Accueil  > Asie > Inde

"Après la chute de Kaboul : Islamabad, Delhi et Washington", par C. Jaffrelot

Par Pierre VERLUISE, le 1er septembre 2002  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

In Etudes, revue de culture contemporaine, avril 2002, pp. 443-455. Cet article répond à la question suivante : comment la guerre en Afghanistan change-t-elle la donne entre le Pakistan, l’Inde et les Etats-Unis ?

DIRECTEUR du Centre d’Etudes et de Recherches Internationales et Rédacteur en chef de la revue Critique internationale, Christophe Jaffrelot connaît particulièrement bien l’Asie du Sud. Il a notamment publié Le Pakistan (éd. Fayard, 2000) et Le Pakistan, carrefour de tensions régionales (éd. Complexe, 2002).

Il s’intéresse à ce pays comme à son environnement depuis longtemps. Aussi est-il particulièrement apte à expliquer de manière subtile les modifications de la donne géopolitique régionale par les attentats du 11 septembre 2001 contre les Etats-Unis.

Transformation

En effet, la place qu’occupent l’Inde et le Pakistan dans la région Asie du Sud/Asie centrale - et au delà dans le système international - a été durablement modifiée par ces évènements et la guerre qui les a suivis. Cette transformation résulte d’abord de la dynamique régionale entre le Pakistan, l’Inde, et l’Afghanistan. Mais aussi d’un autre triangle reliant cette fois le Pakistan, l’Inde et les Etats-Unis. L’évolution des relations au sein de ces deux triangles s’est surtout exercée aux dépens du Pakistan. Celui-ci est sorti affaibli face à l’Inde, non seulement de la crise afghane mais aussi de celle du Cachemire.

Durant l’hiver 2001, la chute de Kaboul a privé Islamabad de sa "profondeur stratégique" antérieure. En revanche, ce fut un succès pour Delhi. La capitale indienne a pu se réjouir de retrouver aux commandes de l’Etat afghan des dignitaires de l’Alliance du Nord, dont certains avaient même séjourné à Delhi durant leur exil.

Rapport de forces

"Le rapport de forces entre Pakistanais et Indiens en Afghanistan a donc tourné à l’avantage des seconds ; il en va sans doute de même - de façon bien plus nuancée - si l’on considère maintenant le triangle Islamabad-Delhi-Washington." (p.446)

Alors que les relations entre le Pakistan et les Etats-Unis se dégradaient depuis plusieurs années - notamment à causes de ses essais nucléaires, du coup d’Etat militaire de 1999 et de son soutien aux Talibans - l’Inde s’était engagée depuis quelques années dans un rapprochement avec Washington. Les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis ont donné un nouveau poids à la lutte de Delhi contre le "terrorisme islamique" au Cachemire. La position de New Delhi s’est trouvée renforcée face à un Pakistan qui s’est révélé un foyer de l’islamisme international. Ce qui lui a permis de jouer la carte de la solidarité indo-américaine face au terrorisme islamiste.

L’Inde semble se rapprocher des Etats-Unis

Après avoir été longtemps proche de l’Union soviétique, l’Inde semble donc se rapprocher des Etats-Unis. Cependant, "Washington s’efforce de maintenir une forme d’équidistance dans leurs relations avec l’Inde et le Pakistan"(p. 451) Pour l’instant, la situation reste ouverte, notamment au sujet de la crise du Cachemire.

Cet article donne donc des clés pour mettre en perspective l’actualité de la région.

Copyright 20 août 2002-Verluise/www.diploweb.com


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le jeudi 8 décembre 2016 |
#contenu