Ouzbékistan, l’après Karimov : des lendemains de discorde ?

Par René CAGNAT, le 3 septembre 2016  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

René Cagnat, docteur en sciences politiques, chercheur associé à l’IRIS, est spécialiste de l’Asie centrale. Il vit au Kyrgyzstan une partie de l’année.

Le Président ouzbek Islam Karimov est-il mort ? La situation a été incertaine entre le 31 août et le 2 septembre 2016. Peut-être faut-il y voir le signe de tractations en coulisse pour organiser une succession difficile dans une région marquée par un islamisme mafieux qui pourrait devenir une base arrière pour les combattants de Daech en difficulté au Moyen-Orient.

IL IMPORTE de prendre conscience de l’importance de l’effacement d’Islam Karimov [1] qui, pendant 26 ans, a dirigé l’Ouzbékistan avec une fermeté sans égale. Dans l’organisation compliquée de l’Asie centrale laissée en 1991 par le régime soviétique, on peut dire que ce grand pays [2] , au contact des quatre autres nations centre-asiatiques, constitue une sorte de clavette qui tient l’ensemble. Qu’à l’issue de l’agonie de son « Chef », il entre en guerre civile et se divise, et c’est toute la mosaïque du Turkestan et même de ses abords qu’il faudra recomposer : tâche quasi impossible !

Comme Staline en 1953, le dictateur ouzbek ne semble pas avoir prévu son remplacement au pouvoir : le système karimovien [3], édifié au fil des années à grand renfort de surveillance du tentaculaire Service de sécurité d’Etat (SNB), est d’une telle solidité que le despote n’a pas perçu la nécessité de désigner nommément son successeur. Dans son esprit, il suffisait d’écarter les ambitions « déplacées » de sa fille Goulnara, et de laisser la place aux hiérarques habitués à travailler ensemble depuis des années. Karimov a ainsi sous-estimé les rivalités et les intrigues « à l’ouzbèke » [4] qui vont naître entre ses lieutenants au contact des problèmes, notamment économiques, toujours reportés, jamais résolus, qui vont rejaillir brusquement. L’isolement et une main de fer sont nécessaires à la continuité du régime comme à la survie de l’Ouzbékistan, mais la perpétuation de l’isolement et de l’autorité absolue est-elle possible au XXIème siècle dans un monde qui, en se globalisant, perd en partie ses spécificités nationales ? La disparition du « Chef » qui était tout et brusquement n’est plus rien va se traduire par de multiples remises en cause et rééquilibrages. Elle aura le même impact déstabilisateur en Ouzbékistan et en Asie centrale que celui observé à la mort du Petit Père des peuples en URSS et sur son pourtour. La nouvelle direction saura-t-elle, à la fois, maintenir une poigne de fer tout en autorisant l’espoir que le changement fera naître ? On peut en douter.

Ouzbékistan, l'après Karimov : des lendemains de discorde ?
René Cagnat

René Cagnat, colonel e.r., vit une partie de l’année au Kyrgyzstan d’où il rayonne dans toute l’Asie centrale.

Un pays divisé comme sa Direction

Les 32 millions de citoyens dits ouzbeks [5], en fait multiethniques, ont senti vaciller, en ce 1er septembre 2016 d’une fête nationale qui n’a pas été célébrée, la chappe de plomb qui pèse sur eux depuis un quart de siècle. Cela correspondra à un immense appel à la liberté qu’il va falloir, dans l’esprit des Karimoviens, tuer dans l’oeuf sous peine d’un éclatement du pays. Des mouvements de foule, qui seront de toute façon durement réprimés, ne sont pas à exclure dans un proche avenir.

En l’absence d’une opposition organisée [6], l’Ouzbek, qui descend surtout des Sartes , population résultant de toutes les invasions, plus que des derniers envahisseurs nomades du XVIème siècle - dits Ouzbeks – témoigne, en général, à l’image du dekhan, paysans des oasis, d’une grande docilité et devrait une fois de plus courber l’échine. Mais l’Ouzbékistan étant loin d’être monolithique, le jaillissement libertaire pourrait trouver à se nourrir dans diverses provinces traditionnellement opposées à Tachkent, souvent sur une base ethnique : on y retrouve la division permanente depuis le XVIIIème siècle entre l’émirat de Boukhara, le sultanat de Khiva et le khanat de Kokand dont l’éternelle rivalité a été à l’origine de l’effondrement ouzbek devant les Russes. Curieusement, les clans rivaux qui divisent aujourd’hui les apparatchiki ou hauts fonctionnaires se réfèrent encore à cette division séculaire.

L’émirat de Boukhara se réincarne aujourd’hui dans la personnalité très spécifique d’au moins six millions de Tadjiks qui se répartissent dans l’oasis de Samarcande, celle de Boukhara, les montagnes de Djizak et Nourata et jusqu’au piémont des Monts célestes à l’est de la capitale. Cette population a beau développer avec le peuple dominant une « inter-ethnie » (mêmes coutumes, même habitat, même foi islamique sunnite, même costume), elle demeure attachée à sa langue indo-iranienne grammaticalement très différente du turk « tchagataï » des Ouzbeks. La coexistence entre les deux ethnies est parfois difficile mais les mariages mixtes ne sont pas rares. On peut même parler, depuis longtemps d’une récupération du pouvoir par un « clan tadjik » de Samarcande-Djizak qui rassemble les principaux personnages de l’Etat  : Karimov, lui-même, natif de Samarcande et de mère tadjike, Roustam Inoyatov chef des services spéciaux, afganets [7] et spécialiste de tadjik et de persan, Shavkat Mirziyoyev, actuel Premier ministre, qui est né tout près de la frontière tadjike d’une famille venue du Tadjikistan et a commencé sa carrière dans la province de Djizak. Ce clan au pouvoir a étendu son contrôle sur l’armée et les forces de sécurité.

Le sultanat de Khiva revit avec le particularisme du Khorezm. Cette oasis du bas Amou-daria a toujours eu, depuis la plus haute antiquité, une histoire à part mais grandiose, finalement illustrée par l’apparition de Khiva. La région regroupe au moins cinq millions de Khorezmiens dont l’aspect, les traditions et la culture n’ont que peu à voir avec la civilisation tadjiko-ouzbèke. Le voisinage du Turkménistan n’est pas sans exercer une attirance sur le peuple khorezmi. Le Khorezm dispose d’un clan, mis sous le boisseau par les « Tadjiks » du clan de Samarcande : l’opposant Mohamed Solikh (cf. note 6) est khorezmi. Au nord du Khorezm, les 300 000 Karakalpaks ne sont pas quantité négligeable puisqu’ils disposent, adossée à l’Oustiourt, d’une république autonome riche en gaz naturel. Linguistiquement et culturellement proches des Kazakhs, ils peuvent développer un irrédentisme en direction du Kazakhstan.

Le khanat de Kokand, le 3ème Etat ouzbek, revit avec la forte personnalité du Ferghana et le rayonnement de Tachkent. Les 10 millions de Ferghanais -qui ont souvent assimilé des minorités ouighoures, kyrgyzes, etc., ne diffèrent des autres Ouzbeks que par leur sunnisme beaucoup plus intégriste. Les soulèvements de Namangan en 1993 et Andijan en 2005 ont montré que la tradition insurrectionnelle du Ferghana au XIXème siècle se perpétuait et pouvait fournir à Daech, au Mouvement islamique d’Ouzbékistan [8] et autres organisations d’opposition, un potentiel énorme de révolte. Des cellules dormantes de ces mouvements existent au Ferghana et, obéissant à des consignes d’activation, pourraient mener des actions terroristes qui seront autant de facteurs de déstabilisation. Le pouvoir clandestin de l’islam, dans un proche avenir, est le seul pouvant contre-balancer par endroits (et notamment au Ferghana) celui des divers Karimoviens, surtout si ces derniers entrent en concurrence... La mort de Karimov est un obstacle qui tombe - et pas seulement en Ouzbékistan - face aux actions potentielles des islamistes et de Daech : des « djihadistes » jusqu’ici dans l’âme risquent de se révéler un peu partout.

Le clan de Tachkent est surtout représenté par Roustam Azimov, premier suppléant du Premier ministre et ministre des finances et par Nigmatoulla Youldatchev président du Sénat. Il se trouve que ce dernier sera dépositaire du pouvoir à la mort de Karimov et pourrait alors agir contre le clan de Samarcande...

Chaque province, voire chaque grande ville a ainsi son clan qui favorise la promotion des siens au détriment des autres : cela divise les Karimoviens beaucoup plus que les allogènes qui restent plus solidaires entre eux.

Face à la crise, un seul personnage dans le gouvernement à Tachkent a quelque peu la puissance et l’autorité d’Islam Karimov et inspire presque autant de crainte : il s’agit de Roustam Inoyatov, le directeur du Service de Sécurité nationale (SNB). Mais Inoyatov, spécialiste de tadjik et vieilli sous le harnais afghan, a 72 ans et souffre d’un diabète. Il serait plutôt à l’avenir un « faiseur de roi » qu’un autocrate s’imposant à tous par la toute-puissance de ses Services. Qui mettrait-il en place ?

Comme tant d’autres de sa génération, Roustam Inoyatov est plus un Soviétique qu’un Ouzbek : il reste focalisé vers Moscou et la « verticale du pouvoir poutinien » lui convient bien. Dans ces conditions, le Directeur du SNB favoriserait plutôt celui qui, au gouvernement, serait un soutien de la Russie. Ce personnage n’est autre que l’actuel Premier ministre, Shavkat Mirziyoyev, âgé de 59 ans, en place depuis 2003 et membre du clan dit « tadjik ». Chavkat est un personnage décidé, voire brutal, bien dans la tradition de Karimov.

Mais il existe, d’ores et déjà, d’autres prétendants : ainsi, Roustam Azimov [9], vice Premier ministre, ministre des finances et spécialiste de développement, et Elyor Ganiyev, ministre du commerce et des relations économiques extérieures, qui, l’un et l’autre, auraient l’oreille de dirigeants occidentaux.

Dans l’hypothèse de troubles, on verrait apparaître, comme en URSS en 1953, une troïka ou un quatuor provisoires ( alliance Inoyatov-Mirziyoyev étendue aux principaux ministres régaliens, le ministre de l’Intérieur Adkham Akhmadbaev et le ministre de la défense Kaboul Berdiev). Cette hypothèse d’un gouvernement de « salut public » semble la plus vraisemblable tant la gravité des problèmes en suspens est considérable.
Ils ont nom, pour l’essentiel :
. Croissance démographique : l’effectif du peuple ouzbékistanais [10] est passé de 1989 à 2016 de 16 686 240 personnes à 32 000 000 !
. Problème international du partage des eaux : le différend de Rogoun avec le Tadjikistan est emblématique à ce sujet.
. Salinisation des sols et mauvaise irrigation [11].
. Réchauffement climatique :l’Ouzbékistan en été devient une fournaise.
. Montée de l’islamisme et aggravation de la condition féminine.
. Désoeuvrement et militantisme islamique de la jeunesse.
. Dévaluation constante du soum (monnaie ouzbèke).
. Ossification de l’administration maintenue sur le modèle soviétique.
. Isolement généralisé du pays.
. Et surtout la redistribution du pactole de la mine d’or de Mouroun Taou. Cette mine du désert du Kyzyl koum est actuellement la troisième en importance au monde : sa production en 2014 a été de 61 tonnes d’or et elle dispose encore d’un millier de tonnes à extraire  ! Karimov a toujours détourné le « magot » de Mouroun Taou pour un budget de secours mais aussi à des fins personnelles (achats en Suisse pour sa famille). Son décès libèrera ce budget qui deviendra entre tous les Karimoviens et « la famille » au mieux une pomme de discorde, en fait bien pire !

Quelle serait maintenant l’influence en Asie centrale de la crise qui se profile en Ouzbékistan ?

Des émeutes islamistes dans le Ferghana ouzbek (Andijan, Namangan, etc.) auraient un retentissement immédiat dans les Ferghana kyrgyze (Och) et tadjik (Khodjent). A terme, on pourrait voir apparaître sur l’ensemble du Ferghana un narco-Etat islamiste échappant aux différents pouvoirs centraux (Tachkent, Douchanbé, Bichkek).

Au Tadjikistan, le pouvoir déjà fragilisé du président Rakhmon serait encore plus contesté.

Des insurrections en Ouzbékistan et en Asie centrale exerceraient un appel en direction des différents mouvements centre-asiatiques présents dans le Turkestan afghan (ou Nord-afghan), en particulier vers le Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO). De même, au Kazakhstan, les villes largement ouzbèkes de Tchimkent et Turkestan seraient sous influence et la subversion dans l’Ouest-kazakh encouragée. Enfin une agitation qui interviendrait dans les provinces largement allogènes de l’Ouzbékistan (Tadjiks de Samarcande et Boukhara, Khorezmiens d’Ourguentch, Karakalpaks de Noukous) aurait un impact respectivement au Tadjikistan, au Turkménistan (Konia-Ourguentch) et au Kazakhstan.

En cas de menace en Ouzbékistan sur ses gazoducs et la nouvelle route de la soie, la Chine pourrait préférer une intervention de l’Organisation du traité de sécurité collective (ODKB) menée par Moscou à celle de l’Organisation de coopération de Shanghaï (OCS ) qu’elle domine avec la Russie, gênée qu’elle serait par son absence de frontières avec l’Ouzbékistan.

*

En conclusion, on peut retenir les remarques suivantes :
1. Sauf peut-être en la personne de Chavkat Mirziyoyev, le personnel politique disponible actuellement à Tachkent ne semble pas avoir l’aura et l’autorité nécessaires pour affronter les événements : l’homme providentiel devra surgir des péripéties.
2. La période actuelle des fêtes nationales centre-asiatiques (25 ans d’indépendance) [12] revêt une importance cruciale. Si des troubles et à plus forte raison des attentats se produisent à ces occasions [13], leur retentissement sera tel que la situation pourrait devenir incontrôlable. Dans ce contexte, il est à craindre que Daech, pour faire oublier ses échecs au Moyen-Orient et en Afrique, ne se décide enfin à tenter sa chance en Asie centrale.

Manuscrit clos le 31 août 2016
Copyright 3 septembre 2016-Cagnat/Diploweb.


Plus

. Lire sur Diploweb.com l’étude de René Cagnat, "Où va l’Asie centrale ? Entre Chine, Russie et Islam" .

. Voir sur Diploweb.com une carte de l’Asie centrale et du Xinjiang (Chine).

[1La rumeur de la mort du Président ouzbek s’est répandue dès le 31/8/2016. Sa confirmation date du 2/9.

[2447 400 km2 et 32 millions d’habitants, soit la moitié de la population de l’Asie centrale ex-soviétique.

[3On entendra ici par « karimoviens » ceux qui, en dehors de la famille de Karimov, marginalisée, font partie du système édifié par l’ex-président et qui, pour différentes raisons, vont entrer en rivalité.

[4C’est-à-dire compliquées, voire cruelles, menées dans le secret.

[5Soit près de la moitié de la population de l’Asie centrale ex-soviétique. Les estimations fournies ci-après pour les peuples allogènes sont approximatives parce que l’administration ouzbèke fait souvent en sorte d’enregistrer comme ouzbèkes des populations qui ne le sont pas.

[6L’opposition se restreint au Mouvement du peuple d’Ouzbékistan installé à Berlin sous la direction de Mohamed Solikh ; elle n’a pas d’impact pour l’instant à l’intérieur du pays.

[7Celui qui a participé à l’intervention soviétique en Afghanistan.

[8MIO, parfois aussi appelé MIT (Mouvement islamique du Turkestan).

[9Les rumeurs d’un emprisonnement de Roustam Azimov, intervenues juste à l’annonce prématurée de la mort de Karimov, montrent que la lutte entre le clan de Samarcande et le clan de Tachkent est déjà sous-jacente.

[10C’est-à-dire toutes minorités confondues.

[11Le Premier ministre actuel est ingénieur en irrigation.

[1231 août pour le Kyrgyzstan, 1er septembre pour l’Ouzbékistan, 9 septembre pour le Tadjikistan, 27 octobre pour le Turkménistan, 16 décembre pour le Kazakhstan.

[13Un attentat à Bichkek contre l’ambassade de Chine s’est effectivement produit le 30 août, veille de la fête nationale kyrgyze. Mais on ne sait pas encore à qui l’attribuer : à Daech ou au MITO (Mouvement islamique du Turkestan oriental de la minorité ouighoure) ?


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le samedi 3 décembre 2016 |
#contenu