"Le dessous des cartes 2 L’Atlas d’un monde qui change", par J-C. Victor, V. Raisson, F. Tétart

Par Ferenc MALULO, le 1er février 2008  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Paris : Arte éditions / Tallandier, novembre 2007. Cet atlas s’organise autour de trois parties. La première consacrée aux « chocs de la mondialisation » révèle un monde plus fluide et moins sûr, plus riche et moins égal, plus développé et plus fragile ; la deuxième souligne que « le redéploiement des rapports de force » résulte avant tout d’enjeux énergétiques, de reconfigurations géopolitiques, d’un « faux choc des civilisations » ou de nouvelles stratégies et alliances militaires. La dernière partie, voulue comme un épilogue, offre un questionnement critique sur les frontières de l’Europe, autour de la Turquie, du Kosovo ou de Chypre, et sur l’avenir du projet européen.

CONCU SUR LE même mode que l’émission diffusé sur ARTE depuis plus 15 ans, l’Atlas du Dessous des Cartes 2 utilise la démarche géopolitique pour analyser les grands enjeux du xxie siècle. Il ne s’agit pas d’une actualisation du premier Atlas paru en 2005. Bien au contraire, ce nouvel ouvrage cherche à décrypter l’ordre actuel du monde avec les équilibres qui se dessinent entre les puissances à vocation mondiale ou régionale (Etats-Unis, Russie, Chine, Brésil, Afrique du Sud) et ceux qui restent marginalisés (Afrique), et avec les évolutions qui se précisent (mondialisation, intensification des flux et des réseaux), ainsi que les tendances qui s’accentuent (notamment la formation de rapports de force autour de l’énergie ou les crispations autour de la notion de « civilisations »).

Enjeux majeurs

À partir d’une méthode prospective et d’une démarche politique, les auteurs abordent les enjeux majeurs du monde contemporain face à la mondialisation et les défis auxquels il sera confronté dans les prochaines décennies : réchauffement climatique, épidémies, prolifération nucléaire, radicalisation des religions, raréfaction des ressources énergétiques…

Qui sont les auteurs ? Jean-Christophe Victor, concepteur du Dessous des Cartes créé avec Arte en 1990, est le directeur du Laboratoire d’études politiques et cartographiques (LÉPAC). Les deux co-auteurs, Virginie Raisson, analyste en géopolitique et relations internationales, et Frank Tétart, docteur en géopolitique, sont chercheurs au LÉPAC.

S’appuyant sur près de 300 cartes claires, pédagogiques, esthétiques, à différentes échelles, cet atlas propose une approche concrète des effets de la mondialisation et des nouveaux rapports de force. Seul bémol peut-être, il ne respecte pas toujours la rigueur de la charte cartographique en usage chez les géographes, mais offre cependant un accès aisé au langage des cartes. Les textes qui accompagnent les cartes sont très intéressants.

Plan

L’atlas s’organise autour de trois parties. La première consacrée aux « chocs de la mondialisation » révèle un monde plus fluide et moins sûr, plus riche et moins égal, plus développé et plus fragile ; la deuxième souligne que « le redéploiement des rapports de force » résulte avant tout d’enjeux énergétiques, de reconfigurations géopolitiques, d’un « faux choc des civilisations » ou de nouvelles stratégies et alliances militaires. La dernière partie, voulue comme un épilogue, offre un questionnement critique sur les frontières de l’Europe, autour de la Turquie, du Kosovo ou de Chypre, et sur l’avenir du projet européen.

En tentant de saisir la complexité du monde, L’Atlas du Dessous des Cartes 2 n’en oublie pas d’être original, en proposant par exemple une cartographie de micro ou pseudo-Etats (Vatican, Monaco, Somaliland…).


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le jeudi 1er décembre 2016 |
#contenu