France-Allemagne : démographies comparées

Retraites : l’exemple allemand ?

Par François VERLUISE, le 23 septembre 2011  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Co-auteur de plusieurs cartes de Géopolitique de l’Europe, Gérard-François Dumont et Pierre Verluise, Paris, Sedes, 2009

POUR tenter de justifier l’accès à une pleine retraite à 67 ans en France, « l’exemple allemand » a été ressassé à longueur de débats durant les derniers mois de l’année 2010 [et fin septembre 2011]. Les évolutions démographiques des deux Etats n’ont été en revanche que très rarement évoquées. Elles sont pourtant loin d’être parallèles.

A quel moment a-t-on comparé les vieillissements de ces populations ? Pourquoi les perspectives démographiques établies, publiées et commentées par Eurostat [1], portant jusqu’en 2060, n’ont-elles pas été utilisées ou citées ? Doit-on ignorer qu’en 2060 ces perspectives montrent qu’il existera, au détriment de l’Allemagne, un écart de presque 30% entre le nombre de personnes ayant alors entre 15 et 64 ans pour 1 personne de 65 ans et plus ?

Comparons pour comprendre

Deux graphiques, présentant ces perspectives décennales d’Eurostat, suffisent pour comprendre les différences et leurs origines.

Retraites : l'exemple allemand ?
France-Allemagne : perspectives démographiques comparées

Les mêmes graphiques, en grand format (785x644)

JPEG - 150.3 ko
France-Allemagne : perspectives démographiques comparées (785x644)

. Le plus remarquable est que, à l’horizon 2060, les deux populations convergent en quantité. La population allemande, qui est estimée à 82,1 millions d’habitants pour 2010, régresserait à 70,8 millions en 2060. La population française progresserait de 62,6 millions à 71,8 millions d’habitants sur la même période.

. Plus importantes sont les évolutions respectives des structures par classes d’âges. Le choix, assez curieux, d’Eurostat d’établir le seuil entre jeunes et adultes à 14 ans inclus, alors que le travail des enfants est proscrit en Europe, n‘empêche en rien de s’interroger sur les conséquences de la différence entre les démographies.

Allemagne. La régression globale allemande est caractérisée par la diminution très rapide de la population adulte qui supporte la charge des jeunes et des plus âgés. En 50 ans ce segment de population perd 15,3 millions de personnes (-28 %). Plus grave peut-être, simultanément les plus jeunes diminuent de 2,1 millions (-19 %), et les plus âgés voient leur nombre augmenter de 6,1 millions (+36 %). Dans ce contexte les hypothèses d’Eurostat prennent en compte une perte globale de 19,4 millions de personnes due au déficit des naissances par rapport aux décès ; cette perte est compensée par un apport migratoire estimé à 8 millions de personnes.

France. La progression de la population française est principalement le résultat de l’augmentation du nombre des plus âgés qui passent de 10,5 à 18,6 millions. Pour les enfants et les adultes les perspectives montrent aussi une légère progression : +4% pour les premiers et seulement +1,5 % pour les seconds. Les hypothèses d’Eurostat évaluent à 5,6 millions l’excédent de naissances sur les décès et à 4,3 millions l’apport migratoire. Cet excédent fait dans l’avenir toute la différence.

Du seul point de vue des retraites ces perspectives, avec évidemment ce qu’elles comportent d’aléatoire et compte tenu du choix d’un seuil à 15 ans, conduisent à conclure que nos voisins allemands pourront compter sur moins de 1,7 personnes actives pour 1 personne de plus de 65 ans et que les français seront moins de 2,2 personnes actives pour 1 personne de plus de 65 ans.

Ce résultat ne justifie pas plus de ne rien faire que de prendre aveuglément l’Allemagne comme référence. Il montre que l’effort le plus « productif » porte d’abord sur la politique familiale.

Copyright Février 2011-F. Verluise/Diploweb.com

Mise en ligne initiale le 2 février 2011


Plus

. Voir François Verluise, L’UE en 2060, une carte en couleur commentée

. Voir un article d’Ulrike Guérot, "Noces d’or franco-allemandes : le couple est-il fini ?" publié le 27 décembre 2012.

[1K. Giannakouris, Ageing characterises the demographic perspectives of European societies, Eurostat, Statistics in focus 72/2008.


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le samedi 3 décembre 2016 |
#contenu