Carte Corruption dans l’UE en 2009

Par Pierre VERLUISE

Docteur en Géopolitique, Chercheur à l’IRIS, Chercheur associé à la Chaire Raoul Dandurand (Canada). Co-auteur de Géopolitique de l’Europe, Paris, Sedes, livre nominé pour le Festival de Géopolitique et de Géoéconomie 2010. Courriel verluise iris-france.org

L’Indice de perception de la corruption établi par Transparency International (TI) classe les pays en fonction du degré de corruption perçue dans les administrations publiques et la classe politique. Il s’agit d’un indice composite, un sondage de sondages, faisant appel à des données sur la corruption tirées de sondages d’experts réalisés par divers organismes indépendants dignes de confiance. En 2009, il est fondé sur 13 enquêtes différentes. L’IPC doit être interprété comme l’évaluation de pays allant de 0 (haut degré de corruption perçu) à 10 (faible degré de corruption perçu). D’une certaine manière, cela s’assimile à une note sur 10. La moyenne mondiale est à 5.

Des situations variées

À titre d’illustrations, les notes les plus faibles à l’échelle mondiale ont été attribuées en 2009 à la Somalie (1,1 sur 10) et à l’Afghanistan (1,3). Les notes les plus hautes à l’échelle mondiale ont été attribuées en 2009 à la Nouvelle-Zélande (9,4 sur 10) et au Danemark (9,3). Le Danemark est un membre de l’Europe communautaire depuis le 1er janvier 1973.

En dépit de la reprise supposée générale de l’acquis communautaire par tous les pays membres de l’Union européenne (UE), force est de constater que tous n’appliquent pas de la même manière les règles de l’Etat de droit et les principes de bonne gouvernance. L’IPC des pays membres de l’UE se répartissent en 2009 sur un large éventail, entre 9,3 (Danemark) et 3,8 sur 10 (Grèce, Bulgarie, Roumanie). La France se place à 6,9.

Une lecture socio-géographique

Les indices de perception de la corruption dans les pays de l’Union européenne présentent globalement deux gradients nord-sud et ouest-est. En effet, les pays d’Europe du Nord (ex. : Finlande, Suède, Danemark) sont généralement moins corrompus que ceux d’Europe du Sud (Italie, Grèce). Par ailleurs, les pays d’Europe de l’Ouest –
mis à part le Portugal et l’Italie - sont généralement moins corrompus que ceux situés à l’Est de l’ex-Rideau de fer. L’Estonie fait exception, ce qui prouve qu’il n’y a pas de fatalité historique. Se distingue une « verticale orientale de la corruption » dont les éléments sont, du Nord au Sud : Roumanie, Bulgarie et Grèce.

Voir une étude plus approfondie, publiée postérieurement par Pierre Verluise, UE-27 : La corruption reste un défi Voir

Corruption dans l'espace UE-30 en 2009Titre du document :
Corruption dans l’espace UE-30 en 2009

Des Indices de perception de la corruption très variés, de 9,3 à 3,8 sur 10



Document ajouté le 6 mars 2010
Document JPEG ; 524715 ko
Taille : 873x1018 px

Visualiser le document


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le samedi 3 décembre 2016 |