"Vers un nouvel ordre du monde", G. Chaliand avec M. Jan, éd. Seuil

Par Frédéric ENCEL , le 12 juin 2013  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Docteur en géopolitique de l’Université Paris VIII, habilité à diriger des recherches. Maître de conférences à Sciences-Po Paris et à l’ESG Management School. Directeur de séminaire à l’Institut français de Géopolitique. Auteur de nombreux ouvrages de géopolitique.

Voici un livre tout à la fois honnête, érudit et pédagogique. Il ne décevra ni ceux qui connaissent déjà son auteur, ni ceux qui le découvriront.

Présentation du livre Vers un nouvel ordre du monde, G. Chaliand (avec la participation de M. Jan), Seuil, 2013, 299 p.

IL EST des géopolitologues de salon faisant de la géopolitique comme Monsieur Jourdain de la prose, il en est d’autres usant du titre pour mieux diffuser leur idéologie. Gérard Chaliand n’appartient à aucune de ces deux catégories hélas trop répandues dans la profession.

D’abord, voyageur infatigable, il a aiguisé des décennies durant son regard géopolitique en se frottant à nombre de guérillas, mouvements indépendantistes et autres groupes terroristes. De l’Amérique latine à l’Asie centrale et au Caucase en passant par le Proche-Orient, l’auteur de Guérillas a beaucoup appris et nous a beaucoup transmis, en l’espèce dans une écriture sobre, sans circonlocutions, presque austère.

Ensuite, l’homme est intègre. Démontrant qu’un géopolitologue n’incarne pas nécessairement les objets-Etats qu’il étudie souvent, ces « monstres froids » nietzschéens (il nous avait gratifié d’un poignant Mémoire de ma mémoire voilà dix ans), il entretient une vraie sensibilité tout en ayant toujours su résister au misérabilisme. En outre, Chaliand n’a jamais versé dans l’empathie pour telle pétromonarchie corruptrice.

Enfin, s’agissant du fond, il ne déteste rien tant que le simplisme. Qui, parmi les millions de téléspectateurs, auditeurs et lecteurs de Gérard Chaliand ne l’a jamais entendu affirmer en bougonnant : « Eh oui, rien n’est simple. La géopolitique, c’est compliqué ! » ? Ce pourfendeur du manichéisme simplificateur aime prendre le contre-pied des idées en vogue, moins pour le plaisir de la contestation en soi que pour nous faire toucher à l’authenticité des enjeux. Après tout, rien n’interdit d’élever le niveau du débat et des connaissances dans cette discipline.

L’évolution contemporaine des grandes puissances et des zones aux enjeux (devenus) primordiaux

Après l’homme, l’ouvrage. C’est donc Vers un nouvel ordre du monde que nous emmène cette fois Gérard Chaliand. Ce livre se veut généraliste, et plaira en priorité à tous ceux qui souhaitent suivre les grandes évolutions géopolitiques contemporaines. Ou plutôt l’évolution contemporaine des grandes puissances et des zones aux enjeux (devenus) primordiaux. Après un long chapitre introductif sur les mondialisations d’hier et un focus sur l’année 1979 (le genre d’exercices que nous autres, enseignants à Sciences-Po, adorons proposer à nos étudiants !), l’auteur passe successivement au crible l’Amérique, la Russie, les « émergents », l’Europe, le monde arabe et l’Iran. Les ultimes pages rédigées par Chaliand, consacrées à l’Extrême Orient, font transition avec la contribution de Michel Jan, spécialiste de la Chine, qui nous livre pour sa part un chapitre très complet sur ce grand émergent.

Chaque titre de chapitre est une affirmation : « L’Amérique en crise », « Quand l’Europe atteint la cote d’alerte », etc. Or, fidèle à lui-même, le géopolitologue entretient constamment la nuance ; de façon didactique, balancée, il atténue la portée de chaque démonstration datée et/ou chiffrée, nous invitant à la prudence. Si bien qu’on le suivra ou pas sur les perspectives qu’il brosse (selon le degré d’optimisme du lecteur au regard de ses propres craintes, préventions ou sympathies), mais sans pouvoir accuser l’auteur de manquer de méthode ou de connaissances.

On pourra regretter l’absence d’un chapitre consacré à l’Afrique subsaharienne. En même temps, le nouvel ordre mondial se fait-il réellement avec elle ? Hélas non, en dépit de progrès économiques ici et là ; avec 2% du commerce mondial (pour le 7è de la population et le quart des Etats !) et aucune réelle puissance technologique et militaire (à l’exception, contestable, de l’Afrique du sud), l’Afrique noire aurait peut-être pu paraître un peu artificielle sous un tel titre. En outre, travailler sur l’Afrique subsaharienne aurait logiquement nécessité d’en faire de même pour l’Amérique latine (hors le Brésil, observé dans le chapitre sur les émergents) et l’Océanie. Alors l’ouvrage eut risqué d’incarner un commode inventaire.

Certes, on aurait aussi apprécié davantage de cartes, et davantage de géographie dans celles que contient l’ouvrage. Elles existent néanmoins, au nombre de 13, jamais superfétatoires dans un essai de géopolitique, en appui du texte. Les amateurs de cartographies fouillées pourront consulter les atlas auxquels a participé et qu’a dirigés Gérard Chaliand. Enfin quant à la bibliographie, compartimentée par thèmes, elle se compose d’ouvrages soit classiques, soit moins connus, mais dans tous les cas sérieux.

Vers un nouvel ordre du monde, livre tout à la fois honnête, érudit et pédagogique, est à recommander. Il ne décevra ni ceux qui connaissent déjà son auteur, ni ceux qui le découvriront.

Copyright Juin 2013-Encel/Diploweb.com


Plus

. G. Chaliand (avec la participation de M. Jan), Vers un nouvel ordre du monde, , Seuil, 2013, 299 p.

"Vers un nouvel ordre du monde", G. Chaliand avec M. Jan, éd. Seuil

Présentation de l’éditeur

Finalement, la domination absolue de l’Occident, européen puis américain, n’aura duré que deux siècles. Un nouvel ordre du monde s’élabore sous nos yeux, dont la crise actuelle, jointe à l’essor de l’Asie, révèle les traits. Mais contrairement à certaines idées reçues, la période que nous traversons n’a pas commencé avec la chute du Mur de Berlin et la fin de la guerre froide. Elle trouve sa source dix ans plus tôt, en 1979, quand surviennent la révolution khomeyniste, le deuxième choc pétrolier et le grand tournant initié par le dirigeant chinois Deng Xiaoping.

Deux facteurs majeurs expliquent la recomposition géopolitique actuelle : l’évolution de la démographie globale, qui voit l’Occident reculer par rapport au reste de la planète, et la mondialisation de l’économie, qui voit les pays dits émergents accéder aux premiers rangs. En analysant le parcours et les évolutions des grandes puissances, ce livre propose deux dimensions de lecture du monde contemporain, l’une dynamique, l’autre analytique. D’une part, un récit, vif et informé, des grands événements qui façonnent notre globe et déterminent son avenir ; d’autre part, une approche plus synthétique de la nouvelle puissance, la Chine. C’est dans la conjugaison de ces deux axes que se dessinent les contours du monde de demain.

Voir le livre de Gérard Chaliand et Michel Jan sur le site Amazon

Pourquoi et comment faire un don au Diploweb ?


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

Directeur, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb.com (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le vendredi 30 septembre 2016 |
#contenu