Prix Anteios Livre géopolitique à Pierre Buhler et Olivier Zajec

Par ANTEIOS, le 23 mars 2012  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

L’association Anteios s’adresse à tous ceux qu’intéressent la géopolitique et la géoéconomie et qui souhaitent réfléchir en commun sur le déploiement des rapports de force dans l’espace

Le prix Anteios est décerné chaque année à un ouvrage de géopolitique. Il a été attribué en mars 2012 au livre de Pierre Buhler "La puissance au XXIe siècle, les nouvelles définitions du monde", Paris, CNRS Editions, 2011. Un prix spécial a été réservé à l’essai d’un jeune géopoliticien, Olivier Zajec, "La nouvelle impuissance américaine", Editions de l’œuvre, 2011

L’OUVRAGE de Pierre Buhler constitue une synthèse ambitieuse de la géopolitique mondiale depuis les origines. L’auteur se situe dans la lignée du Raymond Aron de « Paix et guerres entre les nations » mais il n’hésite pas à « faire l’inventaire » de cet héritage. Les fondements de la puissance ont changé, explique-t-il. Ils sont maintenant moins quantitatifs (le territoire, le nombre d’hommes, les ressources) que qualitatifs (le sof power en particulier) ce qui découle selon Pierre Buhler de la révolution de l’information. Ainsi émergent de nouveaux acteurs (firmes globales, réseaux terroristes, diasporas…) capables de défier les Etats qui détenaient encore à l’époque d’Aron le monopole de la puissance. Reste, comme élément fondamental de continuité, ce que l’auteur considère comme le fondement décisif de la puissance, la volonté. Et de rappeler la formule d’Aron : « La puissance n’est pas un absolu, mais une relation humaine ».

Prix Anteios Livre géopolitique à Pierre Buhler et Olivier Zajec

La puissance au XXIème siècle constitue une véritable somme qui n’a aujourd’hui de comparable en France que Géopolitique d’Aymeric Chauprade (Ellipse) et Le Monde dirigé par Pascal Gauchon (PUF). Il retrace les grandes évolutions de la puissance depuis l’Antiquité, en insistant sur le rôle fondamental de l’innovation – le gagnant est toujours celui qui change les règles du jeu. Pierre Buhler examine les fondements actuels de la puissance en insistant sur trois points qui lui paraissent essentiels : la compétition en matière d’innovation, la dissémination du nucléaire et l’essor des réseaux (un point déjà mis en valeur dans Le Monde). Il s’efforce aussi de tracer quelques hypothèses pour l’avenir proche. Comme le souligne la préface d’Hubert Védrine, un seul est exclu : « celui du rétablissement du monopole de la puissance occidentale ».

Le fil rouge de ce livre est la puissance

Voici la façon dont David Simonnet, président de la société Axyntis qui est l’un des deux partenaires du prix avec Fusions et Acquisitions Magazine, a justifié le choix de l’ouvrage de Pierre Bulher lors de la remise du prix lors du Festival de Géopolitique et de Géoéconomie de Grenoble. « Le fil rouge de ce livre est la puissance, qui en tisse la trame et qui, aujourd’hui comme hier, définit l’ordre du monde. Vous examinez la place dans la puissance de chacun de ses déterminants : l’Etat, le droit, la géographie, la démographie, l’argent… Mais il y a surtout ces « lignes de fuite » qu’emprunte aujourd’hui la puissance. Vous en explorez trois principales. L’abaissement du coût d’accès à la puissance nucléaire. Les réseaux nés de la révolution numérique, qui ont permis à des pans entiers de l’activité humaine, financière, politique, intellectuelle et même criminelle d’échapper au contrôle des Etats. La troisième ligne de fuite est l’intensité de la compétition scientifique…


Pierre Buhler remercie le jury et explique sa démarche. Crédits : P. Verluise

Extrait du discours de P. Bulher : "Je suis heureux et fier d’être lauréat d’un prix qui a pour vocation de stimuler dans notre pays la réflexion géostratégique, géopolitique. Celle-ci procède, nous le savons, d’une approche délibérément transversale qui a le mérite d’abattre les cloisons entre les disciplines, les relations internationales bien sûr, mais aussi le droit international, l’histoire, la géographie politique, l’économie, la philosophie, voire l’anthropologie. Je m’y suis efforcé dans mon livre. Et je me félicite sincèrement de ce que cette discipline de la géopolitique, indispensable pour appréhender la complexité du monde, ait trouvé sa place dans les programmes des classes préparatoires – dont elle était absente lorsque j’y étais moi-même étudiant il y de cela 4 décennies."

As-tu fiché le « Buhler » ?

« La puissance écrivez-vous appartient à ceux qui en comprennent les règles, qui savent en assembler les ressources et en forger les instruments, qui savent en réinventer les formes et les modalités ». Le mérite de votre ouvrage est d’aider à les comprendre. Davantage qu’une référence qui fera dire aux étudiants dans les mois et les années à venir –veuillez m’excuser Monsieur l’Ambassadeur pour cette familiarité- qui fera donc dire aux étudiants as-tu lu et fiché le « Buhler », votre livre est celui que certains membres du jury auraient voulu avoir écrit. N’y voyez pas une marque de jalousie mais celle d’un respect sincère ».

Le livre de Pierre Bulher jouera donc un rôle multiple : ouvrage d’initiation pour tous ceux qui voudraient commencer à comprendre ce qu’est la géopolitique ; manuel de révision et d’approfondissement pour les étudiants ; texte de référence pour les spécialistes et les chercheurs.
Est-il preuve plus probante de son caractère complet ?

Copyright Anteios Mars 2012/Diploweb.com


Plus

Voir la présentation du livre sur le site de l’éditeur Voir

Pourquoi et comment faire un don au Diploweb ?


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

Directeur, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb.com (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le dimanche 25 septembre 2016 |
#contenu