Burkina Faso amène un groupe islamiste Ansar Dine à commencer des négociations à l’heure où la possibilité d’une intervention internationale sous l’égide de la CEDEAO est plus fréquemment évoquée.

Le Nord-Kivu (République Démocratique du Congo) est de nouveau le théâtre d’exactions menées par de nouveaux seigneurs de guerre, le M23, probablement soutenus par le Rwanda voisin. Plus de 300 personnes, dont au moins 80 enfants, ont été exécutées, les violations des droits de l’homme sont multiples.

Un Proche et Moyen-Orient sous tension

Les sanctions économiques internationales ne sont pas étrangères à la chute du rial qui pénalise fortement Téhéran (qui ne renonce pas à son programme nucléaire). L’inflation aurait atteint 50%, le prix de certains produits alimentaires comme les lentilles ou le pain aurait même doublé voire triplé depuis janvier 2012. Le président Mahmoud Ahmadinejad doit s’expliquer devant le Parlement.

Un raid israélien tue un leader du Hamas, Ahmad Jaabari, à Gaza ce qui provoque une riposte, le Hamas lance des roquettes jusque Tel Aviv, et des répliques israéliennes d’une tout autre force. Le risque d’embrasement au Moyen-Orient est bien là.

La dépouille de Yasser Arafat est exhumée pour vérifier si le leader palestinien, fondateur de l’OLP, ne serait pas mort d’un empoisonnement au polonium... .

La place Tahrir a de nouveau été l’épicentre d’une contestation du pouvoir en place, cette fois-ci de Mohammed Morsi issu des rangs des Frères musulmans. Il s’agit d’une réaction enflammée contre un décret qui élargi les pouvoirs de celui que ses adversaires nomment le « nouveau pharaon d’Egypte », réaction sur fonds de crise économique aggravée.

Copyright Décembre 2012-Degans/Diploweb.com


Plus

. Les synthèses annuelles des Actualités internationales

. Point d’actualité internationale du mois d’octobre 2012

. Point d’actualité internationale de décembre 2012

. A propos du lien entre démographie, politique et géopolitique aux Etats-Unis, voir l’article d’Amy Green, "Etats-Unis - Clash des générations. Les Baby Boomers vs. les Millennials : vers une véritable révolution dans la politique américaine ?"


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le samedi 3 décembre 2016 |
#contenu