Algérie : les illusions de la richesse pétrolière

Par Luiz MARTINEZ, le 9 janvier 2011  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

CERI-Sciences Po

Le 5 janvier 2011, des émeutes ont éclaté en Algérie, à Alger et Oran. Cette crise est multidimensionnelle mais elle pose une question : comment un pays riche d’une rente pétrolière en est-il arrivé là ? L’auteur apporte une réponse limpide. La rente pétrolière a fait le bonheur d’une minorité et le désespoir de la majorité. L’absence de contrôle de la rente pétrolière a conduit à sa dilapidation.

Dans le cadre de ses synergies géopolitiques, le Diploweb.com est heureux de vous présenter l’introduction du n°168 des Etudes du CERI, sous la plume de Luis Martinez, "Algérie : les illusions de la richesse pétrolière", septembre 2010.

Vous trouverez en bas de page une présentation des Etudes du CERI et un bon de commande pour la totalité de l’étude (36 pages) ou l’ensemble de la collection.

L’ALGERIE est redevenue un grand chantier : des routes, autoroutes, ports, aéroports, métro, hôpitaux, universités, usines, logements sont en construction, dessinant un paysage à l’opposé de celui des années 1990. De façon symbolique, et après plus de vingt-quatre ans d’absence, les Fenecs, l’équipe nationale de football, se sont qualifiés pour la phase finale de la Coupe du monde de football, plongeant le pays entier dans une euphorie comparable aux scènes de liesse du lendemain de l’indépendance. Hélas, ce renouveau est fragile. Redevenu stratégique, le secteur des hydrocarbures se trouve placé une fois de plus au coeur de la politique de développement. Le dynamisme du secteur pétrolier a certes relancé la croissance économique – son taux est de 5 % entre 2005 et 2010. Mais, comme dans les années 1970, cette croissance s’avère entièrement dépendante du secteur des hydrocarbures : en 2009, plus de 98 % des revenus du pays proviennent des exportations de gaz et de pétrole [1]. En 2008, la Sonatrach s’est imposée comme la plus grande et la plus lucrative compagnie pétrolière du continent africain [2]. En mai de cette même année, le ministre de l’Energie, Chakib Khalil, annonçait qu’elle investirait dans les années à venir 45 milliards de dollars pour atteindre les 2 millions de barils/jour et les 85 millions de mètres cubes de gaz. La Sonatrach est à nouveau la locomotive d’une économie qui peine à se diversifier.

L’Algérie est un pays au niveau de développement qualifié de moyen, comme le rappelle son classement dans les indicateurs de développement humain – elle y occupe la 104e place sur 182 pays en 2009. En dehors de quelques propagandistes, ils sont peu, en Algérie, à croire que le 24 février 1971, date de la nationalisation du secteur des hydrocarbures, a sonné l’heure de la « seconde indépendance », comme le titre fièrement la revue El Djazair [3]. A la veille du troisième choc pétrolier (2002-2008), un rapport du Conseil national économique et social [4] est venu souligner que 19 % de la population, soit près de 6 millions de personnes, vivaient dans la pauvreté, et pointer la véritable menace que représente un taux de chômage variant entre 22 % et 28 %. Sur le plan financier, le service de la dette absorbait, en 2000, l’équivalent de 47,5 % des ressources extérieures. Lors de l’avènement à la présidence d’Abdelaziz Bouteflika, en 1999, les caisses de l’Etat sont vides et le pouvoir est dispersé entre quelques « généraux » vainqueurs de la guerre civile. Rapatrié pour restaurer la paix civile dans une Algérie dévastée, Abdelaziz Bouteflika va bénéficier de la montée inattendue et inespérée du prix du baril de pétrole. Ainsi, au-delà de la réconciliation nationale, il offre à l’Algérie un taux de croissance appréciable et, en 2010, plus de 150 milliards de dollars de réserves de change. En apparence, l’Algérie est redevenue solide, mais, en réalité, ce retour inespéré de l’abondance financière ne fait qu’accentuer ses faiblesses. Comme le souligne A. Mebtoul, si le PIB était calculé hors hydrocarbures, l’Algérie reculerait de vingt points : classée à la 102e position (sur 177 pays) en 2005-2006, elle serait ainsi ramenée à la 153e place [5].

Quarante ans après le premier choc pétrolier, l’Algérie ne dispose toujours pas d’institutions politiques susceptibles d’exercer un contrôle sur les usages de la rente pétrolière. A défaut de la Cour des comptes, de l’Inspection générale des finances, du Parlement, c’est le Département du renseignement et de la sécurité (DRS) qui, dans l’opacité la plus totale, fait office de contrôleur de gestion, comme le montrent les affaires qui agitent le microcosme du pouvoir. Loin d’être efficace, l’arbitraire des décisions menace de paralyser les responsables des entreprises nationales qui, pris de panique, s’efforcent de retarder la signature des ordres de paiement, pénalisant un peu plus leurs clients… En fait, pour « déjouer la malédiction pétrolière [6] », l’Algérie doit, plus que restaurer « l’ordre et la grandeur passée » sur le mode de Vladimir Poutine en Russie, démanteler un système opaque alimenté par une économie rentière en pleine essor. Car le « mal algérien [7] » est toujours là : l’économie rentière a donné naissance à un système mafieux qui mine et annihile les espoirs d’un décollage économique, et donc d’une amélioration durable des conditions de vie de la population. Le retour de l’homme providentiel ne suffit pas pour juguler les tensions autour de ce nouveau pactole ; sans institutions politiques démocratiques, cette nouvelle richesse inattendue s’apparente à un nouveau mirage. Hier, sous un régime autoritaire, celui de Boumediene (1965-1979), la peur et les menaces n’avaient pas réussi à éloigner « ceux qui désirent que de l’argent » ; aujourd’hui, sous un régime au pluralisme contrôlé, le désir d’enrichissement semble décuplé et les moyens de le réguler apparaissent dérisoires. Dans un article paru dans L’Expression, le professeur Chems Eddine Chitour exprime le sentiment de chacun vis-à-vis de ce troisième choc pétrolier :

« Il faut plus que jamais revoir tout ce que nous faisons. Pour commencer, l’Etat doit arrêter de vivre sur un train de richesses qui ne correspond pas à une création de richesses. Il nous faut réhabiliter notre savoir-faire en comptant sur nous-mêmes et non sur les Chinois, les Français, Turcs et autres Coréens pour qui l’Algérie est un bazar où l’on peut refi ler n’importe quoi pour l’équivalent de 30 milliards de dollars de gadgets sans lendemain… Il faut un nouveau programme pour gérer l’Algérie, un programme fondé sur la formation des hommes. Cela commence à l’école [8]. »

La rente pétrolière a détruit le savoir-faire local, fait naître des attentes de consommation, entretenu l’illusion de la richesse et marginalisé les investissements dans le capital humain.

Redevenu attractif, le marché algérien est l’objet de convoitise. Sans aucune instance de contrôle, les transactions s’opèrent dans la plus grande opacité, faisant craindre à nouveau un immense gâchis, ainsi que l’illustre la bonne santé du niveau de corruption [9]. Comment exploiter ces surplus financiers [10] ? L’économie nationale se révèle incapable d’absorber les milliards de dollars générés par le troisième choc pétrolier. Elle ne dispose pas des moyens qui lui permettraient d’exploiter cette richesse inattendue. Les grands chantiers de l’Algérie, sous-industrialisée et dépourvue du capital humain nécessaire, sont mis en oeuvre et réalisés par des entreprises étrangères. Dans un contexte de violence sociale et politique, Abdelaziz Bouteflika se voit aux prises avec le paradoxe qui fait de ce chef d’Etat le dirigeant d’un pays « riche » mais incapable de répondre à la demande sociale. Des émeutes secouent régulièrement l’Algérie, rappelant la vulnérabilité de sa cohésion sociale. De plus, la violence terroriste continue à prospérer [11].

Cette violence est utile au régime : elle voile ses mécanismes de fonctionnement et entretient l’illusion de la menace islamiste. Elle contribue également à maintenir à distance un regard critique sur les usages passés et présents de la rente pétrolière. Et pourtant, dans les années 1970, le pétrole était perçu comme une bénédiction : pour le président Boumediene [12], convaincu que, grâce à cette ressource, l’Algérie pourrait acheter la modernité et rattraper l’Occident, il représentait le « sang du peuple ». Il s’apparente aujourd’hui davantage à cet « excrément du diable » dénoncé par le père fondateur de l’OPEP, Juan Pablo Perez Alfonzo [13].

Copyright Septembre 2010-Martinez/Les Etudes du CERI, n°168


Les Etudes du CERI

Une lecture exigeante d’un monde en mutation

Une publication du Centre d’Etudes et de Recherches Internationales de Sciences Po

Globalisation et émergence de nouvelles puissances, bouleversement du paysage stratégique, brouillage de la frontière entre les mouvements internes des sociétés et ceux de la scène internationale : depuis le milieu des années 1990, Les Etudes du CERI décryptent les transformations du monde contemporain.

Avec dix titres originaux paraissant chaque année, la collection offre un catalogue sans cesse enrichi de thèmes d’actualité ou de prospective internationale, relatifs à un pays, une région, un secteur industriel, un enjeu géostratégique ou un phénomène économique.
Rédigées par des chercheurs en sciences sociales de l’international, Les Etudes du CERI combinent le souci de nourrir le débat public et la volonté d’éclairer la prise de décision avec la rigueur d’une publication scientifique.

Contacts :

. Responsable de la publication : Judith Burko, burko ceri-sciences-po.org, tél. +33158717004

. Attachée de presse : Karolina Michel, michel ceri-sciences-po.org, tél. +33158717007

. Responsable de la diffusion : Céline Ballereau, ballereau ceri-sciences-po.org, tél. +33158717027

Vente et abonnements :

Prix unitaire : 50 euros TTC

Abonnement annuel (dix numéros) 350 euros TTC

Bon de commande au format pdf

Algérie : les illusions de la richesse pétrolière
Les Etudes du CERI - Bon de commande

[1UN Comtrade.

[2Political Risk Services, Algeria Country Forecast, 1er juillet 2008, p. 13.

[3Revue El Djazair. Nous avons les Hommes, les idées et le pétrole, « Il était une fois le 24 février. La seconde indépendance » (Alger), n° 23, février, 2010.

[4Conseil national économique et social : http://www.unicef.org/specialsession/hox_country/edr_algeria_fr.PDF

[5A. Mebtoul, « Pour l’amélioration du rapport de 2008 du Conseil économique et social algérien sur l’IDH », El Khabar, 14 septembre 2009.

[6A. Gelb et S. Grasmann, « Déjouer la malédiction pétrolière », Afrique contemporaine, n° 229, 2009. L’importante littérature sur la malédiction du pétrole cherche à répondre au paradoxe entre abondance des ressources naturelles et faiblesse des performances économiques. Cette thèse est née dans les années 1970 et a été formulée à partir du cas hollandais, caractérisé par un effondrement de l’industrie manufacturière à la suite des exportations de gaz qui avait renchéri le coût de la main-d’oeuvre et surévalué le florin. Elle a alimenté une riche réflexion sur l’Etat rentier.

[7S. Goumeziane, Le Mal algérien. Economie politique d’une transition inachevée, Paris, Fayard, 1994.

[8C. E. Chitour, « Troisième contre-choc pétrolier. Que doit faire l’Algérie ? », L’Expression, 24 novembre 2008.

[9En 2009, l’Algérie est classée au 111e rang des pays corrompus (sur 180) par Transparency International.

[10L’Algérie doit-elle se doter d’un fonds souverain ? En juin 2008, sur France 24, le ministre de l’Energie soulignait que « c’est une idée à laquelle il faut bien réfléchir car il faut avoir les moyens, les ressources humaines et faire éventuellement des partenariats pour essayer de décider où et comment investir, si on doit le faire à l’extérieur ».

[11Pour certains observateurs, l’implantation d’Al-Qaida au Maghreb est une manipulation des services de sécurité du régime algérien afin de susciter la peur auprès des pays européens et l’inquiétude des Etats-Unis quant à leurs intérêts dans la région, les obligeant à une coopération sécuritaire. Voir F. Gèze et S. Mellah, « “Al-Qaida au Maghreb”, ou la très étrange histoire du GSPC algérien », Algeria-Watch, 22 septembre 2007.

[12« S’il nous était donné d’analyser le pétrole algérien, nous découvririons que le sang de nos martyrs constitue l’une de ses composantes, car la possession de cette richesse a été payée du prix de notre sang. » Discours de Skikda, 16 juillet 1970.

[13M. Sol Pérez Schael, El Excremento del diablo. La democracia venezolana y sus protagonistas, Caracas, Alfadil Ediciones, 1997.


DIPLOWEB.COM - Premier site géopolitique francophone

SAS Expertise géopolitique - Diploweb, au capital de 3000 euros. Mentions légales.

Directeur des publications, P. Verluise - 1 avenue Lamartine, 94300 Vincennes, France - Présenter le site

© Diploweb (sauf mentions contraires) | ISSN 2111-4307 | Déclaration CNIL N°854004 | Droits de reproduction et de diffusion réservés

| Dernière mise à jour le samedi 3 décembre 2016 |
#contenu