"Le nucléaire en Asie. Fukushima, et après ?"
Un livre de M. Gaulène aux éditions P. Picquier

Par François GUILBERT , le 11 avril 2016  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

La visite de dirigeants du G7 sur le site d’Hiroshima vient rappeler l’importance du nucléaire en Asie, militaire mais aussi civil. L’Asie est le principal marché mondial de l’industrie nucléaire civile en expansion, le terreau sur lequel prospère de nouveaux producteurs industriels, un espace territorial où des populations sont menacées ou ont été victimisées et où s’imbriquent le plus étroitement les enjeux économiques et militaires.

Présentation du livre de Mathieu Gaulène : Le nucléaire en Asie – Fukushima, et après ?, Editions Philippe Picquier, 208 p, 13 €

JOURNALISTE à Tokyo, Mathieu Gaulène ne cache pas ses réticences vis-à-vis de l’énergie nucléaire et des centrales qui sont en service ou en projet en Asie. Dans cet état d’esprit, il espère ouvertement que les pays d’Asie, du sous-continent indien à l’Extrême-Orient en passant par l’Asie du Sud-Est, sauront tirer toutes les leçons du drame de Fukushima (11 mars 2011) y compris les plus radicales puisque le Japon a su sans encombre majeur se passer de l’énergie produite par ses centrales. Cette sympathie anti-nucléaire a nourri l’un des chapitres les plus originaux de son étude. Sa connaissance des mouvements antinucléaires nippons, taïwanais et indiens aurait pu faire un livre en soi, tant l’auteur connaît leur histoire, les interactions entre les uns et les autres, leurs rapports à la presse et aux pouvoirs installés. Faute de place peut être, les organisations similaires implantées à Hong Kong, en Corée du Sud et dans les pays de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (ASEAN) n’ont été mentionnées qu’en passant or elles aussi participent à l’ « asianisation  » des débats. Dommage, d’autant qu’en exprimant son propre pathos, en rapportant ses expériences vécues (rencontres associatives, reportages sur les manifestations citoyennes), l’enquêteur M. Gaulène nous offre les pages les plus vivantes et les plus intéressantes de son livre. Les autres chapitres sont de facture plus classique, même si transparait au fil des pages les convictions les plus fortes du narrateur.

Le texte aurait mérité parfois des connaissances plus approfondies et une bibliographie de références complémentaires par pays nourrie par plus d’ouvrages et d’articles scientifiques. Une relecture plus rigoureuse aurait évité bien des écueils. Non Karachi n’est pas la capitale du Pakistan (p. 79, p. 105). La visite de F. Mitterrand à Islamabad – la première d’un chef d’Etat français depuis l’indépendance du pays 42 ans plus tôt – ne s’est pas déroulée en 1989 (p. 78), année où il s’est rendu en Inde, mais en février 1990. Le président sud-coréen Kim Dae Jung ne fut pas plus un ancien dissident issu de la lutte contre les Japonais, comme la dynastie Kim de Corée du nord (p. 116). Il n’entra véritablement en politique qu’au milieu des années 1950, à l’heure où l’administration Syngman Rhee affirmait sa véritable nature autoritaire. Quant au premier réacteur de recherche installé au Viêt Nam, le TRIGA Mark II, il était le produit de la General Atomics et non d’un autre industriel américain (p. 70). Sur le plan politique, parler de prolifération nucléaire indienne est quelque peu excessif. La datation des sanctions nucléaires vis-à-vis de l’Iran est aussi sujette à caution tout comme la perception selon laquelle la quasi-totalité de ceux qui exercent les plus hautes fonctions en Corée du Nord serait encore aujourd’hui des vétérans de la guerre de Corée. Au-delà de ces quelques faits, sur le plan des idées, la dénonciation de la diplomatie économique française apparaîtra certainement excessive à beaucoup. L’Etat français contrôlant directement ou indirectement 86,52% du capital d’AREVA, on voit mal ses fonctionnaires ne pas apporter leur soutien à une entreprise publique sur les marchés tiers. On peut certainement moquer la manière dont certains le font, l’auteur donne quelques exemples édifiants, et semble en avoir fait les frais à l’heure où il recherchait un emploi. Il faut certainement s’interroger sur la centralité du nucléaire dans les relations développées par la France avec certains pays étrangers (ex. Chine, Inde,…) ou encore sur la place accordée à la promotion des énergies alternatives durables dans notre politique étrangère mais certainement pas condamner, par principe, le soutien à l’exportation des entreprises publiques industrielles.

La lecture du livre documenté de M. Gaulène doit d’ailleurs aider à réfléchir sur la recomposition des alliances entrepreneuriales qui se font jour aujourd’hui et à analyser leurs conséquences géopolitiques, à commencer pour notre politique asiatique et nos relations avec la Russie. A titres d’exemples : le Japon va-t-il poursuivre sa coopération avec les industriels français dans le développement des réacteurs à neutrons rapides (projet ASTRID) ? Comment Tokyo peut-il s’accommoder politiquement et industriellement d’une participation chinoise à AREVA – NP, la filiale d’AREVA spécialisée dans l’ingénierie des réacteurs des centrales nucléaires ? Est-il sérieusement envisageable pour EDF et AREVA de promouvoir sur les marchés tiers les réacteurs Hualong (chinois) et ATMEA, développés avec les Japonais de Mitsubishi Heavy Industries (MHI) ? Le gouvernement nippon est-il susceptible de privilégier l’AP 1000 de Westinghouse – Toshiba sur les marchés asiatiques émergents ? Quelles sont les conséquences à long terme sur le marché mondial de l’association franco-chinoise (EDF – CGNPC) pour la centrale britannique d’Hinkley C ? EDF peut-il poursuivre sa collaboration stratégique avec ROSATOM en s’appuyant sur le réacteur russe VVER, concurrent direct de l’EPR d’Areva ?

Pour comprendre la complexité des grandes manœuvres politico-industrielles en cours, rien de mieux que de connaître l’histoire nucléaire des principaux Etats asiatiques dotés. En quelques chapitres, le livre de M. Gaulène donne le tour d’horizon, sans oublier l’évolution des opinions publiques, la liste des accidents plus ou moins victimaires et les collusions (ex. organes de presse - entreprises ; ministères - entreprises ; Etat - organes de contrôle indépendant,…) qui ont facilité et facilitent encore le développement de ce secteur industriel et ses marchés. Regarder l’évolution internationale de l’industrie nucléaire à travers le prisme asiatique est d’autant plus fondé que ce théâtre stratégique est à la fois le principal marché mondial en expansion, le terreau sur lequel prospère de nouveaux producteurs industriels, un espace territorial où des populations sont menacées ou ont été victimisées et où s’imbriquent le plus étroitement les enjeux économiques et militaires. Toutefois, les enjeux politico-militaires ne sont pas tant intra-asiatiques qu’au minimum Asie – Pacifique ou Indo-Pacifique.

Même si les programmes civils et militaires sont liés, l’auteur aurait dû se centrer en si peu de pages sur l’une ou l’autre dimension des politiques atomiques, faute de quoi nombre d’aspects n’ont pu être traités à l’image en matière de défense du contrôle des technologies duales chinoises, des coopérations syro-nord coréennes auxquelles l’armée israélienne fit militairement obstacle en détruisant en septembre 2007 la centrale construite près de Deir-Ezzor, des coopérations irano-nord coréennes sur les technologies des missiles, des aides étrangères pour adapter les Mirage indiens à l’emport d’armes nucléaires ou encore la concomitance du développement des programmes des armes de destruction massive NBC, des satellites et des vecteurs délivrant les armes sur les objectifs assignés. Ces perspectives tronquées nous font nous demander si le livre n’aurait pas mérité bien plus que 208 pages mais aussi de s’intéresser au théâtre stratégique Asie – Pacifique dans son ensemble.

Le bassin Pacifique est l’océan « nucléarisé » par excellence comme en témoignent : le nombre d’expérimentations (322), la diversité des espaces affectés - les tirs furent atmosphériques (175) et souterrains (147) -, l’implication de trois puissances nucléaires (Etats-Unis, France, Royaume Uni), le nombre de sites utilisés pour tester les armes (Bikini, Enewetak, Kiritimati, Kalama, Malden, îles Monte Bello, Maralinga, Emu Field, Moruroa, Fangataufa) et le temps au cours duquel les programmes se sont étalés (1946 – 1996), sans même parler des exilés de l’atome, des décontaminations inachevées et des débats sur les indemnisations des personnes affectées. En outre, le Pacifique demeure un enjeu primordial sur le plan militaire. Les Nord-Coréens menacent de frapper l’Ouest américain. Les Américains continuent eux d’utiliser cet espace pour valider leurs vecteurs tirés depuis les bases de Vandenberg (Californie) et Kodiak (Alaska) vers les sites de Kwajalein aux îles Marshall (Ronald Reagan Ballistic Missile Defense Test Site). L’enjeu de défense est donc durable pour de nombreux acteurs riverains de l’océan Pacifique [1], si mal nommé. Les défis sont également diplomatiques comme en témoignent les postures internationales originales de plusieurs Etats et dirigeants océaniens. La République des Palaos, devenue indépendante, s’est dotée d’une constitution bannissant les substances et les armes nucléaires, une première mondiale. La République des îles Marshall demande elle non seulement des compensations pour les populations déplacées de Bikini, Enewetak, Rogelap et Utrok mais elle poursuit depuis 2014 devant la Cour internationale de Justice neuf Etats (Chine, Corée du Nord, Etats-Unis, France, Inde, Israël, Pakistan, Royaume Uni, Russie), pour « manquement allégué à leurs obligations concernant la cessation de la course aux armes nucléaires à une date rapprochée et le désarmement nucléaire ». Sur le plan du droit, les indépendantistes de Polynésie française disent eux vouloir déposer prochainement une plainte pour « crime contre l’humanité » à l’encontre de la France, suite aux 193 essais nucléaires menés à Moruroa et Fangataufa jusqu’en 1996.

Dans un tel contexte politique, il est bien difficile de séparer les enjeux asiatiques de ceux relatifs au bassin Pacifique. Aborder l’Asie – Pacifique comme un tout, c’est aussi prendre en compte les efforts régionaux de non-prolifération (cf. le transfert en 2016 du Japon vers les Etats-Unis de stocks de plutonium exportés au fil des décennies par les Américains, les Britanniques et les Français vers l’Empire du Soleil Levant) voire de désarmement, comme en ont attesté ceux des pays de l’ASEAN pour transformer le Sud-Est asiatique en zone de paix, de liberté et de neutralité (ZOPFAN, 1971), les traités de Rarotonga (1985) et de Semipalatinsk (2006) ou encore les zones nucléaires exemptes de Nouvelle-Zélande et de Mongolie (1992). S’intéresser à l’Asie – Pacifique, c’est montré un intérêt pour la miniaturisation du pouvoir nucléaire au service de la propulsion sous-marine (ex. Australie) et des brise-glaces (ex. Japon). C’est une manière de s’interroger sur les effets de seuil militaire notamment pour des pays comme la Corée du Sud, le Japon voire Taïwan [2] qui ne l’oublions pas, par deux fois a tenté de mettre au point la bombe (1974 – 1977, 1978 – 1987) et un programme de missiles balistique associé. A ceux qui veulent revenir plus en détail sur les ambitions passées et présentes de ces trois partenaires militaires des Etats-Unis et puissances militaires nucléaires latentes, on recommandera de lire l’étude toute récente du spécialiste américain de la non-prolifération Mark Fitzpatrick (Asia’s Latent Nuclear Powers, IISS – Adelphi Papers, Londres, 2016, 175 p). Décrypter le risque nucléaire « asiatique » dans son ensemble, c’est enfin se pencher sur les risques posés par le développement du nucléaire tactique sur le champ de bataille, les « bombes sales », les risques de détournement de matières par des acteurs non gouvernementaux, l’accès à une dissuasion en partage (ex. Arabie Saoudite – Pakistan) voire un possible djihad nucléarisé. A n’en pas douter, la question nucléaire « asiatique » pose bien des questions essentielles au-delà même des leçons à tirer du drame de Fukushima, aussi nombreuses soient elles déjà.

Copyright Avril 2016-Guilbert/Diploweb.com


Plus

. Mathieu Gaulène : Le nucléaire en Asie – Fukushima, et après ?, Editions Philippe Picquier, 208 p, 13 €

"Le nucléaire en Asie. Fukushima, et après ?"

4e de couverture

Cet ouvrage fournit le panorama le plus complet existant à ce jour sur le nucléaire en Asie : non seulement les programmes civils (Chine, Japon, Inde, Vietnam, Thaïlande, et même Bangladesh et Myanmar), mais aussi l’inquiétante prolifération de l’arme nucléaire, possédée par des pays qu’opposent des rivalités profondes (Chine, Inde, Pakistan, Corée du Nord).

Il fait également le point sur l’essor des mouvements antinucléaires et des énergies renouvelables, relancés par la catastrophe de Fukushima. Un chapitre spécial est consacré à l’accident nucléaire du 11 mars 2011, riche en révélations sur le véritable bilan humain et le rôle du crime organisé dans la « liquidation » de la centrale sinistrée.

Les choses vont très vite dans le nucléaire. Pyongyang prétend désormais avoir la bombe H. Au Japon, nouveaux redémarrages de réacteurs et nouveaux déboires du surrégénérateur et de l’usine de retraitement d’uranium. Autant de raisons de suivre cette actualité à la lumière de l’analyse approfondie et accessible qu’est Le Nucléaire en Asie.

Voir sur le site des éditions Picquier

[1L’accord liant les Etats-Unis à la République des îles Marshall court jusqu’en 2066.

[2Le nom officiel de Taïwan est République de Chine


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le lundi 5 décembre 2016 |
#contenu