Gaz : géopolitique et prospective

Par Jacques DEYIRMENDJIAN, le 21 septembre 2012  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Ancien élève de l’Ecole Polytechnique et diplômé de l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique. En 2002, il est nommé Délégué Général du Groupe Gaz de France et Président Directeur Général de GDF International. Il crée DEYNERGIES en 2005, qu’il préside.

Géopolitique de l’énergie. Présentation du livre de Thierry Bros, “After the US Shale Gas Revolution”, éd. Technip, 2012. Le livre est publié en langue anglaise mais présenté ici en français par J. Deyirmendjian qui a consacré toute sa vie professionnelle au développement des industries de l’énergie et en particulier du gaz naturel.

APRÈS 20 ans passés dans le secteur gazier, Thierry Bros [1] donne dans cet ouvrage une image globale des enjeux actuels et analyse les conséquences de la révolution du gaz de schiste aux Etats-Unis.

Comprendre le domaine gazier

La première partie du livre détaille les connaissances indispensables pour comprendre le domaine gazier. L’auteur analyse la répartition des ressources, la production, les différents types de transport (à l’état gazeux par gazoducs et à l’état liquide (Gaz Natural Liquéfié (GNL)) par méthaniers), les problématiques de transit, la stratégie des principaux acteurs (états et sociétés gazières), les évolutions de la consommation, la nécessité des stockages, les coûts de production et la formation des prix (spot et indexés pétrole). L’intérêt des différentes places de marché qui permettent des arbitrages (temporels, géographiques mais aussi entre différentes énergies) et la réallocation des volumes en fonction des prix est analysé en détail. A l’heure actuelle, les problématiques du marché européen du CO2 n’incitent pas à avoir une vision optimiste quant à son avenir.

Géopolitique et prospective du gaz à l’horizon 2020

La deuxième partie du livre se projette à l’horizon 2020 en regardant les équilibres offre-demande par grandes zones. La production de gaz de schiste aux Etats-Unis a complètement changé la donne mondiale en quelques années et pourrait transformer les Etats-Unis de pays importateur à exportateur de gaz. La Chine, qui sur la dernière décennie a vu la croissance de sa demande gazière bondir de 15% par an, devrait continuer sur cette lancée. Pour satisfaire cette croissance record, outre la mise en place d’une production nationale de gaz non conventionnel, cet état devra se tourner davantage vers les pays producteurs. La Chine, ne souhaitant ni des prix élevés (indexés sur ceux du pétrole), ni dépendre de la Russie (pays voisin qui détient pourtant la plus grande ressource gazière), pourrait alors contracter des quantités de GNL américain. En choisissant du GNL américain spot au lieu du gaz gazeux russe indexé sur le pétrole, la Chine pourrait influencer la formation des prix asiatiques. Les différences entre les prix indexés pétrole et ceux spot, qui ont fortement pénalisé les « utilities » européennes ces 3 dernières années, pourraient resurgir en Asie vers 2020.

Après un tour du monde des grandes zones de production, l’auteur conclut que la croissance pourrait se situer en Russie, en Australie et aux Etats-Unis d’ici 2020. La Caspienne, l’Afrique de l’Est, l’Arctique, la Méditerranée, l’Irak ou la Pologne qui bénéficient d’un intérêt médiatique certain, ne devraient prendre le relais que (bien ?) plus tard.

Europe - Russie - Etats-Unis

Pour ce qui est de l’Europe, qui a vu sa consommation et sa production gazières décliner au cours des 10 dernières années, Thierry Bros reste sceptique quant au recours à la production non conventionnelle. Mais sans gaz de schiste, la forte baisse de la production conventionnelle européenne permettra à Gazprom, plus gros producteur mondial et premier fournisseur de l’Europe, de conserver un fort pouvoir d’influence sur ce marché. Et sans l’apport du gaz de schiste, la directive européenne sur le troisième paquet énergétique n’aboutira pas à un marché unique.

Le prix de l’énergie est un facteur déterminant dans la compétitivité des économies. L’auteur estime qu’en 2020, les Etats-Unis profiteront toujours, grâce à leur forte production de gaz de schiste, d’un avantage compétitif important lié à un prix du gaz qui restera le moins cher au niveau mondial.

La production non conventionnelle (gaz et pétrole) permet aussi de revisiter les questions de dépendance énergétique. L’Amérique du Nord (déjà exportatrice de charbon) va devenir net exportatrice de gaz et peut être auto suffisante en pétrole. En refusant la production de gaz de schiste sur son territoire, l’Europe restera dépendante de la Russie pour le gaz et du Moyen-Orient pour le pétrole. L’auteur conclut qu’il est peut être temps de regarder les avantages comparatifs entre une production raisonnée de pétrole de schiste en Europe et l’envoi systématique de pétrodollars à des régimes peu recommandables (comme ce fut le cas pour l’Iraq de Saddam Hussein, la Libye de Kadhafi et encore récemment (avant les dernières sanctions internationales) l’Iran d’Ahmadinejad). Les politiques énergétiques nécessitent des milliards de $ et se construisent sur la durée. Aussi si l’Europe veut réduire, à l’avenir, sa dépendance pétrolière vis-à-vis de la famille Saoud, il est alors grand temps de considérer enfin une production locale non conventionnelle d’hydrocarbures…

Ce livre est accessible à tous et intéressera, en particulier, les lecteurs qui recherchent une vision globale du monde gazier, où économie et géopolitique cohabitent. Cette monographie donne les outils indispensables aux gaziers et nécessaires pour ceux, qui en dehors de la sphère énergétique, souhaitent mieux comprendre cette industrie et ses enjeux.

Copyright Septembre 2012-Deyirmendjian


Plus

. Thierry Bros, “After the US Shale Gas Revolution”, éd. Technip, 2012. Le livre est publié langue anglaise.

Gaz : géopolitique et prospective

[1Thierry Bros est, depuis 2010, analyste senior marché gazier européen et GNL à la Société Générale. Il a rejoint la banque en 2007 comme analyste senior actions pour suivre les sociétés gazières cotées (BG Group, Centrica, Enagas, Gas Natural Fenosa, Gazprom, GDF SUEZ et Snam). De 2000 à 2007, Thierry a été expert pétrole & gaz au Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie. Auparavant, Thierry Bros a travaillé pendant 10 ans pour IFP Energies nouvelles. Dr Bros est également enseignant auprès de différentes universités. Il anime aussi certaines sessions du « Gas Centre » de l’ONU à Genève.


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le jeudi 8 décembre 2016 |
#contenu