Géopolitique. La Moldavie : un Etat en transition

Par Caroline LEGUY , le 19 décembre 2006  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Responsable du Centre de documentation
Institut supérieur d’Interprétation et de Traduction (ISIT) - Paris

INDEPENDANTE depuis le 27 août 1991, après avoir été sous le contrôle successif des Turcs, des Russes et des Roumains, la Moldavie a refusé l’unification avec la Roumanie cette même année, le centralisme roumain ayant provoqué le désir d’indépendance de la population moldave.

Cherchant à conforter son indépendance vis-à-vis de la Russie et de la Roumanie, la Moldavie a mené une politique étrangère combinant relations de bon voisinage avec ses principaux partenaires régionaux et ouverture à l’Ouest. Tout en participant aux initiatives de coopération régionale, la Moldavie devient membre de l’ONU et de l’OSCE en 1992 et est admise en juillet 1995 au Conseil de l’Europe. En 1994, elle signe un Accord de partenariat et de coopération avec l’Union européenne et en 1999 adhère au Partenariat pour la paix de l’OTAN. En juin 2001, la Moldavie devient membre à part entière au sein du Pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-Est et intègre l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) en juillet 2001. Egalement reconnue par les pays voisins, la Moldavie a signé en novembre 2001 un traité bilatéral avec la Russie qui s’engage ainsi à respecter la souveraineté territoriale moldave.

Cependant, depuis la sécession de la Transnistrie, province orientale de la Moldavie, le 2 septembre 1990, le gouvernement moldave ne contrôle plus l’ensemble de son territoire. Ex-République autonome, rattachée à la Moldavie depuis 1940, la Transnistrie sécessionniste a fait appel à la Russie afin de la soutenir, entraînant des affrontements armés sanglants en 1992, et a instauré une véritable entité étatique, sans reconnaissance officielle internationale. La Russie y maintient toujours une unité de l’armée russe, faisant de la Transnistrie un moyen de pression dans ses négociations avec la communauté internationale.

Sur le plan politique, la réélection du communiste russophile Vladimir Voronin en avril 2005 à la présidence moldave n’a pas conduit à une politique anti-occidentale. Le Parti communiste, désireux de se rapprocher de l’Union européenne, tente de renforcer les liens avec cette dernière tout en maintenant ceux avec la Russie, y compris dans le règlement pacifique du différend transnistrien.

La Moldavie, état indépendant coincé entre l’Ukraine et la Roumanie, considéré comme l’un des pays les plus pauvres d’Europe, est donc encore un état en transition : poursuivant sa voie vers une économie de marché, elle reste classée en première place des pays les plus appréciés des trafiquants. Toujours fortement lié à la Roumanie, le pays, s’il a développé des relations ambiguës avec la Russie dont elle reste dépendante énergétiquement, souhaiterait intégrer l’Union européenne.

Nous vous proposons d’accéder maintenant à un dossier en ligne.

Vous trouverez dans ce dossier documentaire les rubriques suivantes :
Documents officiels, études géopolitiques, politique intérieure, politique extérieure, politique européenne, démographie, géographie, dossier de presse, chronologie, bibliographie, revue de sites, cartes, photographie.

Voir le dossier en ligne sur le site de l’ISIT


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le jeudi 1er décembre 2016 |
#contenu