08/2012 Actualité internationale

Par Axelle DEGANS, le 31 août 2012  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Agrégée d’histoire, est auteur du livre Les pays émergents : de nouveaux acteurs, Ed. Ellipses, collection CQFD, 2011, et professeure d’histoire, de géographie et de géopolitique en classes préparatoires économiques et commerciales au Lycée Dessaignes (Blois) depuis septembre 2012, après avoir été à Dunkerque.

Une synthèse de l’actualité internationale d’août 2012 qui sera fort utile à tous ceux qui préparent un concours ou veulent pouvoir disposer d’un point de l’actualité géopolitique. Bonne lecture et bonne rentrée !

L’Union européenne enlisée dans la crise de l’Euro, une chance ?

L’UE est loin d’être sortie de la crise de l’euro. La Grèce peine à redresser ses comptes malgré l’aide financière apportée par l’Union européenne et un aréopage de hauts fonctionnaires européens envoyés pour améliorer les rentrées fiscales. La Grèce peut-elle seulement retrouver un équilibre budgétaire ? La situation de l’Espagne, du Portugal et de l’Italie reste fragile.

Les conséquences sont multiples : une partie des Européens, en particulier en Allemagne, pose la question de la sortie de la Grèce de la monnaie unique alors que les économistes sont très partagés sur les conséquences possibles d’une telle évolution (inévitable pour les uns et souhaitable, une catastrophe qui risque d’emporter la zone euro pour les autres). L’adoption de l’euro est-elle irréversible ?

De façon paradoxale cette grave crise de la zone euro interroge sa nature profonde (question de la solidarité, de la capacité de l’Union européenne à s’ingérer dans les budgets nationaux...) mais probablement pas assez les raisons profondes de la création d’une monnaie unique sans politique économique et fiscale unique ou l’entrée dans l’euroland de pays dont l’économie était si fragile... et falsifiée. Elle peut, paradoxalement, déboucher sur un approfondissement communautaire voire une évolution possible vers une Europe fédérale. Le sommet européen des 18-19 octobre 2012 devrait apporter une réponse forte sur la situation de la zone euro.

La nouvelle faiblesse de l’euro se lit aussi dans le prix du carburant à la pompe : bien plus élevé que lors du pic du baril de pétrole à 147$ en juillet 2008. Cette question d’une essence chère qui se situe aux alentours de 1,66 euros fait resurgir le spectre d’un carburant à 2 euros....

Cet été le président Roumain, Traian Basescu, a été destitué, suscitant l’inquiétude de Bruxelles concernant les garanties démocratiques offertes par Bucarest, avant d’être réintégré dans ses fonctions... aux côtés de ceux même qui voulaient l’évincer.

Un projet de supervision bancaire est en cours d’élaboration. Un régulateur, lié à la BCE, devrait à terme (2013 ?) couvrir les quelques 6000 banques de la zone euro, un fonds de secours européen (MES) pourrait recapitaliser les banques qui en ont besoin. Cela serait une nouvelle étape dans l’approfondissement de l’Europe communautaire en vue d’avoir une finance plus stable au service d’une économie qui peine un retrouver un vrai dynamisme. Ce projet, qui n’a pas encore apporté de réponse à toutes les questions qu’il soulève, sera dévoilé le 12 septembre 2012.

La Russie, nouveau membre de l’OMC

Le 22 août 2012 la Russie est parvenue, au terme de négociations particulièrement longues, à entrer à l’OMC, elle le doit à l’appui des pays européens. La Russie continue sa mue post-soviétique et adhère à l’un des temple du libéralisme économique. Elle était la dernière grande puissance en dehors de ce cénacle commercial. Cette nouvelle est célébrée en Russie par les oligarques et grands patrons de pans entier de l’économie russe (métallurgie...). L’entrée à l’OMC devrait jouer le rôle d’aiguillon modernisateur : amélioration de la productivité, accélération de la croissance par la baisse des taxes. Ce « coup de fouet libéral » sera probablement fatal aux entreprises obsolescentes, mettra-t-il pour autant un terme à l’opacité de l’économie russe où les passe-droits sont nombreux et la corruption endémique ? Peut-on encore espérer que les progrès vers davantage de libéralisme économique entraînent ceux vers plus de démocratie politique... ? Rien n’est mois sûr : la condamnation à 8 ans de camp de Taïssa Ossipova (opposante à V. Poutine) pour « trafic de drogue » lors d’un procès truqué montre une nouvelle fois les limites de la « démocratie » russe, comme la condamnation des « Pussy Riots » à 2 ans de camp pour avoir fait dans une cathédrale une prière anti-Poutine... .

Les Etats-Unis entre Barack et Mitt un jeu de balance

Barack OBAMA est candidat à sa réélection pour le camp démocrate. L’enthousiasme, suscité par sa candidature, il y a 4 ans s’est érodé avec l’exercice du pouvoir dans un contexte économique particulièrement difficile. Son bilan est certes honorable au regard d’une situation dégradée, mais difficilement convaincant avec un taux de chômage autour de 8%. Il peut compter sur le soutien des grands électeurs des Etats du Pacifique, du Nord-Est (Maine, Pennsylvanie...) ou de l’Illinois, mais le centre des États-Unis est davantage séduit par le candidat républicain.

Mitt ROMMEY a choisi pour colistier le très libéral Paul RYAN, celui-ci promet des coupes sombres dans le budget de l’Etat fédéral et présente l’Europe (dettes, récession, système de santé mutualisé) comme un anti-modèle. Le débat sur Medicare (couverture sociale dont bénéficient

50 millions de personnes âgées ou handicapées) devient central. Ce ticket très conservateur relance la candidature de Rommey. Le rôle des « swing states » sera encore primordial.

Le financement de cette campagne présidentielle, au regard des difficultés économiques d’un nombre croissant d’Américains pose question. A la fin du mois de juillet, Mitt Rommey disposait de 186 millions de dollars contre 124 pour Barack Obama.

Le « printemps arabe » : des lendemains qui déchantent ?

La Tunisie, épicentre du « printemps arabe », connaît des heures difficiles. Le producteur d’une émission satirique, est incarcéré pour corruption... cette décision peut être vue comme une atteinte au droit d’expression. Le président Moncef MARZOUKI critique vertement ses alliés islamiste de Ennahda.

A Tripoli (Libye) des mausolées musulmans sont détruits par des pelleteuses par des intégristes religieux. On ne peut que faire le rapprochement avec ce qui se passe au nord du Mali.

En Egypte, le nouveau président islamiste Mohamed MORSI veut faire preuve d’ouverture pour couper court aux critiques de ses opposants en nommant une femme, un intellectuel copte et un salafiste en tant que « proches collaborateurs ». En visite en Chine, il essaie d’attirer les investisseurs chinois pour faire face à la fuite des capitaux depuis février 2011.

L’impasse en Syrie, une menace sur la stabilité régionale

La guerre civile s’est intensifiée en Syrie entre rebelles et forces gouvernementales. Un charnier a été découvert à Daraya, près de Damas.

L’impuissance de la communauté internationale, de l’ONU en particulier, est assez inquiétante. Faut-il intervenir dans le conflit, si oui comment, qui et au profit de quelle force politique dans un pays où le pouvoir est confisqué par les Alaouites avec l’appui de l’armée ? L’Islam politique est-il l’alternative ? La démission de Bachar El-Assad est envisagée depuis ce mois d’août.

Cette guerre civile déstabilise le Liban voisin. Des enlèvements et des accrochages armés opposent les musulmans sunnites (proches des rebelles syriens) aux musulmans chiites (proches des Alaouites au pouvoir à Damas).

La croissance japonaise est menacée par l’atonie de l’économie européenne

Le Yen confirme son rôle de monnaie refuge ce qui dessert les exportations industrielles alors même que les débouchés se contractent en Union européenne. Les horizons politiques et budgétaires semblent bouchés dans un pays où l’épargne se réduit du fait du vieillissement.

Copyright Août 2012-Degans/Diploweb.com


Plus

. Les synthèses annuelles des Actualités internationales

. Point d’actualité internationale de septembre 2012


Témoignages via facebook.com/geopolitique

Philippe C.

"Merci pour cet excellent document intéressant aussi d’autres concours où la culture générale reste déterminante."

Parth K.

"Thank you for this useful executive summary of the major geopolitical events. It is indeed useful for foreign, anglophone students in France who want to practice their French with adequate international relations-oriented technical vocabulary being used !"


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le samedi 3 décembre 2016 |
#contenu