Kirghizstan : Min Kush, "ville fantôme" pour l’éternité ?
Que faire après la fin de l’exploitation des mines d’uranium ?

Par Francekoul.com, le 22 mai 2014  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Francekoul.com, un site d’information francophone dédié à l’Asie Centrale, rédigé et édité par des jeunes centre-asiatiques talentueux.

Vidéo. Le "Diploweb.com" ouvre une synergie avec l’Asie centrale en vous présentant ce documentaire de "Francekoul.com", un site d’information francophone dédié à l’Asie Centrale, rédigé et édité par des jeunes centre-asiatiques talentueux, rencontrés au Festival de Géopolitique.

Stoppez le tourbillon de votre vie durant 9 minutes pour découvrir ce que devient une région du Kirghizstan consacrée durant la Guerre froide à l’extraction de l’uranium pour les missiles soviétiques. Voici un voyage dans le temps et dans l’espace.

Min Kush est une ville perdue dans les montagnes kirghizes. Aujourd’hui "ville fantôme" de 3 000 habitants, elle était appelée "Moscou de l’Asie centrale" à l’époque de l’URSS. De fait, la ville était un point clé de l’extraction d’uranium dans la région, avant que l’exploitation ne s’effondre en 1980. Ville mystère, elle n’apparut sur les cartes qu’à partir de la chute de l’Union soviétique (1991).

Découvrez ce qu’il reste de Min Kush et de ses habitants, perdus entre un passé radioactif et un futur sombre.


Dates clés

. 1945, les Etats-Unis inventent et utilisent l’arme atomique.

. 1949, l’Union soviétique maîtrise à son tour l’arme atomique.

Pourquoi et comment faire un don au Diploweb ?


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

Directeur, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb.com (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le dimanche 25 septembre 2016 |
#contenu