"Atlas géopolitique mondial", 2015, dir. A. Bautzmann, éd. Argos

Par Alexis BAUTZMANN, Guillaume FOURMONT, Laura MARGUERITTE, Pierre VERLUISE, le 16 décembre 2014  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Alexis Bautzmann est géographe et politologue. Il dirige le Centre d’Analyse et de Prévision des Risques Internationaux (CAPRI) ainsi que le groupe de presse AREION. Guillaume Fourmont est rédacteur en chef des revues Carto et Moyen-Orient. Il a été formé à l’Institut français de géopolitique (université de Paris VIII Vincennes Saint-Denis). Laura Margueritte est cartographe et géographe. Elle travaille pour les revues Carto et Moyen-Orient. Pierre Verluise, Docteur en Géopolitique, est Directeur du Diploweb.com

Livre géopolitique. Présentation par ses trois chevilles ouvrières de l’ "Atlas géopolitique mondial, édition 2015", éd. Argos. Propos recueillis par Pierre Verluise.

Quelle est la singularité de votre projet éditorial par rapport à d’autres atlas ?

Il s’agit du seul atlas dont le contenu est totalement actualisé chaque année. On ne parle pas ici d’une simple mise à jour de données, mais de thématiques entièrement nouvelles d’une année sur l’autre.
L’Atlas géopolitique mondial est en quelque sorte la première encyclopédie de cartographie géopolitique. En cela, il s’agit d’une aventure éditoriale unique, tant en France qu’à l’étranger, qui ne pourrait pas exister sans l’énorme travail en amont de l’équipe éditoriale du magazine Carto.

Faut-il voir dans votre atlas un outil de découverte, de travail ou un bel ouvrage à feuilleter pour le plaisir ?

Les affaires internationales constituent un centre d’intérêt non négligeable pour beaucoup de francophones. Et la carte, comme objet d’analyse, représente une formidable interface de compréhension pour le lecteur.

Un peu tout cela à la fois. À titre d’exemple, les organisateurs de la 12e université d’été de la Défense (un événement organisé chaque année par le Sénat et l’Assemblée nationale qui rassemble les 500 décideurs civils et militaires du monde de la Défense) ont souhaité que notre atlas soit distribué à chaque participant. Nous avons par ailleurs un très grand nombre d’enseignants et d’étudiants qui, à titre privé ou via leurs établissements scolaires ou universitaires, commandent notre atlas. Sur la « plus grande librairie du monde » (Amazon), notre atlas est d’ailleurs positionné depuis plusieurs semaines « numéro un » des ventes d’ouvrages géopolitiques pour la France. Il est même régulièrement classé dans les 500 meilleures ventes de livres en France toutes catégories confondues (Amazon), chose rare pour ce type d’ouvrage. La preuve sans doute que les affaires internationales constituent un centre d’intérêt non négligeable pour beaucoup de nos compatriotes. Et la carte, comme objet d’analyse, représente une formidable interface de compréhension pour le lecteur.

Quels sont les auteurs des textes ? Comment concevez la relation carte / texte ?

Un défi énorme, mais passionnant.

La carte est conçue pour être autonome vis-à-vis du texte. Une carte est souvent réduite à l’illustration d’un texte, hors elle est bien plus que cela. Elle est une synthèse d’une problématique donnée et permet d’avoir un aperçu concret d’une situation. En effet, la carte correspond à un instant « t », elle fige la réalité dans l’espace, offrant ainsi des clés de lecture accessibles à tous et aidant à une meilleure compréhension du monde. Depuis la publication de son premier numéro, en juillet 2010, la revue Carto a l’ambition de lire et expliquer l’actualité internationale grâce aux cartes. Un défi énorme, mais passionnant, relevé tous les deux mois par les trois personnes composant la rédaction (Guillaume Fourmont, Laura Margueritte et Mélanie Billard, la secrétaire de rédaction et rédactrice graphiste) et différents auteurs dont les textes sont repris dans cet atlas. La majorité sont des personnes formées en relations internationales, notamment à l’Institut français de géopolitique (université de Paris VIII Vincennes Saint-Denis), comme Nicolas Ressler ou Francesca Fattori. D’autres sont des enseignants, tel Éric Janin, ou de bons connaisseurs des régions traitées (Tigrane Yégavian et Caroline Ronsin sur le Moyen-Orient, par exemple).

Quels sont les choix qui orientent la conception et la réalisation cartographique ?

La carte est une image qui permet de valoriser une information et la représenter géographiquement.

L’aspect esthétique dans la représentation cartographique est très important.

Pour cet atlas, nous reprenons les cartes publiées dans la revue Carto et nous les mettons à jour. L’aspect esthétique dans la représentation cartographique est très important. La carte doit être en harmonie avec les données représentées, nous attachons une attention particulière à la sémiologie graphique. Sur le choix des sujets, la rédaction tente à la fois de suivre une question d’actualité (guerre en Syrie, intégration de la Croatie à l’UE, etc.) et de présenter les enjeux de problématiques plus globales et transversales (les prisons dans le monde, l’usage d’internet en Afrique…). Si l’auteur du texte et la cartographe travaillent de manière indépendante, les cartes sont discutées en interne afin de bien définir son objet et son intention.

Décembre 2014-Bautzmann- Fourmont- Margueritte-Verluise/Diploweb.com


. Alexis Bautzmann (dir.), Atlas géopolitique mondial, édition 2015, éditions Argos

"Atlas géopolitique mondial", 2015, dir. A. Bautzmann, éd. Argos

Voir l’Atlas mais aussi les revues Carto et Moyen-Orient sur le site geostrategique.com

Pourquoi et comment faire un don au Diploweb ?


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

Directeur, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb.com (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le dimanche 25 septembre 2016 |
#contenu