Le film « Katyn » de Wajda distribué en France

Par Alexandra VIATTEAU , le 29 mars 2009  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Ecrivain

Cinéma et géopolitique de l’Europe. Le film "Katyn" de Wajda est un apport considérable de connaissances, notamment par l’image. Sortie en salle le 1er avril 2009. Découvrez une présentation du film, une mise en perspective de Katyn, les salles où le film sera présenté et sa bande-annonce.

L’OEUVRE MAJEURE du cinéaste polonais Andrzej Wajda, son dernier film "Katyn", porte sur l’histoire interdite pendant 70 ans des massacres de dizaines de milliers de prisonniers de guerre polonais durant la Seconde Guerre mondiale. Ces premiers Alliés ont été pris à revers lors de la campagne germano-soviétique en septembre 1939 et massacrés par la police politique soviétique, le NKVD, au printemps 1940 sur ordre écrit de Staline et de la haute hiérarchie du parti communiste au pouvoir à Moscou.

Le film "Katyn" raconte l’histoire du mensonge et de la désinformation
communistes tels que A. Wajda - dont le père était une des victimes - les a lui-même connus et l’histoire des massacres tels que les archives les ont décrits et que les bourreaux retrouvés les ont racontés en détail. Ces aveux et témoignages ont été recueillis par les magistratures militaires polonaise et russe entre 1990 et 1995. En effet, ces cinq années ont marqué une bonne volonté du Kremlin dans la révélation des crimes de Katyn et la recherche des immenses charniers non encore dévoilés jusque là.

Un crime de guerre et contre l’humanité

L’URSS n’avait pas signé la Convention de Genève sur les prisonniers de guerre en 1929, mais la Russie avait signé la Convention de la Haye en 1907, et le Kremlin a bien confirmé en 1941 que "l’URSS considérait comme obligatoires pour soi les règles de la guerre exposées dans la quatrième Convention de la Haye du 18 octobre 1907 concernant les lois et coutumes de la guerre...". L’URSS a donc commis sans le moindre doute "un crime de guerre et contre l’humanité" contre les Alliés polonais. D’autre part, la continuité légale que le Kremlin établit entre la Russie tsariste et l’Union soviétique vaut également pour la continuité sur le plan de la responsabilité légale entre l’URSS et la République de Russie actuelle.

Mise en perspective historique

En 1959, vingt ans après l’agression germano-soviétique de la Pologne en septembre 1939, N. Khrouchtchev envisageait éventuellement de charger le seul J. Staline des crimes soviétiques commis en collusion avec A. Hitler de 1939 à 1941. Ceci afin de décharger sa propre position de "déstalinisation" et celle du communisme soviétique de ce très compromettant passé au moment de la "détente" avec l’Occident et d’un nouveau tournant de la propagande soviétique.

Aussitôt, le 3 mars 1959, le chef du KGB, A. Chelepine, lui adressa un rapport opposé à toute révélation et vérité sur le crime de guerre commis à Katyn, Kharkov, Kalinine (Tver) et dans les caves des prisons, où sur ordre de J. Staline et de tout le Politburo du PCUS avaient été assassinés 25 700 officiers et résistants polonais aux envahisseurs nazis. S’il fallait toujours nier et mentir, c’est parce qu’il s’agissait, en effet, de massacres d’officiers et combattants, non seulement polonais, mais alliés, au moment où l’URSS était complice active de l’Allemagne nazie.

Le film « Katyn » de Wajda distribué en France
Une scène du film de Wajda : "Katyn"

Photographie extraite du film de A. Wajda, "Katyn"

Le massacre au nom générique de Katyn, commis par les Soviétiques, était donc obstinément nié par Moscou depuis que les charniers avaient été découverts par les Allemands en 1943, alors que J. Staline, contraint et forcé par l’attaque d’Hitler en 1941, avait rejoint les Alliés occidentaux.

A la fin de la guerre, au Procès de Nuremberg, les Soviétiques avaient vainement tenté de charger les Allemands de ce "crime de guerre, contre l’humanité et génocide" en procédant à une fabrication et à un montage de "preuves" si inconsistantes qu’elles ne réussirent pas à convaincre les juges : les Allemands furent innocentés de ce crime là. Il ne restait donc qu’un seul coupable : l’URSS - qui ne fut toutefois pas désignée, ni jugée.

Moscou (et donc le communisme international) opta alors pour la négation, le mensonge, l’occultation, le secret et la répression de la recherche et de la proclamation de la vérité.

Secret d’Etat

Encore aujourd’hui, alors que M. Gorbatchev a fait en 1990 le difficile aveu de la culpabilité de Moscou, et que B. Eltsine en a remis officiellement les preuves à Varsovie en 1992, des historiens russes déplorent avec inquiétude et amertume, sous V. Poutine et D. Medvedev, le retour du "syndrome de l’interdiction" de la pleine vérité sur ces crimes.

En effet, 116 volumes de documents et d’archives concernant Katyn sont désormais classés "secret d’Etat" et sont rendus inaccessibles. Le Kremlin veut "classer sans suite l’affaire Katyn". Alors que des historiens russes ont déjà admis après étude très approfondie que :

. "Katyn est un crime contre l’humanité et une destruction planifiée de la substance de l’Etat polonais" (Natalia Lebedeva) ;

. Victor Zaslavsky, qui vit et enseigne en Italie, a conclu pour sa part que "l’intelligentsia polonaise [notamment les officiers de réserve en grand nombre – A.V.], détestée comme un vivier de chefs de la résistance aux régimes nazi et stalinien, a inspiré une haine profonde à Staline et Hitler, qui menèrent une politique identique d’extermination [des élites et des combattants polonais – A.V.]".

On revient en quelque sorte en 2009 à la décision de 1959 de l’ancien chef du KGB, A. Chelepine, qui recommandait à N. Khrouchtchev de toujours dissimuler la vérité : "Pour les organes soviétiques toutes ces affaires ne présentent ni intérêt opérationnel, ni valeur historique..." Au contraire, un retour sur "cette affaire" [de Katyn – A.V.] "peut amener à déconspirer l’opération menée [il avoue donc que l’opération de liquidation physique a bien été menée - A.V.] avec toutes les conséquences pour notre gouvernement. D’autant plus que, dans le cas des fusillés dans le bois de Katyn, il existe une version officielle [la négation du crime – A.V.] confirmée, sur l’initiative des organes du gouvernement soviétique, par notre commission spéciale de 1944 concernant le crime des fascistes allemands contre les officiers polonais prisonniers de guerre... Les conclusions de notre commission sont fermement implantées dans l’opinion publique mondiale".

C’était, en effet, le cas à l’époque et pendant longtemps encore, tellement était puissante la propagande communiste soviétique, notamment en France jusque dans les années 1980.

Mais, la volonté irréductible des Polonais et de chercheurs et politiques
internationaux sérieux et de bonne volonté, y compris russes, de découvrir jusqu’au bout, de dévoiler et de juger les faits survenus, et de raconter, expliquer l’histoire interdite de Katyn s’est imposée.

Le film "Katyn" de Wajda est un apport considérable de connaissances, notamment par l’image. C’est une œuvre magistrale. Il est donc important de donner à ce film toute la place et toute l’attention qu’il mérite.

Copyright mars 2009-Viatteau/diploweb.com


La bande annonce du film Voir


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le lundi 5 décembre 2016 |
#contenu